C'est toujours la fête à La Louvière : leadership de la D1, jubilé de Frédéric Tilmant vendredi dernier, mais aussi transfert (attendu) de Peter Odemwingie. C'est finalement Lille qui a enlevé le morceau et, si les deux clubs ne souhaitent pas communiquer le montant du transfert, on peut l'estimer à un bon million d'euros. Enorme pour un club qui tourne avec un budget de 2,5 millions.

Il y a pourtant une ombre au tableau : dans les prochains jours, la RAAL devrait être condamnée à dédommager Manu Karagiannis, dont le contrat devait autrefois être automatiquement prolongé d'un an s'il disputait 25 matches sur la saison. Il fut stoppé après 24 matches, le seul but de la direction étant alors de le priver de cette prolongation. Au moment de la signature de ce contrat onéreux, toutes les parties étaient évidemment sur la même longueur d'onde : il était question de 25 matches de championnat. Mais, une fois viré, Karagiannis a fait valoir le manque de clarté de son contrat : 25 matches, cela impliquait aussi les rencontres amicales. Et donc, il avait dépassé le total lui donnant droit à la prolongation.

En première instance, la justice lui a donné raison. La RAAL est allée en appel, l'affaire a déjà été rejugée et on attend maintenant le prononcé de l'arrêt. Mais, au Tivoli, on ne se fait guère d'illusions : le club devra vraisemblablement verser 250.000 euros à l'ancien Diable Rouge. Maître Laurent Denis, qui défend le club, n'est pas d'accord : " Comment peut-on tenir compte des matches amicaux dans ce calcul ? Il n'y a aucun caractère officiel, pas de primes, pas de points, pas d'enjeu. Si on se met sur ce pied-là, il faut aussi comptabiliser les petits matches que le noyau dispute à l'entraînement. Cela n'a pas de sens ". Le juge montois appelé à trancher définitivement sera-t-il sensible à cet argument ?

Si les 250.000 euros à verser à Karagiannis sont confirmés, la victoire obtenue récemment dans le procès contre Benoît Thans paraîtra bien dérisoire. Thans réclamait à La Louvière le paiement de ses factures chez le kiné Lieven Maesschalk, qu'il avait consulté lors de sa dernière saison au Tivoli. La justice a donné raison au club et l'ex-joueur est contraint de payer le gourou flamand : 5.000 euros.

(P. Danvoye)

C'est toujours la fête à La Louvière : leadership de la D1, jubilé de Frédéric Tilmant vendredi dernier, mais aussi transfert (attendu) de Peter Odemwingie. C'est finalement Lille qui a enlevé le morceau et, si les deux clubs ne souhaitent pas communiquer le montant du transfert, on peut l'estimer à un bon million d'euros. Enorme pour un club qui tourne avec un budget de 2,5 millions. Il y a pourtant une ombre au tableau : dans les prochains jours, la RAAL devrait être condamnée à dédommager Manu Karagiannis, dont le contrat devait autrefois être automatiquement prolongé d'un an s'il disputait 25 matches sur la saison. Il fut stoppé après 24 matches, le seul but de la direction étant alors de le priver de cette prolongation. Au moment de la signature de ce contrat onéreux, toutes les parties étaient évidemment sur la même longueur d'onde : il était question de 25 matches de championnat. Mais, une fois viré, Karagiannis a fait valoir le manque de clarté de son contrat : 25 matches, cela impliquait aussi les rencontres amicales. Et donc, il avait dépassé le total lui donnant droit à la prolongation. En première instance, la justice lui a donné raison. La RAAL est allée en appel, l'affaire a déjà été rejugée et on attend maintenant le prononcé de l'arrêt. Mais, au Tivoli, on ne se fait guère d'illusions : le club devra vraisemblablement verser 250.000 euros à l'ancien Diable Rouge. Maître Laurent Denis, qui défend le club, n'est pas d'accord : " Comment peut-on tenir compte des matches amicaux dans ce calcul ? Il n'y a aucun caractère officiel, pas de primes, pas de points, pas d'enjeu. Si on se met sur ce pied-là, il faut aussi comptabiliser les petits matches que le noyau dispute à l'entraînement. Cela n'a pas de sens ". Le juge montois appelé à trancher définitivement sera-t-il sensible à cet argument ? Si les 250.000 euros à verser à Karagiannis sont confirmés, la victoire obtenue récemment dans le procès contre Benoît Thans paraîtra bien dérisoire. Thans réclamait à La Louvière le paiement de ses factures chez le kiné Lieven Maesschalk, qu'il avait consulté lors de sa dernière saison au Tivoli. La justice a donné raison au club et l'ex-joueur est contraint de payer le gourou flamand : 5.000 euros. (P. Danvoye)