Depuis trois ans et malgré les vives critiques qu'il reçoit, Ed McGinty, un homme de 71 ans, consacre chaque jour deux heures de son temps pour manifester contre Donald Trump, son président. Toi, c'est quand la dernière fois que tu as consacré un peu de ton temps à militer pour une noble cause ?

GUILLAUME HUBERT : On ne peut pas vraiment dire que je sois très politisé. Ni engagé. Mais j'ai donné l'an dernier pour Médecins du monde. Ma copine a participé à une course parrainée de 100 kilomètres à vélo dans les Ardennes. Elle a couru, j'ai payé (rires).

Une strip-teaseuse de Dallas, aux États-Unis, a fait une chute spectaculaire de plus de six mètres lors d'une représentation dans une boîte de nuit. Malgré une mâchoire cassée, une cheville foulée et des dents fissurées, Genea Sky a poursuivi son show. La dernière fois qu'on a salué ton jusqu'au-boutisme ?

HUBERT : Au Standard, ça n'a pas toujours été facile. J'ai eu du mal à gérer la soudaine exposition qui a été la mienne. Les projecteurs, il faut savoir assumer. Parce qu'il y avait la critique qui allait de pair, évidemment. Mais je crois m'être toujours battu. Et je suis content d'avoir pu compter, à ce moment-là, sur le soutien de mes parents et de Jos Beckx, mon entraîneur des gardiens à l'époque.

La plus jeune tatoueuse du monde a neuf ans, est Allemande et cumulerait déjà près de sept ans d'expérience. C'est que, s'il faut avoir 18 ans pour se faire tatouer dans la majorité des pays, y compris en Allemagne, il n'existe pas d'âge minimum pour devenir tatoueur. Tu te souviens de ta première passion ?

HUBERT : Vers 6-7 ans, je voulais être un grand chef ! Je restais avec ma mère en cuisine pendant des heures. Je regardais les ingrédients qu'elle utilisait, les recettes qu'elle cuisinait, j'adorais ça ! Et ça m'est resté. Aujourd'hui encore, c'est moi qui cuisine à la maison. Mon plat signature ? La lasagne !

Boris Johnson envisage de construire un pont de 32 km reliant l'Irlande du Nord à l'Ecosse. L'édifice coûterait pas moins de 20 milliards de livres et serait, selon le Premier ministre britannique, un moyen de renforcer l'union entre les territoires à la suite du " Brexit ". La dernière fois qu'on t'a traité de mégalo ?

HUBERT : Jamais, et pour cause, je crois être tout l'inverse. Je crois que ça vient de mon éducation. Je suis issu d'un milieu modeste. Attention, je n'ai jamais manqué de rien, mais on ne roulait pas sur l'or.

L'épidémie de coronavirus disparaîtra probablement en avril avec le retour des fortes températures. C'est en tout cas ce qu'a affirmé récemment Donald Trump. " La chaleur, en général, tue ce genre de virus ", a déclaré le président américain depuis la Maison-Blanche. La dernière fois que tu t'es fait renseigner par un charlatan ?

HUBERT : Un jour, un agent m'a appelé pour me proposer de signer dans un sombre club roumain dont je ne me souviens même plus du nom aujourd'hui. Rien n'était clair, ça sentait l'arnaque à plein nez.

Un Boeing 747 de la compagnie British Airways a établi un nouveau record de la traversée de l'Atlantique. L'avion a réussi à rallier Londres depuis New York en seulement 4 heures et 56 minutes le dimanche 09 février. Un record rendu possible grâce aux vents favorables de la tempête Ciara. La dernière fois que tu as senti qu'on te poussait dans le dos ?

HUBERT : Mon père, c'est bien le genre. Il est plus fonceur que moi. La dernière fois, ça devait être quand il m'a convaincu de quitter le Standard pour aller à Bruges. J'ai eu du mal à prendre cette décision parce que ça représentait un gros chamboulement pour moi. Mon père a su trouver les mots pour me convaincre.

Une Bugatti type 55 roadster de 1931 carrossée par Figoni a été cédée pour la rondelette somme de 4,6 millions d'euros, mi-février à Paris. Soit le record de la vente aux enchères organisée par la maison Bonhams au Grand Palais. La passion déraisonnable pour laquelle tu es prêt à claquer des millions ?

HUBERT : Les montres. Je planche depuis plusieurs années déjà sur l'achat d'une belle. Et je crois que je finirai par craquer pour une Rolex. Avant 50 ans... (rires).

© NurPhoto via Getty Images
Depuis trois ans et malgré les vives critiques qu'il reçoit, Ed McGinty, un homme de 71 ans, consacre chaque jour deux heures de son temps pour manifester contre Donald Trump, son président. Toi, c'est quand la dernière fois que tu as consacré un peu de ton temps à militer pour une noble cause ? GUILLAUME HUBERT : On ne peut pas vraiment dire que je sois très politisé. Ni engagé. Mais j'ai donné l'an dernier pour Médecins du monde. Ma copine a participé à une course parrainée de 100 kilomètres à vélo dans les Ardennes. Elle a couru, j'ai payé (rires). Une strip-teaseuse de Dallas, aux États-Unis, a fait une chute spectaculaire de plus de six mètres lors d'une représentation dans une boîte de nuit. Malgré une mâchoire cassée, une cheville foulée et des dents fissurées, Genea Sky a poursuivi son show. La dernière fois qu'on a salué ton jusqu'au-boutisme ? HUBERT : Au Standard, ça n'a pas toujours été facile. J'ai eu du mal à gérer la soudaine exposition qui a été la mienne. Les projecteurs, il faut savoir assumer. Parce qu'il y avait la critique qui allait de pair, évidemment. Mais je crois m'être toujours battu. Et je suis content d'avoir pu compter, à ce moment-là, sur le soutien de mes parents et de Jos Beckx, mon entraîneur des gardiens à l'époque. La plus jeune tatoueuse du monde a neuf ans, est Allemande et cumulerait déjà près de sept ans d'expérience. C'est que, s'il faut avoir 18 ans pour se faire tatouer dans la majorité des pays, y compris en Allemagne, il n'existe pas d'âge minimum pour devenir tatoueur. Tu te souviens de ta première passion ? HUBERT : Vers 6-7 ans, je voulais être un grand chef ! Je restais avec ma mère en cuisine pendant des heures. Je regardais les ingrédients qu'elle utilisait, les recettes qu'elle cuisinait, j'adorais ça ! Et ça m'est resté. Aujourd'hui encore, c'est moi qui cuisine à la maison. Mon plat signature ? La lasagne ! Boris Johnson envisage de construire un pont de 32 km reliant l'Irlande du Nord à l'Ecosse. L'édifice coûterait pas moins de 20 milliards de livres et serait, selon le Premier ministre britannique, un moyen de renforcer l'union entre les territoires à la suite du " Brexit ". La dernière fois qu'on t'a traité de mégalo ? HUBERT : Jamais, et pour cause, je crois être tout l'inverse. Je crois que ça vient de mon éducation. Je suis issu d'un milieu modeste. Attention, je n'ai jamais manqué de rien, mais on ne roulait pas sur l'or. L'épidémie de coronavirus disparaîtra probablement en avril avec le retour des fortes températures. C'est en tout cas ce qu'a affirmé récemment Donald Trump. " La chaleur, en général, tue ce genre de virus ", a déclaré le président américain depuis la Maison-Blanche. La dernière fois que tu t'es fait renseigner par un charlatan ? HUBERT : Un jour, un agent m'a appelé pour me proposer de signer dans un sombre club roumain dont je ne me souviens même plus du nom aujourd'hui. Rien n'était clair, ça sentait l'arnaque à plein nez. Un Boeing 747 de la compagnie British Airways a établi un nouveau record de la traversée de l'Atlantique. L'avion a réussi à rallier Londres depuis New York en seulement 4 heures et 56 minutes le dimanche 09 février. Un record rendu possible grâce aux vents favorables de la tempête Ciara. La dernière fois que tu as senti qu'on te poussait dans le dos ? HUBERT : Mon père, c'est bien le genre. Il est plus fonceur que moi. La dernière fois, ça devait être quand il m'a convaincu de quitter le Standard pour aller à Bruges. J'ai eu du mal à prendre cette décision parce que ça représentait un gros chamboulement pour moi. Mon père a su trouver les mots pour me convaincre. Une Bugatti type 55 roadster de 1931 carrossée par Figoni a été cédée pour la rondelette somme de 4,6 millions d'euros, mi-février à Paris. Soit le record de la vente aux enchères organisée par la maison Bonhams au Grand Palais. La passion déraisonnable pour laquelle tu es prêt à claquer des millions ?HUBERT : Les montres. Je planche depuis plusieurs années déjà sur l'achat d'une belle. Et je crois que je finirai par craquer pour une Rolex. Avant 50 ans... (rires).