Belgique- Kazakhstan, bienvenue à ces Asiatiques qui vont nous offrir nos trois premiers points qualificatifs pour l'EURO 2008 ! Et retour de ma marotte, je jure avoir commis le premier chapitre avant le match et le second après...
...

Belgique- Kazakhstan, bienvenue à ces Asiatiques qui vont nous offrir nos trois premiers points qualificatifs pour l'EURO 2008 ! Et retour de ma marotte, je jure avoir commis le premier chapitre avant le match et le second après... Mercredi 16 août 2006, 18h. Je suis détendu comme rarement, la victoire est certaine : nous recevons, ils sont dans les tréfonds du classement FIFA, nous avons déjà donné récemment question débuts foireux, et René Vandereycken ne perd pas beaucoup de matches quand il s'agit de mettre un petit but de plus qu'un plus faible sur papier ! Un coach qui choisit librement de ne rien dire plutôt que se sentir obligé de parler pour ne rien dire, ça change, c'est agréable : VDE n'a parlé ni des absents ni des adversaires, il a ordonné le motus total à Steven Defour et la bouche cousue absolue à Anthony Vanden Borre, et il n'a pas encore annoncé l'équipe ! J'en suis donc réduit comme vous à rêver mon 11, selon mes convictions, parmi les présélectionnés : je vous le livre en encadré, et selon ce 5-3-2 que semble aimer le coach national. Je sais, vous y verrez de l'incongru et ce ne sera pas le choix de René. Qu'importe, nous allons l'emporter par un petit 2-0 propre et sans éclat. A tout à l'heure. Mercredi 16 août 2006, 23h. La cata kazakh 2006 est pire que la cata bulgare 2002 et que la cata lituanienne 2004, nous devenons les champions du monde du démarrage foireux à domicile ! Il y a deux trucs pires qu'avoir perdu deux points qu'aucun de nos rivaux directs ne perdra chez lui face au même adversaire : l'unanime crédit de départ dont avait bénéficié VDE va fondre comme neige au soleil, et nous allons nous rendre dans trois semaines en Arménie la queue entre les jambes au lieu du moral au zénith... Ça me navre de l'admettre mais, hormis la rigueur intelligente de Thomas Vermaelen, je n'ai rien apprécié : même pas le hourrah football à émotions des dix dernières minutes, il sentait l'impuissance... Si encore nous étions tombés sur l'écueil classique de la domination à outrance, seulement entravée par le jour de grâce du gardien d'en face, je pourrais bouffer la couleuvre. Mais nous n'avons que dominé sans outrance et, en plus, ces inconnus d'au-delà de la Caspienne nous ont cassé les pieds en contre : ils ont même failli marquer, et ça c'est toomuch ! Je n'ai rien contre le fait d'aligner, dans le dos de Timmy Simons, cinq gars dont le poste actuel est arrière central dans leur club... à condition que l'un ou l'autre ait un minimum de qualités secondaires pour s'engouffrer sur un côté quand l'occase se présente : mais admirer une animation de jeu dans laquelle CarlHoefkens se retrouve ailier droit de débordement attitré, j'avoue que ça m'est difficile. Je persiste à croire que Vincent Kompany n'est pas prêt pour régir un milieu de terrain, malgré sa superbe frappe à la 25e minute et même si le speaker/télé a vu en lui le " grand animateur de la première mi-temps " ! Je sais, il y a 36 manières de voir le foot, j'en ai aussi eu la preuve via Moussa Dembele. Le gars de RTL/TVI faisait sa fixation en se pâmant sur l'esthétique des enchaînements/pied gauche du jeune joueur d'AZ : je faisais la mienne en me morfondant sur son obstination à vouloir dribbler toute la forêt d'en face, et il m'a semblé que Dembele manquait d'un minimum de " mauvais pied utile " pour un attaquant de pointe ! Voilà, j'ai décompressé. Je me suis épanché pour vous, pas pour Vandereycken qui n'en a rien à foutre et qui a bien raison : qu'il suive sa ligne de conduite, si tortueuse soit-elle pour le communs des footeux mortels. D'ailleurs, quoique son équipe se soit montrée petite face à un petit, suffira qu'elle compense en se montrant grande face aux grands, et tout sera pardonné. Girouettes que nous sommes, moi compris, nous installerons alors le roi René au Panthéon. par bernard jeunejean