Comme beaucoup de gens du monde du football, Stéphane Huet est un peu superstitieux. Il se refusait de prétendre que son équipe visait le titre malgré l'importante avance qu'elle possédait par rapport à ses poursuivants. Ainsi, au terme de la première tranche, quand La Calamine termina première invaincue, avec un bulletin de 28 sur 30, il répéta que l'objectif de son club était de participer au tour final et si possible, gagner une tranche. Il espérait sans doute ne pas mettre inutilement la pression sur ses joueurs. Depuis, l'entraîneur de La Calamine est devenu un peu impatient. Le titre ne pouvant plus échapper à son équipe, il aimerait que le dossier soit clôturé ce week-end contre Couillet afin de pouvoir entamer les négociations avec les joueurs pour la saison prochaine en D3. Ceci dit, lorsqu'à l'issue de la 27e journée (le 4 avril), la Calamine affichait neuf points d'avance sur le deuxième, Woluwé, les premiers entretiens ont eu lieu.
...

Comme beaucoup de gens du monde du football, Stéphane Huet est un peu superstitieux. Il se refusait de prétendre que son équipe visait le titre malgré l'importante avance qu'elle possédait par rapport à ses poursuivants. Ainsi, au terme de la première tranche, quand La Calamine termina première invaincue, avec un bulletin de 28 sur 30, il répéta que l'objectif de son club était de participer au tour final et si possible, gagner une tranche. Il espérait sans doute ne pas mettre inutilement la pression sur ses joueurs. Depuis, l'entraîneur de La Calamine est devenu un peu impatient. Le titre ne pouvant plus échapper à son équipe, il aimerait que le dossier soit clôturé ce week-end contre Couillet afin de pouvoir entamer les négociations avec les joueurs pour la saison prochaine en D3. Ceci dit, lorsqu'à l'issue de la 27e journée (le 4 avril), la Calamine affichait neuf points d'avance sur le deuxième, Woluwé, les premiers entretiens ont eu lieu. " Nous avons connu une période faste, une totale réussite ", reconnaît Stéphane Huet. " Comme la saison précédente, celle de la montée de Provinciales en Promotion, l'équipe avait enregistré de bons résultats, terminant huitième. Nous nous étions limités à renforcer notre noyau avec quelques éléments d'expérience, qui ont joué un peu plus haut, et d'autres venus d'écoles de jeunes réputées comme celles du Standard, de Liège et de Visé. L'osmose s'est très vite réalisée. Ce qui est d'autant plus compréhensible qu'après un match nul (0-0 à Nivelles) lors de la première journée, nous avons aligné onze victoires d'affilée. Après une telle série, il est impossible que l'ambiance au sein du noyau ne soit pas bonne. Il n'était pas possible non plus que la direction et les supporters ne nous suivent pas quand on possède onze points d'avance à la trêve ". A ce moment-là, l'équipe avait déjà atteint son objectif : le tour final, qui était devenu une obsession après la mésaventure du championnat précédent. " Pour notre retour en Promotion, nous nous sommes rapidement mis à l'abri et, en fin de compte, la huitième place avait un goût de trop peu : l'écart entre nous et les participants au tour final était minime et nous aurions très bien pu participer à ces playoffs. Malheureusement, nous nous sommes déconcentrés à cinq journées de la fin. Nous avons donc entamé ce championnat 2003-2004 avec la ferme intention de ne pas commettre la même erreur et de participer au tour final ". Selon Huet, le déclic a eu lieu lors de la troisième journée, lorsque son équipe est allée battre Woluwé, le favori nanti du maximum de points, chez lui (1-3) : " C'est sans doute à cette occasion-là que nous avons pris conscience de nos capacités. La semaine précédente, nous l'avions emporté (1-0) contre Montegnée mais notre adversaire aurait bien mérité le match nul. Mais face aux Bruxellois qui, comme nous, méritent la montée, nous avons gagné haut la main. Il y a eu en plus un but magnifique de notre demi défensif, Fabio Farina, un tir des 25 mètres en pleine lucarne comme on en voit à Match 1 ". Quand une équipe domine sa série comme La Calamine l'a fait, il est logique que des noms sortent du lot : " Je citerais Boris Dome, notre gardien, et MikePossen, l'arrière gauche. Ils viennent tous deux de Battice, un club qui est descendu en Provinciales l'année précédente. Ils ont relevé le niveau de l'équipe. Il y a aussi Thomas Nélis, qui arrivait de l'US Centre mais qui a beaucoup galéré les années précédentes. Il a été très précieux en soutien d'attaque, c'est un pivot qui décroche, qui sait conserver le ballon et qui pèse sur les défenses adverses grâce à son gabarit. Et je n'oublierai pas François Sterchele, un pur centre-avant. Il a déjà inscrit 21 buts et, l'année dernière, il en avait marqué une quinzaine. Ce n'est pas par hasard s'il est convoité par plusieurs clubs de l'élite et de D2 ". Jusqu'à présent, quatre joueurs ont décidé de quitter le club : Julien et LionelMertens, OlivierLuchte et CédricGulpen. " S'estimant juste pour la D3, Lionel a préféré signer pour le FC Huy et son frère, qui n'était pas titulaire mais qui termine la saison en boulet de canon, a choisi de suivre son frère. Olivier ira à Gemmenich, un club qui va monter en P1. Quant à notre deuxième gardien, c'est moi qui lui ai conseillé d'aller s'aguerrir dans un club de niveau inférieur. Il est encore trop court pour être premier gardien et, comme il est jeune, il vaut mieux qu'il joue plutôt que de faire banquette. Ceci dit, nos joueurs sont tous libres en fin de saison. Personnellement, suite à l'annonce du président Egide Sebastian que je resterai la saison prochaine, j'ai dit oui. Je suis casanier et je serai toujours à La Calamine la saison prochaine. A moins d'un gros problème ". Sebastian est un garagiste très connu, président et sponsor principal du club. En général, il n'est pas facile de travailler avec des personnes qui ont plusieurs casquettes. Très souvent, ce sont des despotes : " Il l'a probablement été lui aussi mais il s'est calmé à partir du moment où il a changé son fusil d'épaule en décrétant qu'il n'alignerait plus une équipe de mercenaires. Il a décidé de faire confiance aux jeunes et, mis à part trois éléments, tous les joueurs du noyau sont nés après 1980. Lors du recrutement, nous accordons notre préférence aux jeunes équilibrés. Ces garçons sont plus motivés et plus faciles à gérer. Pour ce qui est des transferts mêmes, le président me laisser carte blanche. La saison dernière j'ai annoncé que je tenais à évoluer en 4-4-2 avec zone totale. C'est un choix personnel parce que je trouve que c'est un football moderne, chatoyant à voir avec beaucoup de mouvement sans ballon où l'on joue en fonction de celui-ci et pas de l'adversaire. J'ai donc eu le loisir d'acquérir les éléments que je voulais en fonction du dispositif choisi. Le président ne m'a conseillé qu'un seul nom, MikeGöbbels. Il m'a demandé d'aller le voir, ce que j'ai fait en sa compagnie. Après analyse, je lui ai donné mon accord et ce transfert a été une réussite même s'il n'a pas toujours joué puisqu'il évoluait en défense où ils étaient à trois pour deux places ". Nicolas Ribaudo