La Pologne n'a pas dû passer par les qualifications mais son coach, Franciszek Smuda n'a pas été épargné par la critique depuis qu'il a pris le relais de Leo Beenhakker en 2009. Une série noire de huit mois sans victoire en 2010 (que des matches amicaux !) a failli lui coûter sa tête. Il a fallu une victoire 3-1 contre la Côte d'Ivoire pour que la contestation s'essouffle.
...

La Pologne n'a pas dû passer par les qualifications mais son coach, Franciszek Smuda n'a pas été épargné par la critique depuis qu'il a pris le relais de Leo Beenhakker en 2009. Une série noire de huit mois sans victoire en 2010 (que des matches amicaux !) a failli lui coûter sa tête. Il a fallu une victoire 3-1 contre la Côte d'Ivoire pour que la contestation s'essouffle. Smuda avait promis de développer un jeu offensif et attrayant mais un cinglant 6-0 face à l'Espagne avant le Mondial a rapidement mis un bémol aux beaux rêves. Le coach découvrit qu'il ne disposait pas des cadres pour échafauder son plan. Son plus gros problème réside en défense. Et comme ses joueurs de souche ne lui donnaient pas satisfaction, il alla à l'étranger, en persuadant des joueurs nés en Pologne mais ayant grandi ailleurs d'opter pour la nationalité. C'est ainsi que l'arrière-gauche du Werder Brême Sebastian Boesnich et que les médians défensifs Adam Matuszczyk du FC Cologne et Eugen Polanski de Mainz ont promis allégeance comme le défenseur central de Sochaux Damien Perquis, né en France mais dont le grand-père était Polonais, tout comme le médian Ludovic Obraniak, ex-Espoir français devenu totalement polonais en 2009. Ces rapatriements n'ont pas plu à ceux qui constituaient l'ossature défensive mais Smuda est resté fidèle à ses choix. L'apport de Boesnich s'est montré important. Les arrières gauches ont toujours été un problème polonais : durant l'EURO 2008, Beenhakker y avait aligné trois joueurs différents en trois matches ! Mais avec deux opérations au genou, les apparitions de Boesnich en Bundesliga ont été très limitées cette saison et Perquis se bat pour être prêt à temps après avoir subi une fracture au coude en mars. En février, Robert Lewandowski ne put être aligné contre le Portugal à cause d'une blessure musculaire mais tout est rentré dans l'ordre et le buteur star sera l'attraction de son équipe. Il est 3e marqueur (22 buts, 10 assists) et Joueur de la Saison en Bundesliga. Il a notamment inscrit un hat-trick contre le Bayern Munich en finale de la Coupe ! S'il devait lui arriver misère, Smuda dispose du chevronné Pawel Brozek du Celtic Glasgow qui a régulièrement alimenté le marquoir du Wisla jusqu'en 2011 avant de passer à Trabzonspor puis au Celtic. L'autre option du coach : miser sur un jeune comme Artur Sobiech d'Hanovre. L'objectif est clair : terminer la poule parmi les deux premiers et se qualifier pour les quarts. La légende absolue Zbigniew Boniek estime que le groupe de la Pologne " avec la Russie, la Grèce et la Tchéquie peut être considéré comme le plus abordable ". Cependant, la Pologne est l'équipe la moins bien classée des 16 participants à l'EURO au ranking FIFA. PAR DARIUSZ KUROWSKI (ESM), À VARSOVIEObjectif : les quarts de finale