La saison passée, le Standard avait obtenu son billet pour la Coupe de l'UEFA à Mouscron. Cette fois, les Liégeois y joueront des cartes importantes dans la course au titre. Mais ce combat face à un Excelsior requinqué s'inscrit aussi dans la mésentente qui sépare ces deux clubs depuis l'affaire Mpenza. Alors, les Hennuyers ne sont pas du tout décidés à transiger dans l'affaire des rotors publicitaires mis à mal...

La saison passée, le Standard avait obtenu son billet pour la Coupe de l'UEFA à Mouscron. Cette fois, les Liégeois y joueront des cartes importantes dans la course au titre. Mais ce combat face à un Excelsior requinqué s'inscrit aussi dans la mésentente qui sépare ces deux clubs depuis l'affaire Mpenza. Alors, les Hennuyers ne sont pas du tout décidés à transiger dans l'affaire des rotors publicitaires mis à mal la saison passée lors de l'envahissement du terrain. Les dégâts provoqués par les supporters liégeois frisent les deux millions. Jean-Pierre Detremmerie affirma que Louis Smal avait signé un accord de dédommagement mais Smal a démenti. Smal a rencontré Detremmerie, à la demande de ce dernier: le but était de trouver une solution pour que les supporters liégeois puissent se rendre au Cannonier dimanche. Le Standard ne veut pas payer les dégâts et demande à l'Excel d'attaquer les fautifs, identifiables sur la video des incidents. Refus des Hurlus qui, d'ailleurs, ne reconnaissent qu'un certain... Alphonse Costantin sur les images en question. Vu l'attitude des dirigeants du Standard, l'Excel ne les recevra pas en Tribune d'Honneur mais ouvrira finalement son stade aux supporters rouches. Les dirigeants liégeois peuvent de glisser parmi les supporters à condition d'acheter des billets. Alphonse Contantin a promis de le faire. Le Standard voudrait que les clubs pros créent un fonds pour intervenir dans ce genre de problème. On en reparlera et Detremmerie pourrait aussi relancer le dossier Mpenza. Un tribunal lui avait donné raison car il y avait eu rupture de contrat de travail. Le Maître de l'Excel demandera des comptes au Standard mais peut-être aussi à l'U.B. qui avait approuvé le transfert des deux frères alors que la justice estime que ce n'était pas légal. Le Standard a quitté la séance des présidents de la Ligue Pro pour permettre aux autres de discuter du droit des clubs de disposer des droits télé et de leur commercialisation. Le Standard veut faire valoir son droit en justice ou par une procédure équivalente d'arbitrage. Les autres présidents estiment que le principe de solidarité, voté à la Ligue en 1999, soit respecté. (P. Bilic et G. Lassoie)