D'où nous tenons ça ? Un peu de partout. Impossible de parler arbitrage avec quelqu'un sans que tombe le nom de Frank De Bleeckere. Il succéderait à Johan Verbist, que l'UB a nommé responsable des arbitres l'été 2016.
...

D'où nous tenons ça ? Un peu de partout. Impossible de parler arbitrage avec quelqu'un sans que tombe le nom de Frank De Bleeckere. Il succéderait à Johan Verbist, que l'UB a nommé responsable des arbitres l'été 2016. Profil bas, travailleur, un homme qui préfère rester dans l'ombre : c'est ainsi qu'on décrit Verbist. Il était déjà comme ça quand il arbitrait : sobre, sans faire de théâtre. On avait quand même trouvé son embauche un brin étonnante. Verbist a été chargé de détecter de jeunes talents et de les amener au niveau européen. Il a opté pour le semi-professionnalisme, il a introduit le VAR, il a été confronté aux affaires Bart Vertenten et SébastienDelferière... Bref, Verbist a rencontré pas mal d'obstacles. La presse l'a prié de ventiler son point de vue sur des décisions erronées, ce qui ne l'a pas rendu très populaire auprès des arbitres, qui ont fustigé ses déclarations. Et quand il s'abstenait de commentaires, des éditorialistes comme Serge Gumienny ou Stéphane Breda s'en chargeaient à sa place dans les journaux. Ces dernières années, l'arbitrage a souvent été jeté sur la place publique et Verbist a été pris pour cible. L'homme, qui possède un contrat à durée indéterminée d'employé à la fédération, sera probablement délivré de ses maux cet été. Début décembre, le CEO Peter Bossaert a fait appel à David Elleray, un ancien grand arbitre anglais, qui consacre son temps à délivrer études et recommandations à l'arbitrage dans le monde entier, du Japon au Brésil. Il est assisté par un ancien collègue français, Bertrand Layec, un Breton entêté, qui a dirigé les arbitres de l'élite française et qui est décrit comme un homme cassant. La semaine dernière, les deux hommes ont eu une réunion avec les dirigeants de la fédération et de la Pro League. Pas encore pour présenter leur rapport définitif mais pour en exposer certains aspects et savoir de quels budgets ils disposent pour améliorer le fonctionnement. Car c'est nécessaire pour amener l'arbitrage belge au niveau de la Ligue des Champions, selon eux. Frank De Bleeckere est actif dans ce cercle. C'est pour ça qu'avant les play-offs, c'est lui et pas Verbist qui a défini les nouvelles règles pour le jeu de main. De Bleeckere avait reçu des directives à Belgrade. En déduire qu'il va devenir le nouveau patron serait prématuré. Le rapport d'Elleray, qui ne veut pas en discuter avant la fin du championnat, sera décisif à ce propos.