Le coach Bruce Arena et ses assistants ont sélectionné 23 joueurs pour représenter les Red, White and Blue en Allemagne. 12 d'entre eux évoluent en Europe et 11 défendent les couleurs de clubs de la Major League Soccer. L'entraîneur a misé sur des attaquants très physiques, des milieux de terrain expérimentés et une défense mixte composée de jeunes éléments et d'anciens briscards. L'âge moyen de l'équipe est de 28,6 ans et l'e...

Le coach Bruce Arena et ses assistants ont sélectionné 23 joueurs pour représenter les Red, White and Blue en Allemagne. 12 d'entre eux évoluent en Europe et 11 défendent les couleurs de clubs de la Major League Soccer. L'entraîneur a misé sur des attaquants très physiques, des milieux de terrain expérimentés et une défense mixte composée de jeunes éléments et d'anciens briscards. L'âge moyen de l'équipe est de 28,6 ans et l'expérience internationale est de 44,2 sélections, allant de 6 pour Marcus Hahnemann, le gardien de Reading, à 106 pour le vétéran Claudio Reyna, le médian de Manchester City. Parmi eux, on retrouve le défenseur du Standard, Oguchi Onyewu. Aux Etats-Unis, qu'il a pourtant désertés en mars 2002 pour Metz, le jeune défenseur fait la une du New York Times, de USAToday... Là-bas aussi, on l'appelle Gooch, une version raccourcie et donc nettement plus facile qu' Oguchialu ou Dieu se bat pour moi dans l'idiome de ses parents qui ont quitté le Nigeria pour l'Amérique dans les années 70. On y admire son physique. Toujours friands de statistiques, les officiels de l'US Soccer ont relevé que depuis 1916, l'équipe nationale a aligné plus de 600 joueurs et qu'aucun d'entre eux, excepté peut-être l'un ou l'autre gardien de but, n'a jamais frôlé les impressionnantes mensurations du solide défenseur du Standard : 1,93 m. pour 95 kg ! Mais ils sont tout aussi prompts à lui reconnaître d'autres qualités. Bruce Arena se souvient du match contre le Mexique du 27 mars 2005 (perdu 2-1), disputé dans le stade Azteca plein comme un £uf (110.000 spectateurs) : " Ce jour-là, Gooch a commis quelques erreurs coûteuses. Certains joueurs ne se seraient jamais remis d'une telle mésaventure, mais pas lui. Trois jours après, contre le Guatemala (victoire 2-0), notre défenseur sortait une prestation étincelante. Cela en dit long sur sa force de caractère et sa faculté d'analyser ses erreurs et de les corriger. Il est un de ces joueurs constamment en lice pour une place dans le onze de base. Pour ne rien gâcher, c'est un jeune homme super ! " Et le coach d'ajouter : " Oguchi possède ce rare don d'allier de grandes qualités physiques à la faculté de jouer de manière tactique. Son intransigeance sur l'homme ne l'empêche pas de très bien lire le jeu. Chaque fois que j'ai vu évoluer des joueurs de cette trempe, je me suis demandé quand on allait en posséder un dans nos rangs. C'est chose faite ".