Le flanc droit des Carolos a passé une semaine de tests sous le maillot de Lorient. Les Merlus ne jouissent pas d'un grand prestige en dehors des frontières françaises, d'autant plus que les Bretons figurent désormais en L2. Il n'est pourtant pas inutile de rappeler que ce club avait signé un remarquable doublé en 2002. Sous la gouverne de son coach, Yvon Pouliquen, Lorient avait empoché la Coupe de France et la Coupe de la Ligue. Tout cela av...

Le flanc droit des Carolos a passé une semaine de tests sous le maillot de Lorient. Les Merlus ne jouissent pas d'un grand prestige en dehors des frontières françaises, d'autant plus que les Bretons figurent désormais en L2. Il n'est pourtant pas inutile de rappeler que ce club avait signé un remarquable doublé en 2002. Sous la gouverne de son coach, Yvon Pouliquen, Lorient avait empoché la Coupe de France et la Coupe de la Ligue. Tout cela avant de plonger, la même saison, dans l'anonymat de la L2. Gregory, qu'avez-vous d'abord pensé de cet intérêt de Lorient pour vous ? Gregory Dufer : J'avais déjà été cité France il y a un ou deux ans. C'est indiscutablement un football qui me convient bien. J'en suis tout à fait certain. J'ai été reçu très gentiment par les responsables du club, le coach et les joueurs lors de cette semaine de stage. A la fin de la saison passée, Christian Gourcuff a pris la succession d'Yvon Pouliquen. Ce n'est pas la première fois que Gourcuff se retrouve à la tête des Merlus et c'est un spécialiste de la montée en L1. Ce club n'a pas envie de s'éterniser à l'étage inférieur. Cette ambition se ressent tout de suite. Elle est présente dans les regards et les mots de chacun à Lorient. La décision n'est pas encore tombée mais je ne partage pas votre avis. Tout transfert à l'étranger peut être positif. Patrice Loko a joué en Coupe de l'UEFA la saison passée avec Lorient. Je n'oublie pas non plus que ce cluba été la rampe de lancement de Darcheville. Il brille désormais à Bordeaux. La L2 française peut être une bonne transition pour tout le monde, mais rien n'est fait. Il y a d'autres touches en France, toutes passant par Mogi Bayat. A l'heure où nous vous parlons, la décision est-elle tombée à propos de la durée d'un contrat à Lorient ? Je suis encore sous contrat à Charleroi jusqu'en 2006, c'est important. Et avant de trancher en faveur d'un transfert en France, il faudra tout mettre à plat et voir si la solution ébauchée convient à toutes les parties concernées par cette affaire. Si cela convient totalement à Charleroi ainsi qu'à moi-même, on pourra avancer dans le dossier. Je ne crois pas qu'une décision définitive sera prise avant la deuxième moitié de la semaine (P. Bilic)