C'était une homélie jolie et que Marcel aurait aimée, Georgette en regrettait d'assister seule à la grand'messe de 11 h, la seule du week-end à Noiseux-sur-Berwette. Rempli d'une ferveur d'anthologie, Maurice le curé (footeux dans l'âme et il en avait une) n'était pas loin de son meilleur niveau, lisant à ses fidèles le récent sermon d'un confrère. La veille en effet, sur son PC du presbytère, Maurice en panne d'inspiration avait encodé sur Google " Jésus + football " : et miracle, était apparu sur l'écran ce prêche du curé de Steenkerque (*).
...

C'était une homélie jolie et que Marcel aurait aimée, Georgette en regrettait d'assister seule à la grand'messe de 11 h, la seule du week-end à Noiseux-sur-Berwette. Rempli d'une ferveur d'anthologie, Maurice le curé (footeux dans l'âme et il en avait une) n'était pas loin de son meilleur niveau, lisant à ses fidèles le récent sermon d'un confrère. La veille en effet, sur son PC du presbytère, Maurice en panne d'inspiration avait encodé sur Google " Jésus + football " : et miracle, était apparu sur l'écran ce prêche du curé de Steenkerque (*). Son pote en Dieu y racontait que Jésus avait inventé le football au lac de Tibériade, en tendant un filet de pêche entre deux rames fichées dans le sable. La symbolique était belle : le terrain était le monde, le grand rond blanc central figurait l'alliance entre Dieu et les hommes. Jésus était le coach, il avait eu 12 joueurs jusqu'à ce que Judas veuille la jouer perso, c'était pour cela que le foot se jouait à 11 : le coach, forcément charismatique, prêchait de supporter les coups sans les rendre, de pardonner les erreurs à autrui, de privilégier cet esprit d'équipe qui n'était rien d'autre que le Saint-Esprit. Faire circuler le ballon, c'était faire circuler l'amour... Georgette se croyait au ciel quand, sans avoir crié gare, Maurice quitta son texte pour hausser le ton. - " Je n'ai pas cette chance ", gronda-t-il soudain sous la voûte. " J'ai à peine ici de quoi organiser un match essentiellement féminin ! Dès la fin de leur matinée dominicale, nombre de vos hommes sont déjà dans leur match de 15 h au lieu d'être à la messe ! Quand ils ne sont pas déjà à la buvette à l'issue des matches d'équipes d'âge ! Sous prétexte de former des jeunes ! Mais former à quoi, Seigneur Dieu ? ! "Georgette avait bu du petit lait, elle était maintenant dans ses petits souliers. Surtout que Maurice l'avait regardée fixement durant toute sa tirade, cela signifiait clairement de transmettre à Marcel... - " A Enschede, le Parti Chrétien a officiellement souhaité que le FC Twente dispute le moins de matches possible le dimanche, tant sont désertés les bancs de la Maison de Dieu ! ", poursuivit Maurice avec la grosse voix de Jésus chassant les marchands du Temple. " Je formulerais le même souhait... si nous avions l'éclairage pour jouer le samedi... Mais qu'on se le dise : je ne sacrifierai pas Jésus sur l'autel des résultats du F.C. Noiseux-sur-Berwette. Je m'en vais vous remettre l'église au milieu du village ! La messe est dite ! ", clôtura-t-il en hurlant et en frappant le lutrin. La messe se poursuivit toutefois jusqu'à l'issue du temps réglementaire, mais Georgette en tremblait encore quand elle retrouva sa cuisine : de retour de buvette comme décrit supra, Marcel y transitait effectivement avant de filer au match de la Première... - " Par la voix de ton vieil ami d'enfance, Jésus m'a engueulée à cause de toi. Une véritable agression : si elle pouvait s'avérer salutaire... ", commença-t-elle, avant de tout déballer à son vieux mari. - " Le salaud ! Déjà en Cadets voici 50 ans, Maurice était mauvais perdant... et ce n'était pas un enfant de ch£ur même s'il l'était ! ", pesta Marcel au quart de tour. " Notre cureton est jaloux, parce qu'il doit bosser le dimanche matin alors qu'il crève d'envie de venir voir les gamins avec nous. J'admets qu'entre boire l'apéro et le calice jusqu'à la lie, y'a pas photo, mais chacun son métier ! Il a choisi le sien, non ?"- " Gamin, il rêvait comme toi de devenir footballeur pro ", rappela doucement Georgette qui était supportrice du pardon des offenses... - " Mais le dilemme n'aura pas duré... si jamais dilemme il y eut ", riposta Marcel, jamais à court de fiel quand on l'avait cherché et qu'il avait bu. " Déjà en Juniors, il était devenu beaucoup plus fort bible en main que balle au pied... "- " Ne sois pas cynique, Maurice aime vraiment le Christ ", prêcha Georgette, dont le fond bigot affleurait par moments... - " Et moi, j'aime GrégoryChrist ! ", riposta Marcel, humoriste pompette et pitoyable, en partant pour son match et en claquant la porte. " Et Mbokani, Dieumerci ! En confession, dis-le à Maurice de ma part ! " (*) http://www.pasaj.ch/jesus-a-invente-le-football-article707.html par bernard jeunejean