Je voyais l'autre soir Oliver Kahn engueuler un de ses potes en gros plan, ça me faisait froid dans le dos quoique je fusse au chaud devant ma télé ! Sans en représenter le prototype, Kahn me fait penser à ces gardiens, minoritaires mais qu'on peut rencontrer à tout niveau, et qui ont besoin d'être en colère pour être bons. Rien à voir avec leur type de jeu, ces keepers se repèrent autant parmi les plus sobres que parmi les plus spectaculaires. Il s'agit plutôt d'un état d'esprit particulier : certains derniers remparts sont en permanence sincèrement furibards, et seraient bien moins bons s'ils étaient plus placides.
...

Je voyais l'autre soir Oliver Kahn engueuler un de ses potes en gros plan, ça me faisait froid dans le dos quoique je fusse au chaud devant ma télé ! Sans en représenter le prototype, Kahn me fait penser à ces gardiens, minoritaires mais qu'on peut rencontrer à tout niveau, et qui ont besoin d'être en colère pour être bons. Rien à voir avec leur type de jeu, ces keepers se repèrent autant parmi les plus sobres que parmi les plus spectaculaires. Il s'agit plutôt d'un état d'esprit particulier : certains derniers remparts sont en permanence sincèrement furibards, et seraient bien moins bons s'ils étaient plus placides. Cela peut paraître un peu absurde. Car si tu joues dans les bois, tu as envie d'y bien jouer. Donc, si tu y arrives, si tu t'envoles pour un arrêt superbe, tu es en principe très content : stopper un but tout fait, c'est mathématiquement aussi important qu'en marquer un. Mais tu n'as pas le loisir d'exprimer ta satisfaction en riant de toutes tes dents, tu n'as pas en libre service la panoplie de simagrées du buteur : si, après chaque parade miraculeuse, tu jettes ta vareuse dans la foule en délire avant de coller ton torse nu contre le grillage de ton kop, tout ça en oubliant que le jeu continue, m'est avis que tu scies peu à peu la branche de titulaire sur laquelle tu es assis. Aussi es-tu contraint à une joie toute intérieure dont tu dois différer l'explosion : après un sauvetage, le petit salut à la foule ou même la mimique de satisfaction sont rarissimes, la placidité prime. Sauf chez le GTF : gardien de type furibard. Chez celui-là, après chaque sauvetage, au lieu de savourer intérieurement, la première réaction est d'engueuler comme du pus le défenseur responsable de l'avoir obligé à intervenir. Bien sûr, il arrive à tout gardien de pester sur l'équipier venant de laisser au buteur d'en face l'espace pour une prune : parce qu'il sait qu'il n'ira pas rechercher trois prunes du même calibre ! Mais dans le cas du GTF, l'engueulade est systématique, c'est une manière d'être, presque un art de vivre : et plus le sauvetage sera phénoménal, plus l'engueulade tonnera ! Et si le temps a manqué au GTF pour identifier le défenseur responsable, il engueulera toute l'équipe ! Gageons que si le GTF passe un match peinard tandis que son équipe domine mais en vain, on l'entendra depuis son grand rectangle engueuler ses attaquants muets ! Fulminer c'est son dopage à lui,.. à ses potes de s'y faire. Et ses potes s'y feront si c'est un bon gardien indiscutable : Tomislav Butina, par exemple, n'aurait pas intérêt à se la jouer GTF le jour où il réintégrerait la cage brugeoise... A propos de cage, laquelle réintégrera Fabian Barthez ? C'est le feuilleton français de l'automne, bourré de questions. Pourquoi l'OM, où s'est blessé CédricCarasso, doublure de Vedran Runje, veut-il soudain remplacer cette doublure par une star (transfert international, interdit avant le mercato) au lieu d'une autre doublure (transfert hexagonal, autorisé pour les gardiens comme joker médical) ? Alain Perrin peut-il vraiment exprimer le fond de sa pensée quant aux valeurs intrinsèques respectives de Runje et Barthez ? Pourquoi Barthez s'est-il entraîné à Marseille comme si c'était déjà fait, alors que rien ne l'était ? Pourquoi United autorise-t-il la chose, alors qu' Howard (le nouveau titulaire) peut très bien se blesser demain ? Santini oeuvre-t-il en coulisse parce qu'il n'aurait confiance qu'en un Barthez affûté lors de l'EURO de juin ? Mais surtout, si le principe (infiniment louable) est de respecter les nouvelles règles établies quant aux fourchettes de date des transferts internationaux, pourquoi diable la FIFA a-t-elle mis elle-même le bordel en son sein dès la saison dernière, en créant une jurisprudence de dérogation ? Début 2003 en effet, mais après clôture du mercato d'hiver, Mido (et notre Egyptien n'a même rien d'un gardien) obtenait l'autorisation de quitter l'Ajax pour le Celta Vigo ! Allez comprendre... par Bernard JeunejeanTomislav Butina n'aura pas intérêt à se la jouer Gardien de Type Furibard...