Votre club est toujours en vie et vous êtes à nouveau titulaire. Avec un nouvel entraîneur. Le club revit-il un peu?
...

Votre club est toujours en vie et vous êtes à nouveau titulaire. Avec un nouvel entraîneur. Le club revit-il un peu?Gilbert Bodart: Ça m'étonne. Nous sommes plus morts que vifs. On recherche des repreneurs. Le club a un potentiel: le stade est chouette, le complexe très beau, il y a assez bien de supporters. Mais il se passe quelque chose tous les jours. Nous avons un nouveau président et un nouvel entraîneur. Le précédent, Rumignani, n'était pas fait pour la Série A ou B, il était trop gentil pour ce niveau. Son successeur, Di Chiara, considère sa mission actuelle comme un défi. Il a évolué lui-même en Série A. Il m'a replacé dans le but. L'ancien président voulait aligner le jeune Sarti pour pouvoir le revendre avec un bénéfice, mais il ne savait même pas que Sarti n'appartenait pas à Ravenne. Lors de mon premier match, nous avons réalisé un nul blanc face au leader, Chievo. Du coup, nous nous sommes offert une chance de maintien. Mais quand vous perdez 2-0 une semaine plus tard, vous vous demandez à quoi les joueurs ont la tête. Cette équipe n'est plus motivée. Quand on n'a pas envie de se battre, plus rien ne va. Tous les joueurs ont demandé la cessation des activités. Si nous ne sommes pas payés le 1er avril, nous serons indemnisés par les garanties bancaires. Ravenne sera placé sous curatelle et relégué en amateurs. Qui sera champion?Chievo est une petite équipe de la banlieue de Vérone. Elle attire peu de monde mais produit un football offensif et attractif. C'est la meilleure formation de la série. Nous y avons obtenu un bon résultat mais nous avons passé la ligne médiane à trois reprises. Le stress sera le pire ennemi de Chievo.Pour la première fois depuis dix-neuf ans, il n'y a pas de club italien en quarts de finale des coupes d'Europe. Le pays s'en émeut-il?Pas vraiment. Les gens sont trop pris par le championnat. Ceux qui terminent parmi les quatre premiers peuvent rafler tellement de primes que le reste est accessoire. Ce qui m'a frappé, c'est que l'AS Rome a aligné une équipe réserve améliorée contre Liverpool. Totti ne jouait pas, Batistuta faisait banquette. On n'agit pas comme ça sans s'exposer à un revers. C'est éloquent. A mes yeux, l'AS Rome est pourtant la meilleure formation d'Europe, pour l'instant. Sa manoeuvre prouve qu'elle mise sur le championnat. La plupart des clubs commencent à changer leur fusil d'épaule. Les grands recherchent des jeunes talents italiens, pour lesquels ils dépensent beaucoup.L'AS Rome a dépensé plus d'un milliard pour le jeune Cassano, de Bari, que vous disiez surfait il y a peu.Je n'ai pas changé d'avis. Agnelli, de la Juventus, est un homme intelligent. S'il a renoncé, estimant que 1,2 milliard, c'était exagéré pour un tel joueur, ce n'est pas sans raison. Son jugement est sensé. Un beau but contre l'Inter et quelques dribbles ne justifient pas un tel investissement. Donnez-moi plutôt les jeunes de l'Atalanta, un modèle en la matière. La semaine dernière, j'ai adoré le match Atalanta-Brescia. Au début de la saison, je pensais que Brescia avait les moyens de terminer parmi les premiers mais que l'Atalanta éprouverait des difficultés. Brescia a été balayé, alors qu'il aligne des noms comme Roberto Baggio, Pirlo et Hubner. Il y a deux mois, personne ne connaissait les jeunes de Bergame, mais ils sont bourrés d'enthousiasme. Si je dois choisir entre Cassano et des jeunes de l'Atalanta, je prendrai les jumeaux Zenoni. Ce sont des grands en puissance.L'Atalanta risque d'être plumée.Si ce club se qualifie pour une coupe d'Europe, le président vendra peut-être un joueur, mais il conservera son noyau. N'oubliez pas qu'à chaque match à domicile, Bergame attire 25.000 spectateurs.Pourquoi Brescia n'y arrive-t-il pas?Parce que ce club m'a laissé filer (il rit). L'ambiance est froide, même mauvaise. Match après match, l'entraîneur est hué de la première à la dernière minute. Mazzone joue pour sauver sa peau. Le président vient de lancer un pavé dans la mare en déclarant qu'il voulait me conserver mais que Mazzone ne m'aimait pas. On n'entend plus parler de Roberto Baggio.Qu'avais-je dit en début de saison? Son transfert était un coup de pub. Il a sorti quelques grands matches, il s'est blessé, puis il s'est disputé avec l'entraîneur. Il a été écarté mais il a de nouveau été brillant contre la Fiorentina, il a inscrit les deux buts et est redevenu international. Il a toujours eu des éclairs de génie mais il n'a jamais eu assez de caractère pour s'imposer dans la durée. C'est une carence fatale dans une équipe qui lutte pour son maintien. S'il descend avec Brescia, il trouvera peut-être un autre club, mais je pense qu'il est fini au plus haut niveau.Zaccheroni a été mis sur la touche à Milan. Ça vous étonne?Savez-vous de quel entraîneur Milan a besoin? D'un gars comme Eric Gerets, un type qui a du caractère et de la personnalité. Zaccheroni n'était plus sur la même longueur d'onde que ses joueurs depuis tout un temps. Un entraîneur est adulé un jour et descendu le lendemain. Regardez De Canio, de l'Udinese. Il était assailli de compliments l'an dernier et au début de cette saison, mais on l'a écarté. Voir Milan piétiner alors qu'il a tant de talents, c'est grave. Ses joueurs s'embourgeoisent. Je crois qu'il s'agit d'un problème de génération. Les footballeurs gagnent trop d'argent trop vite. Partout, ce sont les plus âgés qui sont les meilleurs. A Brescia, Galli, qui a 38 ans, est presque chaque semaine le meilleur joueur de son équipe. C'est pareil à l'Atalanta pour Ganz, qui a 35 ans. Nous croyons encore en la valeur du football lui-même, nous nous engageons sans réticence. Les plus jeunes y parviennent difficilement.Qui va descendre?Certainement Bari. J'espère pour Gillet qu'il parviendra à sauver quelques points. Il a le malheur de jouer dans une équipe démotivée qui a déjà jeté l'éponge. Je peux m'imaginer ce qu'il vit car je suis dans la même situation. Parfois, c'est à se demander si vos coéquipiers jouent pour ou contre vous. Outre Bari, la Reggina semblait condamnée, mais elle s'est ressaisie et elle produit maintenant un bon football. D'après moi, les trois autres descendants viendront de Brescia, de Vérone, de la Reggina, de Vicence et de Naples. (G. Foutré)