L uis Figo en 2000, Michael Owen en 2004, Cristiano Ronaldo en 2009 et Gareth Bale en 2013 : l'année des élections présidentielles, Florentino Pérez a pris l'habitude de faire venir un galactique au Real Madrid. Bien que tout le monde pense que Pérez remportera les élections les doigts dans le nez, le président semble bien décidé à délier les cordons de la bourse cet été. Les noms de Paulo Dybala, David De Gea et Kylian Mbappé circulent mais, chaque jour qui passe, les chances de voir débarquer Eden Hazard semblent augmenter.
...

L uis Figo en 2000, Michael Owen en 2004, Cristiano Ronaldo en 2009 et Gareth Bale en 2013 : l'année des élections présidentielles, Florentino Pérez a pris l'habitude de faire venir un galactique au Real Madrid. Bien que tout le monde pense que Pérez remportera les élections les doigts dans le nez, le président semble bien décidé à délier les cordons de la bourse cet été. Les noms de Paulo Dybala, David De Gea et Kylian Mbappé circulent mais, chaque jour qui passe, les chances de voir débarquer Eden Hazard semblent augmenter. Selon des sources espagnoles fiables, notre compatriote aurait même déjà conclu un accord personnel avec le Real. Un contrat qui n'est pas valable car l'UEFA n'admet pas qu'un club approche un joueur sous contrat ailleurs. Mais en pratique, les choses sont différentes et il arrive très souvent que les joueurs soient contactés avant leur club. C'est ce qui s'est produit avec le Brainois. En novembre de l'an dernier, déjà, Eden Hazard a discuté avec le Real Madrid au moment où l'équipe nationale a affronté Gibraltar (0-6) et l'Estonie (8-1). José Ángel Sánchez, directeur général du club espagnol, est alors venu à Bruxelles pour y rencontrer le Diable rouge. Il lui a expliqué qu'il devait devenir le successeur de Cristiano Ronaldo et qu'il évoluerait sur le flanc gauche. La question du salaire a également été évoquée. Le magazine espagnol Don Balón va même plus loin et écrit que Florentino Pérez et Roman Abramovich ont déjà conclu un accord. Le Real offrirait un contrat de six ans à Hazard et le montant du transfert oscillerait entre 80 et 100 millions d'euros. C'est beaucoup mais le Real Madrid veut récupérer des liquidités en vendant quelques joueurs " superflus " comme Alvaro Morata (Antonio Conte, qui l'avait fait venir à la Juventus, le voudrait à Chelsea), Isco (qui ne s'est imposé ni sous Carlo Ancelotti, ni sous Rafael Benítez ni sous Zinédine Zidane et que Mauricio Pochettino voudrait transférer à Tottenham), James Rodríguez (qui intéresse des clubs de Premier League et de Serie A) ou Fábio Coentrão. Eden Hazard a eu 26 ans en janvier. Sur le plan physique, il est au sommet de son art. S'il veut partir dans un tout grand club, c'est le moment. Il y a quelques années, il avait confié ceci à un ami : " Mon plan, c'est d'être champion avec Chelsea et d'être sacré Joueur de l'Année en Premier League. Après, je signerai au Real et je décrocherai le Ballon d'Or puis je mettrai un terme à ma carrière au PSG et j'arrêterai de jouer un peu après 30 ans. " Il a été champion avec Chelsea en 2015 et a été élu Joueur de l'Année au cours de la même saison. Il y a un an, lorsque plusieurs clubs sont venus aux nouvelles, Hazard n'a pas voulu partir. Il restait sur une saison désastreuse avec le club londonien. En raison de ses mauvaises relations avec José Mourinho et de diverses petites blessures, il n'avait pas pu atteindre son niveau normal. Douze mois plus tard, la situation a bien changé... " Si je quitte un jour Chelsea, ce sera sur un trophée ", déclarait Hazard à The Guardian en novembre dernier. " Il faut toujours partir par la grande porte, histoire que les gens gardent un bon souvenir de toi. " Si Tottenham ne vient pas perturber les plans, la grande porte s'ouvre devant lui. De plus, Hazard sait que Chelsea présentera un visage très différent la saison prochaine, en raison de sa participation à la Ligue des Champions. Il se demande s'il sera toujours aussi gai d'y jouer sous les ordres d'un Antonio Conte qui ne laisse que très peu de liberté à ses joueurs et se montre très exigeant au niveau physique. Aujourd'hui, déjà, Hazard travaille bien plus que jamais en perte de balle. Et puis, c'est déjà sa cinquième saison à Londres. Sa femme et ses trois enfants s'y sont très bien adaptés et il a déclaré plusieurs fois qu'il s'y sentait bien. Le Diable rouge est casanier et aime passer du temps en famille. Dans son entourage, pourtant, on dit que le climat britannique commence à lui peser. Un déménagement vers le soleil madrilène ne serait donc pas pour lui déplaire. Gamin, Hazard avait deux idoles : Thierry Henry et Zinédine Zidane. En 2010, lorsqu'il fut élu pour la deuxième fois d'affilée Espoir de l'Année en Ligue 1, son nom fut cité à Arsenal et - déjà - au Real Madrid. Confronté à cela, il avait répondu à Sport/Foot Magazine : " Ce sont mes deux clubs préférés. " Puis il avait ajouté, avec un clin d'oeil : " Mais si quelqu'un de Manchester United lit cet article, je le rassure : je suis d'accord d'y jouer aussi. " En 2012, son agent de l'époque, John Bico, l'amenait à Chelsea, empochant une solide commission au passage (de sources anglaises, on parle de plus de 8 millions d'euros). Si cela n'avait tenu qu'à Zidane, Hazard aurait alors signé au Real Madrid. Zizou était alors le conseiller de Florentino Pérez et il lui avait demandé de faire un effort pour acheter le jeune Belge de Lille mais Chelsea et Bico en avaient décidé autrement. Avant cela, déjà, la star française avait déclaré au journal espagnol Marca qu'il était prêt " à transférer Hazard les yeux fermés ". Le jeune joueur était flatté. " Quand Zidane dit une chose pareille, on reste bouche bée ", avait-il dit à Sport/Foot Magazine. Depuis, l'amour que Zidane porte à notre compatriote n'a pas diminué, au contraire. Il lui téléphonerait même régulièrement. La présence de Zizou constitue un argument supplémentaire pour que Hazard signe au Real. Le journal espagnol Marca est convaincu que, quoi qu'il arrive, Zidane restera l'entraîneur principal. En coulisses, pourtant, les rumeurs vont bon train. Il se chuchote que le Français s'est rendu compte qu'il n'était pas fait pour entraîner un grand club, qu'il éprouverait des difficultés à suivre le rythme infernal que cela impose et qu'il préférerait entraîner une équipe nationale. S'il est champion et/ou remporte la Ligue des Champions, Zidane jettera vraisemblablement l'éponge. Et, s'il ne gagne rien, il est probable que les doutes quant à ses capacités à entraîner un grand club prendront le dessus. Mais quoi qu'il en soit, plusieurs sources confirment que Zidane a insisté auprès de Florentino Pérez pour qu'il fasse de l'engagement de Hazard une priorité. De nombreux éléments indiquent donc qu'Eden Hazard portera le maillot blanc la saison prochaine. Qu'est-ce qui pourrait encore empêcher ce transfert ? Ces dernières semaines, la presse anglaise a annoncé que Chelsea voulait proposer un contrat amélioré à son numéro 10. Le contrat actuel de Hazard court jusqu'au 30 juin 2020 : il gagne 230.000 euros par semaine sans les primes, ce qui représente à peu près 12 millions d'euros par an et fait de lui le joueur le mieux payé de Chelsea. Au Real Madrid, seuls Cristiano Ronaldo et Gareth Bale gagnent plus que cela. Selon les médias anglais, Chelsea serait prêt à prolonger de deux ans le contrat de Hazard et, surtout, à faire passer son salaire hebdomadaire à 345.000 euros, soit 18 millions d'euros par an. Mais Chelsea ferait aussi tout pour transférer Alexis Sánchez, l'attaquant d'Arsenal, avec qui il négocie depuis décembre de l'année dernière. Cela signifie-t-il qu'il se prépare au départ de Hazard ? Outre le contrat mégalo que les Blues voudraient proposer à Hazard, un autre obstacle à son transfert au Real pourrait surgir : Cristiano Ronaldo. Comme on le lui a clairement dit à Bruxelles, Hazard doit devenir le successeur de CR7 à Madrid. Le club ne lui demande évidemment pas de marquer autant que le Portugais. Un coup d'oeil sur ses statistiques à Chelsea (voir encadré) suffit pour constater qu'il n'est pas un goleador. Dans le projet du Real, c'est Gareth Bale qui doit jouer au centre de l'attaque et mettre au fond les ballons que Hazard lui enverrait du flanc gauche. Mais que va devenir Cristiano Ronaldo qui, en novembre 2016, a prolongé jusqu'au 30 juin 2021 ? Ce jour-là, CR7 a déclaré : " Je suis très heureux ici et ce n'est sans doute pas mon dernier contrat. J'ai bien l'intention de jouer jusqu'à 40 ans, j'ai donc encore dix ans devant moi et je veux continuer à progresser à ce niveau. " Ce ne sont pas les déclarations de quelqu'un qui a l'intention de quitter le stade Bernabéu. En interne, il se dit pourtant que Florentino Pérez en a marre de CR7 et qu'il veut se débarrasser de lui le plus rapidement possible. Plus facile à dire qu'à faire, évidemment. Le président ne veut pas déplaire aux socios qui doivent le réélire. Et même s'il est souvent sifflé par une partie du public, Cristiano (32) est toujours très apprécié par la majorité des supporters. Il n'empêche qu'il est de plus en plus clair que le Portugais commence à sentir le poids des ans. Cette saison, il n'atteint pas le niveau extraordinaire qui était le sien en 2015-2016. Jusqu'aux deux matches face au Bayern Munich, ses statistiques étaient en deçà de ce qu'on attendait de lui : il n'avait inscrit " que " 19 buts en Primera División et deux en Ligue des Champions. Ce qui ne l'empêchait pas d'être le meilleur de l'équipe. Mais si son instinct de buteur reste intact, il ne court plus aussi vite et ses dribbles ne sont plus aussi dévastateurs. Bref, assez d'arguments pour le mettre sur une voie de garage la saison prochaine et faire en sorte qu'il décide de s'en aller. Mais face au Bayern, Cristiano Ronaldo a démontré qu'il faudrait encore compter avec lui. Il n'avait plus été aussi décisif depuis le 3-0 face à Wolfsburg la saison dernière. Après la défaite 2-0 à l'aller, il avait annoncé qu'il retournerait la situation en inscrivant trois buts et il avait tenu parole. S'il poursuit sur cette lancée jusqu'en fin de saison, il sera beaucoup plus difficile de l'écarter. Mais même si CR7 restait, il y aurait de la place pour Hazard (voir encadré). Quoi qu'il en soit, il faudra attendre l'été pour savoir si le transfert se réalise vraiment et si, cinquante ans après Fernand Goyvaerts, un Belge portera encore le maillot du Real. par Thomas Bricmont, Guillaume Gautier et Steve Van Herpe - Photos photomontage BelgaimageDans le rôle du dribbleur, Eden Hazard est incontestablement le roi d'Europe. Ce qu'il manque au Real. Eden Hazard a rencontré le directeur général du Real Madrid en novembre dernier à Bruxelles.