" Le football à Liège a longtemps été partagé entre deux pôles : Rocourt et Sclessin. Il n'en reste qu'un, c'est dommage. Jouer au stade vélodrome n'était jamais une mince affaire car les Sang et Marine ont souvent pratiqué un beau jeu, très apprécié par le public du plus vieux club de Wallonie (Matricule 4). Je me souviens de ce long tunnel que nous empruntions pour monter sur le terrain. Les joueurs n'y échangeaient pas que des amabilités. L'excellent gardien de but Guy Delhasse (né en 1933) était une des figures de proue du FC Liégeois des...

" Le football à Liège a longtemps été partagé entre deux pôles : Rocourt et Sclessin. Il n'en reste qu'un, c'est dommage. Jouer au stade vélodrome n'était jamais une mince affaire car les Sang et Marine ont souvent pratiqué un beau jeu, très apprécié par le public du plus vieux club de Wallonie (Matricule 4). Je me souviens de ce long tunnel que nous empruntions pour monter sur le terrain. Les joueurs n'y échangeaient pas que des amabilités. L'excellent gardien de but Guy Delhasse (né en 1933) était une des figures de proue du FC Liégeois des années 60 avec Emile Lejeune, Yves Baré, Robert Waseige, Mutshi, Lolinga, Albert et Gérard Sulon, Claude Croté, Henri Depireux, Victor Wégria, Jean-Marie Letawe, etc. Delhasse, c'était un sacré caractère. Sans le brio de Jean Nicolay au Standard, il aurait certainement été le meilleur keeper de son époque et aurait décroché bien plus que sept sélections. Il a été une quarantaine de fois la doublure de Nicolay en équipe nationale. Quand on parle de lui, un moment historique du foot belge remonte à la surface : le Belgique-Pays-Bas (1-0, but de Jef Juron) du 30 septembre 1964 à Deurne. Le sélectionneur national Constant Vanden Stock aligna 10 Anderlechtois et un Liégeois : Delhasse. A la mi-temps, blessé, le portier de Rocourt céda sa place à Jean Trappeniers et c'est tout Anderlecht qui se retrouva aux prises avec la Hollande ; cela fit pas mal de bruit, surtout à Liège. Delhasse faisait partie de l'effectif élargi de son club qui décrocha le titre en 1952 et 53. Plus tard, il participa à de grandes aventures européennes. En 1963-64, Liège se glissa jusqu'en demi-finales de la Coupe des Villes de Foire (devenue Coupe de l'UEFA puis Europa League) et écarta un tout gros morceau : après avoir sorti Aris Bonnevoie, Liège hérita d'Arsenal. Les Sang et Marine forcèrent le nul à Londres (1-1) où Delhasse arrêta tout, y compris les coups de canon de Geoff Strong, la vedette d'Arsenal. " Quand il fonçait sur moi, je fermais les yeux ", déclara le héros de Highury. Au retour, le 18 novembre 1963, Liège se joua d'Arsenal sur un terrain glissant : 3-1. Après avoir pris la mesure du Spartak Brno après un test match, Liège échoua en demi-finale contre le Real Saragosse (une belle fut aussi nécessaire). Inouï, non ? En 1967, il commit selon moi une petite erreur de parcours. Delhasse avait son franc-parler et, ne s'entendant plus avec le staff technique, il claqua la porte avant de prendre la direction du FC Beringen. Le FC Liégeois venait de perdre un des plus grands gardiens de but de son histoire... "NÉ EN 1941, HEYLENS FUT UN EXCELLENT BACK DROIT (67X DIABLE ROUGE, ÉQUIPE D'EUROPE 65, MONDIAL 70 AU MEXIQUE, 7 TITRES ET 3 COUPES DE BELGIQUE AVEC ANDERLECHT). COACHA UNE DOUZAINE DE CLUBS (PASSA 5 ANS AU LOSC ET FUT COACH BELGE 1984 À SERAING)PIERRE BILIC