Pourquoi avoir quitté vos fonctions d'adjoint de Michel Lecomte et de responsable du site sport ?
...

Pourquoi avoir quitté vos fonctions d'adjoint de Michel Lecomte et de responsable du site sport ? J'aurai 48 ans en janvier. Cela peut sembler " bateau ", mais Rossel m'a proposé un autre défi. Ce n'est pas un coup de tête, je ne pars pas fâché. Je n'étais en conflit avec personne. Quand Rossel m'a contacté, j'ai réfléchi. J'ai rencontré plusieurs personnes. Le discours m'a plu. Il faut savoir saisir les opportunités. Plus jeune, j'ai travaillé dix ans comme pigiste et c'est quand j'ai voulu arrêter que la RTBF m'a proposé un emploi. Presque quinze ans plus tars, l'offre de Rossel est survenue à un moment où je sentais être arrivé au bout d'un chemin. Comment s'est passé votre départ ? Avec beaucoup d'émotions ! J'ai un lien très fort avec Michel Lecomte, nous avons vécu beaucoup de choses. Il m'a toujours soutenu, notamment quand, il y a quelques années, j'ai voulu passer de la télé à la gestion du site web sport. L'annonce de mon départ a été un moment difficile. Il m'a dit que j'étais obligé de venir à sa soirée de départ à la pension ! (il rit). Je voulais partir discrètement mais, la veille de mon départ, une petite fête a été organisée sans que je le sache. J'ai reçu beaucoup de témoignages touchants de collègues, dont certains qui étaient à l'étranger quand ils ont appris la nouvelle. Quelles sont vos nouvelles fonctions ? Rossel Sports, c'est le mariage des rédactions sportives de Sud Presse et Le Soir. Mon but n'est pas juste de faire la jonction entre les équipes à Namur et à Bruxelles mais aussi de donner une orientation claire sur notre manière d'informer et de répondre aux besoins de nos publics. Une de mes priorités sera l'évolution du digital. Je suis en charge du budget. J'ai rencontré la majorité des journalistes et je suis confiant. J'arrive dans un endroit sain, où on sent une volonté d'avancer. Vous allez concurrencer le site sport de la RTBF... Pas vraiment. Nous avons chacun notre touche. Quand j'étais à la RTBF, je disais aux journalistes de ne pas reprendre les interviews de la DH ou de Sud Presse, sauf cas exceptionnel. Par exemple, quand Nafi Thiam a poussé son coup de gueule contre sa Fédération uniquement avec des journalistes de presse écrite. Lors d'un EURO ou d'un Mondial de foot, on ne pourra jamais concurrencer la RTBF. Mais il y a toujours une autre manière de traiter l'information et d'avoir nos spécificités, comme quand on relate que c'est Mpoku qui négocie le contrat de son frère avec Anderlecht, qu'on explique qu'Anderlecht a une perte de 27 millions d'euros...