G uillaume Hubert (11 januari 1994) is een Belgische voetballer. Hij is doelman en speelt sinds 2013 voor Standard Luik.Guillaume Hubert (born 11 January 1994) is a Belgian footballer who currently plays for Belgian club Standard Liège. He plays as a goalkeeper.
...

G uillaume Hubert (11 januari 1994) is een Belgische voetballer. Hij is doelman en speelt sinds 2013 voor Standard Luik.Guillaume Hubert (born 11 January 1994) is a Belgian footballer who currently plays for Belgian club Standard Liège. He plays as a goalkeeper.On vous le met en néerlandais et en anglais parce qu'il n'existe pas (encore) de page Wikipedia en français pour le gardien du Standard... Mais ça ne saurait tarder, sans doute. Et puisqu'il n'est pas encore hyper connu, voici quelques anecdotes étonnantes sur son parcours, sur sa route vers le poste de titulaire dans le but du Standard. Un poste où il est compliqué de s'installer à long terme (voir encadré). Guillaume Hubert a traversé la Wallonie pour se former : Mons, Charleroi, Standard. Puis il est parti à Valenciennes. Un choix surprenant, dicté notamment par la facilité de combiner le foot et son cursus scolaire. Chez les Ch'tis, il goûte un peu à l'équipe Première alors qu'il est encore pubère. On l'appelle en dépannage pour s'installer sur le banc lors de trois matches de Ligue 1. Nicolas Penneteau est titulaire, Hubert est brièvement son numéro 2 et il a l'honneur de se poser pendant deux petites heures dans le dug-out du Parc des Princes le jour d'un PSG - Valenciennes. C'est Jean-François de Sart qui est derrière son retour au pays. On ne mise plus trop sur lui à Valenciennes et il retrouve Liège. Au même moment, il a des offres anglaises et fait même l'un ou l'autre test là-bas. Stoke City et Cardiff sont sur le coup. Mais il rêve toujours d'une carrière au Standard : " C'est mon club. " Christophe Dessy, qui est à la tête de l'Académie, signale que " le Standard a l'obligation de sortir un gardien de but tous les quatre ans " et il pense à Guillaume Hubert. Au même moment, Dominique D'Onofrio lâche en coulisses que " ce gamin est le futur gardien de l'équipe Première. " En janvier 2015, le Standard et Saint-Trond officialisent, sur leur site, le prêt de Guillaume Hubert. Il joue deux matches en stage avec les Canaris et, vu la blessure de William Dutoit, il a toutes les chances d'être dans le but dès la reprise du championnat. Mais Guillaume Hubert se blesse au dos, il revient se soigner à l'Académie, ensuite les trois parties décident qu'il y restera. C'est l'un des prêts les plus brefs de l'histoire de notre foot, il a duré moins d'un mois. Le niveau catastrophique de Yohann Thuram, pris en grippe par le public, et la dernière place du Standard au classement provoquent les débuts de Guillaume Hubert dans l'équipe. On en est à la douzième journée du championnat 2015-2016. Les Rouches de Yannick Ferrera vont à Charleroi, à un quart d'heure du domicile de la famille Hubert. C'est le fameux match interrompu par des jets de pétards et fumigènes, puis remporté in extremis par le Standard dans une ambiance délétère. Il s'installe dans l'équipe pour une douzaine de matches consécutifs. Il commet l'une ou l'autre erreur, mais dans l'ensemble, personne ne se plaint de son niveau. Il gagne quelques points. Il fait partie de ce team en plein redressement qui bat notamment Anderlecht et Bruges. Tout roule. Jusqu'à l'arrivée improbable de Victor Valdés... Même s'il est assuré de ne plus jouer (évidemment ! ), le Standard affirme dans son discours officiel que Guillaume Hubert va pouvoir profiter à fond de l'expérience et des conseils de l'Espagnol. Au bout du compte, il n'en est rien. En plus d'être médiocre sur le terrain, Valdés ne fait rien pour faciliter la progression de son réserviste. Ils échangent très peu. Ce qui fera dire à Guillaume Hubert, quelques mois plus tard : " Valdés n'était pas bon ou, pour être plus mesuré, il ne livrait pas des prestations extraordinaires. Mais c'est lui qui jouait quand même. Ce n'était pas juste. " Quand il fait cette déclaration, il compare Valdés au nouveau trentenaire qu'on lui a mis entre-temps dans les pieds, Jean-François Gillet. Hubert n'est toujours pas titulaire, mais maintenant, il sait pourquoi et il accepte la situation. " Etre numéro 2 derrière Gillet, c'est autre chose. Je comprends que le coach ne le sorte pas de l'équipe, puisqu'il est bon. " Guillaume Hubert a eu des contacts en Angleterre avant de rentrer au Standard, et le carrousel des rumeurs a repris au moment où il assurait, entre l'ère Thuram et la période Valdés. On cite Aston Villa, Swansea et carrément Liverpool. Il est question d'un " contrat de longue durée " et d'un prêt au Standard dans un premier temps. La presse connaît même le montant du transfert : 850.000 euros. Mais, interrogé sur le sujet en conférence de presse, Jürgen Klopp réagit et met fin à l'histoire : " I am absolutely satisfied with the goalkeeping situation. Sorry to kill your stories. We are not looking for a goalkeeper. " Ce n'était donc qu'une rumeur sans fondement. S'il trouve Gillet, humainement et sportivement, plus intéressant que Valdés, Guillaume Hubert accuse quand même méchamment le coup quand l'ex-numéro 3 des Diables arrive à Liège, l'été dernier. Il se doute qu'il n'est pas censé entamer la saison comme titulaire. Et donc, il écoute autour de lui. Il tend notamment l'oreille vers Michel Preud'homme qui lui propose de devenir le réserviste de Ludovic Butelle. Il se tâte. Puis il tranche, tout à la fin des congés scolaires : il va rester et bosser pour rendre la vie difficile à Jean-François Gillet. La surprise survient lors du déplacement au Panathinaikos. Aleksandar Jankovic écarte Jean-François Gillet et offre une chance à Guillaume Hubert. Son deuxième gros match cette saison puisqu'il a déjà dépanné à Bruges, quand Gillet souffrait d'une légère blessure. A Athènes, il sauve quelques ballons chauds et le Standard s'impose en surclassement. Le coach souligne sa " chance de travailler avec deux gardiens de haut niveau ". Quand l'avion revient vers la Belgique, on ne sait pas si c'était, pour Hubert, un one shot ou le début d'une nouvelle histoire dans la peau du numéro 1. Il y a ensuite le match de championnat contre Mouscron et la confirmation que ça n'avait rien d'un coup d'un soir. A Charleroi, où tout avait commencé pour lui il y a un peu plus d'un an, Guillaume Hubert a enchaîné ce dimanche son quatrième match de championnat consécutif. De quoi augmenter ses chances de devenir numéro 1 chez les Espoirs ? Quand on sait que son concurrent est Davy Roef, ça devrait pouvoir le faire. PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS BELGAIMAGE" Valdés n'était pas bon ou, pour être plus mesuré, il ne livrait pas des prestations extraordinaires. Mais c'est lui qui jouait quand même. Ce n'était pas juste. " GUILLAUME HUBERT