Hambourg préfère oublier les deux dernières saisons. En 1999-2000, il avait terminé troisième, à la surprise générale, et s'était qualifié pour la Ligue des Champions. Par la suite, Frank Pagelsdorf a connu de sérieux revers : le HSV a terminé 13e puis 11e et l'entraîneur, pourtant un monument du football hanséatique, a été renvoyé il y a un an et demi. Le HSV est également en proie à des problèmes financiers.
...

Hambourg préfère oublier les deux dernières saisons. En 1999-2000, il avait terminé troisième, à la surprise générale, et s'était qualifié pour la Ligue des Champions. Par la suite, Frank Pagelsdorf a connu de sérieux revers : le HSV a terminé 13e puis 11e et l'entraîneur, pourtant un monument du football hanséatique, a été renvoyé il y a un an et demi. Le HSV est également en proie à des problèmes financiers. Depuis l'arrivée de Kurt Jara (52 ans) en octobre 2001, le club a fait le grand nettoyage et a renoué avec son brillant passé. L'Autrichien n'a pas voulu de vedettes ni de gros salaires. Il a donc rapidement prié Jörg Albertz d'aller voir ailleurs û en l'occurrence, en Chine. Sextuple champion d'Autriche avec le FC Tirol, Jara a formé un ensemble très solide, au point qu'on évoque le catenaccio en parlant du style de jeu de Hambourg. Pour l'entraîneur, les résultats priment la qualité du jeu. Son équipe s'appuie sur trois piliers : ordre, discipline et hiérarchie. Il a banni le chaos qui y régnait en désignant des leaders : le gardien Pieckenhagen, le capitaine Hoogma, le buteur Barbarez et un vieux renard, Hollerbach. Toutefois, nul n'est assuré de sa place : à la moindre baisse de forme, c'est la tribune. " Je dispose de joueurs qui ont le même objectif que moi : assurer leur qualification pour la Ligue des Champions, grâce à leur rage de vaincre ", a déclaré l'entraîneur au Kicker. Ce succès sportif devrait camoufler le malaise financier du club, qui a achevé le dernier exercice comptable avec un déficit de 12,5 millions. Ingo Hertzsch et Erik Meijer (ex-Antwerp, qui va à Alemannia Aachen) peuvent partir. Le club les remplace par Björn Schlicke (Greuther Fürth) et Stefan Beinlich (Hertha BSC). Le sponsor principal, Milchstrasse, qui déboursait 5,7 millions par saison, jette l'éponge et le HSV n'a pas encore trouvé de remplaçant. (F. Vanheule)LE SC FRIBOURG remonte en Bundesliga. C'est la troisième fois, après 1993 et 1998, que Volker Finke, son entraîneur-maison, y parvient. L'année prochaine, le club travaillera avec un budget de 25 millions. Son premier renfort est Dennis Kruppke (22 ans), du VfL Lübeck. MARC WILMOTS n'est pas content de la mentalité de ses joueurs. Il se plaint surtout de l'égoïsme de certains. LEVERKUSEN a limogé Thomas Hörster pour le remplacer par Klaus Augenthaler, qui a d'emblée obtenu une victoire capitale dans la lutte contre la relégation. BUTEURS : 1. Elber (Bayern) 21 buts ; 2. Christiansen (Bochum) 20 ; 3. Ailton (Brême) 16 ; 4. Pizarro (Bayern) 15 ; 5. Bobic (Hanovre), Kuranyi (Stuttgart) 14.