Dusan Belic a tiré la sonnette d'alarme : " Si St-Trond ne s'attèle pas vite à la reconduction des contrats, tout ce que le club a bâti risque de s'effondrer en quelques mois ". Hormis Belic, Janssen, Boffin, Broux, Geraerts, Vangeffelen, Vrancken, Verjans, Pereira et Voets arrivent en fin de bail. Pereira et Voets n'ont encore rien eu, les autres peuvent s'attendre à un contrat à la baisse.
...

Dusan Belic a tiré la sonnette d'alarme : " Si St-Trond ne s'attèle pas vite à la reconduction des contrats, tout ce que le club a bâti risque de s'effondrer en quelques mois ". Hormis Belic, Janssen, Boffin, Broux, Geraerts, Vangeffelen, Vrancken, Verjans, Pereira et Voets arrivent en fin de bail. Pereira et Voets n'ont encore rien eu, les autres peuvent s'attendre à un contrat à la baisse. Gunter Verjans : Je mentirais en disant que nous n'y pensons pas mais je ne peux parler que pour moi. On m'a contacté en disant qu'on souhaitait me conserver, sans plus. Je n'ai pas reçu de proposition. Nous ne savons que ce que nous lisons dans la presse. Un budget est consacré à l'agrandissement du stade. A côté, il y a le budget sportif, théoriquement séparé. J'espère que le club parviendra à conserver le même budget que cette saison. Il ne faudrait pas avoir une arène de 15.000 places assises sans équipe compétitive en D1. A quoi cela servirait-il d'avoir un stade de D1 et une équipe digne de la D2 ? Il a surtout voulu secouer tout le monde. Notre équipe peut être très forte si elle affiche le mental voulu. La déception de la finale perdue en Coupe, la difficulté de la préparation à cause de l'Intertoto, qui n'a pas été une réussite non plus, le nombre de blessés en début de saison, tout cela laisse des traces. Peut-être l'entraîneur a-t-il craint que certains ne pensent plus à travailler. Depuis quelques semaines, l'équipe a retrouvé du feu. C'est un des constats les plus étonnants cette saison. L'année passée, nous marquions presque toujours dans les vingt premières minutes et nous n'avions plus qu'à contrôler les événements. Nous continuons à nous créer beaucoup d'occasions mais elles ne rentrent plus aussi facilement. Il y a un an, nous avions une ligne d'attaque ultra-performante, avec Vangeel, Boffin, Pereira et Mbonabucya. Cependant, nous comptons 24 points. Nous pouvons en gagner trois lors du week-end prochain et revenir à la sixième place avant le début du second tour. En termes de résultats, ce serait excellent. Par contre, la qualité de notre jeu est moindre que lors du premier tour de la saison dernière. Malgré tout, nous avons fait du bon travail. (R. De Groote)R. De Groote