La crise nantaise était tellement prévisible. Depuis sa descente en Ligue 2 et malgré sa remontée immédiate, Nantes est malade et l'arrivée du président franco-polonais Waldemar Kita n'a fait qu'attiser le feu qui consume la maison des Canaris. Car si l'entraîneur Michel Der Zakarian avait été maintenu en L2 malgré les réticences de son président, il n'a pas survécu au médiocre début de championnat des Bretons.
...

La crise nantaise était tellement prévisible. Depuis sa descente en Ligue 2 et malgré sa remontée immédiate, Nantes est malade et l'arrivée du président franco-polonais Waldemar Kita n'a fait qu'attiser le feu qui consume la maison des Canaris. Car si l'entraîneur Michel Der Zakarian avait été maintenu en L2 malgré les réticences de son président, il n'a pas survécu au médiocre début de championnat des Bretons. Elie Baup est arrivé mais c'est avec effroi qu'il a découvert l'ampleur de la tâche. " Ici, c'est chacun dans son petit coin (...) et quand cela va mal, on essaie de montrer du doigt l'autre, comme ça on est à l'abri ", expliquait-il cette semaine après une nouvelle défaite 3-0 à Caen. Les supporters n'en peuvent plus et il y a dix jours, ils ont saccagé le centre d'entraînement de La Jonelière, taguant des Kita démission. Car, c'est bien là que réside le problème actuel. Tirant les leçons de la descente, Nantes a changé de président, choisissant un homme qui ne cesse de s'immiscer dans le domaine sportif. " Ce qui me fait rigoler à Nantes, c'est qu'avant il n'y avait personne pour commander et vous n'étiez pas contents. Là, je commande et vous ne l'êtes toujours pas ", avait-il lancé aux journalistes. Pour repartir sur des nouvelles bases, Kita, son directeur sportif, Christian Larièpe et son manager général, Pascal Praud, ancien journaliste de TF1, ont décidé de faire table rase de la culture maison. " Il ne faut pas être trop piqué FCN pour être coach ici, car il faut bien comprendre que le système de Nantes ne marche plus ", avait ajouté Kita. Quant à Praud, il a récemment lancé : " le FC Nantes des Choristes et d' Amélie Poulain a mauvaise allure ", avant de proposer de lancer une " révolution culturelle ". Les anciens n'ont donc plus voix au chapitre mais le journal OuestFrance n'a pas manqué de fustiger le comportement des nouveaux dirigeants après la claque à Caen : " Mais alors, Monsieur Praud, votre FCN de demain, celui de la révolution culturelle, c'est celui qu'on a vu cette semaine ? C'est-à-dire pathétique le mardi en Coupe de la Ligue ( NDLA : Nantes avait été éliminé par Créteil) et ridicule contre Caen ". En attendant, Baup fait l'impossible. Il a écarté sept joueurs et emmené le groupe toute la semaine en mise au vert à Annecy, pour souder un groupe bien peu concerné. Et cela a fonctionné à Grenoble (0-1). PASCAL FEINDOUNO, l'attaquant stéphanois transféré au Qatar, est au centre de la polémique. Le package total ( Feindouno et Nivaldo) a rapporté 8 millions à l'ASSE mais Bordeaux, qui doit toucher 50 % de la plus value en tant qu'ancien employeur de Feindouno, conteste la version officielle (5 millions pour Feindouno et 3 pour Nivaldo). " J'ai du mal à croire que Nivaldo, qui n'a pratiquement pas joué à Saint-Etienne vaille soudain 3 millions d'euros ", a déclaré le président bordelais Jean-Louis Triaud. GRÉGORY COUPET, l'ancien gardien de Lyon, aujourd'hui à l'Atletico, s'est lâché dans une interview dans France Football. Extraits sur les Bleus : " Les joueurs ne peuvent pas parler. Ils sont ligotés (...). C'est une dictature qui est mise en place. (...) C'est fou que des gars avec autant de talent soient aussi mal à l'aise chez les Bleus ". Sur l'Euro : " On a viré le doc et le gars de la presse (...). Donc, on a été bidon au championnat d'Europe à cause du docteur et du chargé des relations avec la presse. C'est une honte ". Sur Raymond Domenech : " Sa communication s'apparente à un jeu malsain de sa part. Il joue avec les gens mais à force de jouer, on finit par se casser la gueule ". Sur la nouvelle hiérarchie des gardiens en France : " C'était moi le n° 1 en France. Je n'y suis plus. Ok, j'ai 35 ans mais Frey (ndla : le n° 2) n'en a pas trente et en quelques semaines, il n'existe plus ". FLORENT SINAMA-PONGOLLE, l'attaquant de l'Atletico, est la seule nouveauté de la liste publiée par Raymond Domenech pour la rencontre en Roumanie. STéPHANE VANDE VELDE