" Il fallait évidemment que ça m'arrive ", a soupiré Jan Dekker à la télévision néerlandaise, en suivant le tirage au sort du Mondial de la Professional Darts Corporation (13 décembre-1er janvier). Il a en effet été associé à l'Anglaise Lisa Ashton (48).
...

" Il fallait évidemment que ça m'arrive ", a soupiré Jan Dekker à la télévision néerlandaise, en suivant le tirage au sort du Mondial de la Professional Darts Corporation (13 décembre-1er janvier). Il a en effet été associé à l'Anglaise Lisa Ashton (48). La quadruple championne du monde a dominé le tournoi de qualification féminin britannique. Ryan Joyce " avait aussi tout à perdre ", le tirage l'ayant associé à la triple championne du monde Anastasia Dobromyslova, la meilleure des qualifications réservées aux dames non-britanniques. La Russe, la meilleure de son pays dès l'âge de 14 ans, n'en est pas à son premier coup. En 2009, elle avait déjà obtenu une wildcard pour le Mondial, au grand dam de la légende Eric Bristow, qui estimait " qu'elle prenait injustement la place d'un homme, plus fort. " Les dames n'en restent pas moins les bienvenues au Mondial, qui se déroule à l'Alexandra Palace de Londres, pour autant qu'elles se soient qualifiées directement dans un des nombreux tournois masculins. Une mission impossible. " En élargissant le plateau à 96 joueurs, le Mondial peut garantir deux billets directs aux dames tout en ayant un plus grand rayonnement international ", a expliqué Barry Hearn, le président de la Professional Darts Corporation (PDC). Les sponsors apprécient le changement de cap. Les primes sont passées de 791.000 euros à 2,8 millions. Le vainqueur va toucher 565.000 euros. " Ce sera un homme ", sourit la Russe, confrontée aux statistiques : jamais une femme n'a réussi à gagner une épreuve du Mondial, même pas à la British Darts Organisation qui organise son championnat du monde au mythique Lakeside Country Club (Frimley Green). Malgré tout, le jeu en vaut la chandelle : en début d'année, Dobromyslova a perçu 5.600 euros suite à son succès au Mondial féminin alors que, dans le cas qui nous préoccupe, même une défaite au premier tour lui rapportera plus : 8.500 euros.