La demi-finale face à Amsterdam fut l'occasion, pour Jean-Marc Jaumin, de retrouver Ton Boot. Un coach qui lui a laissé d'excellents souvenirs. "Avec Dirk Bauermann dans un tout autre style, c'est Ton Boot qui m'a apporté le plus", précise-t-il. "Il a discipliné mon jeu et m'a appris à me contrôler dans les moments chauds. Il traite chaque joueur de la même façon et juge sur le travail que l'on fournit. A O...

La demi-finale face à Amsterdam fut l'occasion, pour Jean-Marc Jaumin, de retrouver Ton Boot. Un coach qui lui a laissé d'excellents souvenirs. "Avec Dirk Bauermann dans un tout autre style, c'est Ton Boot qui m'a apporté le plus", précise-t-il. "Il a discipliné mon jeu et m'a appris à me contrôler dans les moments chauds. Il traite chaque joueur de la même façon et juge sur le travail que l'on fournit. A Ostende, il nous a inculqué la rage de vaincre en nous forçant à nous battre pour chaque ballon. Il m'appréciait, car il comptait beaucoup sur moi et me considérait un peu comme le coach sur le terrain. Il appréciait aussi beaucoup Barry Mitchell, dont l'âme de combattant correspondait tout à fait à ce qu'il attendait d'un joueur. Nous avions, tous les deux, pour mission de tirer l'équipe. Avec Ton Boot, les entraînements étaient aussi durs que les matches, si pas plus. Il adorait provoquer les joueurs pour les pousser dans leurs derniers retranchements. Le fait d'avoir travaillé avec lui à Ostende m'a beaucoup aidé pour partir en Espagne et m'adapter au style de Bozidar Maljkovic, encore plus exigeant. J'en suis reconnaissant à Ton Boot et je n'oublie pas que c'est avec lui que j'ai vécu mes meilleurs moments en Belgique. Ostende a remporté le titre l'année de son arrivée. Je n'étais que sixième homme, mais cela ne m'a pas empêché d'être élu Joueur de l'Année cette saison-là. Deux ans plus tard, malgré la défaite d'Ostende en finale des playoffs, j'ai été élu Joueur de l'Année pour la deuxième fois. C'était toujours avec Boot. Le coach néerlandais est demeuré trois saisons sur la côte. Cela doit être une sorte de record". Allusion à peine voilée au licenciement de Lucien Van Kersschaever, cette saison. "Je ne comprends pas", avoue Jean-Marc Jaumin. "C'est typiquement Mister V, ce genre de réaction. Il n'en a jamais assez. Lorsque l'équipe est deuxième, il veut qu'elle soit première. Et lorsqu'elle est première, il lui reproche la manière". Soit dit en passant, Jean-Marc Jaumin a été recontacté dans l'optique d'un retour à la côte : "J'ai vu cela sur Internet et je suis tombé des nues. Alors qu'Ostende lançait un appel du pied à Dimitri Lauwers, mon nom était cité également. Bien essayé! Doum serait fou de retourner à Ostende. Par rapport à la percée qu'il a effectuée en France, ce serait un pas en arrière".