Ce mardi 17 septembre 1991, les bus quittent le Veltwijckpark d'Ekeren à l'aube, pour rejoindre l'aéroport. Beaucoup de riverains se sont levés plus tôt que d'habitude pour saluer les héros locaux. Seuls quatre joueurs et l'entraîneur, Urbain Haesaert, ont une quelconque expérience européenne.
...

Ce mardi 17 septembre 1991, les bus quittent le Veltwijckpark d'Ekeren à l'aube, pour rejoindre l'aéroport. Beaucoup de riverains se sont levés plus tôt que d'habitude pour saluer les héros locaux. Seuls quatre joueurs et l'entraîneur, Urbain Haesaert, ont une quelconque expérience européenne. En Écosse, notre chauffeur de taxi nous demande où se trouve la ville de Germinal en Belgique. Le journal du Celtic situe le club quelque part à l'est de Maastricht, en Allemagne. On demande à Mark Talbut, de nationalité anglaise, si les tribunes sont démontées après chaque match, puisque le stade se trouve dans un parc. Ceux qui y passeraient aujourd'hui répondraient : vous voyez bien ! La direction d'Ekeren s'esbaudit déjà dans le hall d'entrée du Celtic Park, orné de nombreux trophées. Pendant le banquet traditionnel, la direction du Celtic, qui emploie six directeurs et une foule de collaborateurs, n'en croit pas ses oreilles, quand elle apprend que, hormis les joueurs et les entraîneurs, le Germinal n'emploie pas une seule personne à temps plein, pour l'administration. 30.000 spectateurs seulement se sont rendus au match, parmi lesquels 500 supporters belges. Le Germinal se montre trop respectueux et s'incline 2-0. Il revient à l'aéroport à deux heures du matin, après le match. Cinq heures plus tard, le président Jos Verhaegen se remet déjà au travail, pour récupérer le temps perdu. Le 1er octobre, à l'occasion du match retour, le village d'Ekeren est envahi par des meutes d'Écossais qui se jettent sur les bières belges. Ils représentent plus de la moitié de l'assistance -7.500 personnes, une des meilleures recettes européennes du Germinal- et mettent une ambiance inoubliable dans le petit stade, malgré l'élimination du club anversois. Le Germinal ne réussit qu'un nul 1-1, sur un but de Frank Schmöller. Sept ans plus tard, le 11 août 1998, le Germinal dispute son ultime match européen au Veltwijckpark, contre le Servette Genève, devant 980 spectateurs payants. Moins d'un an après, le club fusionne avec le Beerschot et quitte le parc pour le Kiel. Le stade doit être démoli. De nos jours, seuls quelques poteaux de buts rappellent encore cette époque.