1 En rentrant de la CAN en Guinée Equatoriale, tu as dit : " C'était un retour dans les années 60. Pas d'eau, pas d'électricité, pas d'internet. " Tu n'as pas eu peur de t'être mis tout un continent sur le dos ?

La Confédération Africaine de Football a bien emmerdé la Tunisie et j'estimais que je devais dire les choses. Pourquoi se taire quand on est traité comme on l'a été ? On nous avait casés dans un hôtel éloigné de tout et qui ne ressemblait à rien, notre bus n'était pas climatisé, on devait partager un terrain d'entraînement avec deux autres sélections, ça nous obligeait parfois à nous entraîner en plein après-midi sous une chaleur suffocante. On a déposé une plainte à la CAF, ça a été très loin, il a été question de nous suspendre pour les éliminatoires de la prochaine CAN mais les choses se sont tassées entre-temps. Ce tournoi a été une expérience fantastique mais pas calme du tout !
...

La Confédération Africaine de Football a bien emmerdé la Tunisie et j'estimais que je devais dire les choses. Pourquoi se taire quand on est traité comme on l'a été ? On nous avait casés dans un hôtel éloigné de tout et qui ne ressemblait à rien, notre bus n'était pas climatisé, on devait partager un terrain d'entraînement avec deux autres sélections, ça nous obligeait parfois à nous entraîner en plein après-midi sous une chaleur suffocante. On a déposé une plainte à la CAF, ça a été très loin, il a été question de nous suspendre pour les éliminatoires de la prochaine CAN mais les choses se sont tassées entre-temps. Ce tournoi a été une expérience fantastique mais pas calme du tout ! J'aurais pu partir au Qatar ou en Egypte mais j'avais envie de continuer avec la Tunisie. Le peuple a retrouvé de l'amour pour son équipe nationale après une grave crise relationnelle. Elle n'osait même plus jouer à Tunis, tellement les supporters étaient négatifs. La démotivation était extrême. Mais quand on est rentrés de la CAN, il y avait un monde fou à l'aéroport. C'est reparti comme dans les plus belles années, on est maintenant dans le Top 30 du ranking FIFA. On a été pénalisés de façon honteuse contre la Guinée Equatoriale mais il faut regarder devant, tourner la page, ce sont les vieux connards qui s'obstinent à regarder derrière. Devant nous, il y a la CAN 2017 et la Coupe du Monde 2018. Ni l'un, ni l'autre. Dans une vie, on peut être confronté à des catastrophes. J'ai survécu à un cyclone tropical à Oman et à un terrible tremblement de terre en Algérie. Il faut parfois un peu de chance. La Tunisie reprend maintenant son rythme après cet attentat. Comme les Français ont repris leur vie après les attentats à Paris. Anderlecht est fort jeune et Gand a le désavantage d'être fort dépendant d'un joueur comme Simon. Le seul handicap de Bruges, ce sont ces deux gros matches européens à caser et à bien négocier. A côté de ça, on voit qu'ils ont la chance du futur champion. C'était frappant lors de l'ouverture des play-offs contre le Standard. Ils ne devaient pas gagner mais ils ont gagné, ces 90 minutes pourraient être l'illustration de toute leur saison. Tu peux parfois avoir une année où la pièce tombe systématiquement du bon côté, j'ai l'impression que c'est ce qui arrive maintenant à Michel Preud'homme. Je ne me compare pas à Goethals, je n'ai pas gagné la Ligue des Champions. Mais c'est avec lui que j'ai débuté chez les Diables et il a toujours été mon exemple privilégié. Quand j'ai commencé à entraîner, il m'a dit : -Si tu veux faire une grande carrière, tu dois aussi travailler à l'étranger. J'en suis maintenant à ma cinquième expérience hors-Belgique, j'ai survécu facilement à un mois de séjour en Guinée Equatoriale (ce n'est pas le Maroc, hein !), on vient d'aller jouer au Japon et en Chine... Leekens tient le coup. Quand tu annonces une date pour la fin de ta carrière, déjà à ce moment-là, tu es un peu retraité. Moi, je n'y pense pas. Je m'amuse vraiment en Tunisie. Je suis aussi populaire ici que Marc Wilmots en Belgique... Georges Leekens (65 ans) est sélectionneur de la Tunisie et directeur technique de sa Fédération après avoir enchaîné une vingtaine d'employeurs depuis ses débuts d'entraîneur en 1984. En vrac, 5 équipes des actuels PO1 (Bruges, Anderlecht, Courtrai, Gand, Charleroi), Mouscron, Lokeren, Diables Rouges. Aussi des expériences étrangères (Pays-Bas, Turquie, Arabie Saoudite, Algérie).PAR PIERRE DANVOYEGeorges Leekens " Je suis aussi populaire en Tunisie que Marc Wilmots en Belgique. "