Dans notre édition du 21 avril, nous avions publié une enquête réalisée auprès des entraîneurs des divisions inférieures afin de savoir qui, dans leur série, pouvait devenir le nouveau LuigiPieroni. Une bonne vingtaine de noms avaient été cités. Certains d'entre eux ont disparu mais d'autres joueurs, en revanche, ont bel et bien bénéficié d'un transfert vers la D1.
...

Dans notre édition du 21 avril, nous avions publié une enquête réalisée auprès des entraîneurs des divisions inférieures afin de savoir qui, dans leur série, pouvait devenir le nouveau LuigiPieroni. Une bonne vingtaine de noms avaient été cités. Certains d'entre eux ont disparu mais d'autres joueurs, en revanche, ont bel et bien bénéficié d'un transfert vers la D1. C'est ainsi qu' AbdoulayeSoumare (cité par l'entraîneur de l'Union Saint-Gilloise Jacques Urbain), Alexandre Lecomte et Bob Cousin (cités par Philippe Saint-Jean, à l'époque entraîneur de Tubize) ont rejoint Mouscron, mais sans encore parvenir à s'imposer. Roland Lamah, également cité par Saint-Jean, est passé de Visé à Anderlecht, mais n'a encore joué qu'avec l'équipe Réserve. Sander Debroux, l'ancien arrière latéral de Oud Heverlee Louvain (cité par Jacques Urbain), s'est déjà fait une petite place au soleil à St-Trond. Mais c'est sans doute Gérald Lefebvre, l'entraîneur français de Templeuve, qui a tapé dans le mille en citant Tim Matthys (20 ans). L'ancien attaquant de Zottegem, désormais à la Gantoise, est en effet celui dont le profil se rapproche le plus de celui du buteur mouscronnois, parti à Auxerre. Comme lui, c'est un avant qui trouve facilement le chemin des filets. Comme lui aussi, c'est en novembre qu'il commence à éclore après trois mois d'apprentissage. Gérald Lefebvre l'avait décrit comme suit : " C'est un garçon de 1m80 et 80 kg, assez rapide, qui possède une bonne technique. Un attaquant complet. Sans être le meilleur buteur de la série, il a impressionné beaucoup d'autres coaches ". " Je me retrouve assez bien dans cette description ", confirme l'intéressé. " Avec 15 buts, j'étais le meilleur buteur de Zottegem, mais pas de la Promotion A. Cet honneur a échu à KristofDeWispelaere, l'attaquant d'Evergem qui avait inscrit 21 buts et a été transféré à... Hoek, un club amateur néerlandais. En ce qui me concerne, j'ai été visionné à plusieurs reprises par GilbertDeGroote, le scout de La Gantoise. Il m'a demandé si un transfert vers le stade Otten m'intéressait. Bien sûr, que cela m'intéressait. J'allais justement terminer mes humanités sportives à Audenaerde et c'était l'occasion rêvée de tenter ma chance dans un club professionnel. Je n'avais rien à perdre, puisque je ne devais sacrifier aucun boulot. En plus, la proposition émanait de Gand, un club dont j'avais toujours été supporteur et dont je suivais régulièrement les matches en D1. Malheureusement, alors que j'étais parti en classe de neige en mars, je me suis cassé le pied en faisant du snowboard et je n'ai pas pu disputer les cinq derniers matches de championnat. J'ai craint que mon transfert ne tombe à l'eau à cause de cela. Mais Gilbert De Groote a insisté auprès de la direction gantoise pour qu'on m'accorde une chance. C'est à lui que je dois d'être un Buffalo aujourd'hui ". La partie n'était pourtant pas gagnée d'avance. GeorgesLeekens a l'habitude de protéger ses jeunes joueurs et évite de les lancer trop tôt. Il tique parfois lorsqu'il a affaire à un joueur provenant de D2. Matthys, lui, provient de Promotion. " L'écart est immense ", concède l'intéressé. " J'ai relativement bien digéré mon nouveau régime d'entraînement. Même durant la période de préparation, réputée exigeante, je n'ai pas souffert autant que je l'avais craint. Je m'étais bien préparé durant l'été, j'étais allé courir chaque fois que je le pouvais et j'avais déjà une bonne condition de base à la reprise. Et puis, je venais à l'entraînement avec une telle motivation que je ne ressentais pas la fatigue. Lors des petits matches, lorsqu'on s'exerçait à la possession du ballon, je sentais cependant que je n'étais pas encore au point. Je courais tant et plus, mais je ne touchais jamais le cuir. C'était une question de vitesse d'exécution et d'intensité. Au fil du temps, je me suis habitué. Et aujourd'hui, cela va de mieux en mieux ". Le bonheur se lit sur son visage. Matthys est heureux d'être là, d'avoir réalisé son rêve. Pour sa première titularisation, voici trois semaines, il a frappé fort : trois buts qui ont crucifié le FC Brussels. Une semaine plus tard, en déplacement à Genk, il a inscrit le but égalisateur. Toutes ses réalisations ont donc rapporté des points à son club. " Je ne pensais pas que tout serait allé aussi vite pour moi ", reconnaît-il. " Au départ, je m'étais fixé comme objectif d'être repris le plus souvent possible dans les 18. Dès les premiers matches, j'ai eu l'occasion de faire quelques apparitions. Et depuis le 7 novembre, j'étais titulaire. Lorsque l'entraîneur m'a annoncé que je débuterais la partie face au FC Brussels, j'ai senti la nervosité me gagner. Mon premier but est un peu tombé du ciel, mais il m'a donné confiance ". Le malheur des uns fait le bonheur des autres. " Il est un fait que j'ai bénéficié des blessures des autres attaquants gantois ", reconnaît Matthys. " Mais, lorsque la chance se présente, il faut pouvoir la saisir. Je pense l'avoir fait ". La réussite de Matthys, comme celle de Pieroni l'an passé, l'atteste : on peut encore trouver du talent dans les divisions inférieures, à condition de bien chercher. " Dans mon ancien club, je connais d'autres jeunes qui ont certaines possibilités. Zottegem a toujours eu la réputation d'avoir une bonne école de jeunes. UrbainBraems y a officié comme directeur sportif et était présent aux matches. Il m'a parfois prodigué de précieux conseils. La difficulté, c'est d'obtenir une chance au plus haut niveau. En général, les dirigeants des clubs professionnels n'aiment pas prendre trop de risques. Ils préfèrent miser sur des étrangers, qui offrent plus de garanties de réussite immédiate. Je dois avouer que, parfois, c'est frustrant lorsqu'on évolue dans une division inférieure et qu'on se voit refuser une chance que les étrangers reçoivent généreusement. La saison dernière, lorsque je venais voir jouer La Gantoise, je me demandais parfois ce que Mrdakovic faisait sur le terrain. Je me disais que j'aurais été capable de me débrouiller aussi bien que lui. Mais cela, c'était un sentiment perçu depuis la tribune. Une fois sur le terrain, on se rend compte que ce n'est pas aussi simple que cela ". Les principales qualités de Tim Matthys ? " Je me sens le plus à l'aise lorsque je peux entreprendre une action en regardant droit vers le but. J'aime me donner à fond. Et je ne suis pas fainéant : lorsque je ne suis pas fatigué après un match ou un entraînement, je me sens mal. Cette qualité m'a aussi servi, je pense ". Considère-t-il Pieroni comme l'exemple à suivre ? " D'une certaine manière, oui. Lorsqu'il s'est trouvé en confiance, il a fait trembler les filets adverses. Il a réalisé une saison magnifique et a mérité son transfert pour Auxerre. Dommage qu'il ne soit pas plus souvent titulaire, en Bourgogne. Si je rêve, moi aussi, d'un futur transfert à l'étranger, voire d'une place en équipe nationale ? Je garde les pieds sur terre, je sais qu'il me reste pas mal de progrès à effectuer. Je dois encore améliorer mon jeu de tête, développer ma puissance dans les duels. Pour l'instant, je compense ces faiblesses par ma rapidité. J'essaie de travailler ma musculature, mais le problème se situe aussi dans la tête : j'hésite parfois à mettre franchement le pied. Je pense que je ne resterai pas titulaire toute la saison. Alors, je profite pleinement des moments présents. D'un autre côté, je constate aussi que tout peut aller très vite. Jusqu'ici, je n'avais jamais bénéficié de la moindre sélection en équipe nationale de jeunes. C'est normal : on vient rarement visionner des joueurs pour l'équipe nationale à Zottegem. Mais il a suffi que je dispute quelques matches comme titulaire avec Gand pour que, déjà, je reçoive une pré-convocation pour les Espoirs... " Daniel DevosAprès quelques matches avec Gand, il reçoit une pré-convocation POUR LES ESPOIRS