Sans faire de bruit, Seraing réussit un début de saison inespéré, avec déjà trois victoires. Par contre, la production offensive n'est pas celle que l'on espérait là-bas. Les Métallos ont marqué seulement sept buts en six matches. Pour les distraits, après six journées en D1B la saison dernière, le seul Georges Mikautadze avait déjà fait feu à... douze reprises. Retourné à Metz dans la foulée de son implication XXL dans les matches pour la montée contre Waasland-Beveren, il n'a pas réussi à entrer dans les plans du staff. ...

Sans faire de bruit, Seraing réussit un début de saison inespéré, avec déjà trois victoires. Par contre, la production offensive n'est pas celle que l'on espérait là-bas. Les Métallos ont marqué seulement sept buts en six matches. Pour les distraits, après six journées en D1B la saison dernière, le seul Georges Mikautadze avait déjà fait feu à... douze reprises. Retourné à Metz dans la foulée de son implication XXL dans les matches pour la montée contre Waasland-Beveren, il n'a pas réussi à entrer dans les plans du staff. Et il vient donc de signer son retour près de Liège. L'homme qui a tant manqué est donc prêt pour un nouvel exploit belge. Cette production offensive limitée est en contraste total avec ce qu'on voyait il y a un an. Aujourd'hui, Seraing est une équipe sage et organisée. Jordi Condom veut des gars qui respectent les consignes. Les matches sérésiens se concluent sur des scores assez classiques. Lors de l'été 2020, on a eu droit à des 3-5, 2-5, 6-1, 3-4,... Emilio Ferrera laissait jouer, sachant que sa défense allait beaucoup encaisser, mais que son attaque, avec Mikautadze, allait mettre encore plus de buts. Aujourd'hui, Condom peut compter sur trois gars qui ont un sens aiguisé du but: le Géorgien mais aussi Youssef Maziz (quatre goals déjà) et Marius. Sans surprise, cette équipe a une forte coloration messine. Le grand frère a été de nouveau généreux dans ses prêts. L'expérience française est aussi confirmée par Morgan Poaty et Marsoni Sambu, deux autres joueurs arrivés de l'Hexagone. On s'y est fait, il y a une moitié de tricolores dans l'équipe. Et ça fonctionne bien. On aurait pu craindre un manque d'expérience suite aux départs d' Olivier Werner (qui ne jouait pas mais tenait le vestiaire) et Danijel Milicevic, qui étaient la saison dernière pour ainsi dire les seuls joueurs du noyau ayant connu la D1A, mais ça ne se voit pas. La colonne vertébrale de l'équipe est costaude et constante. Ça part du prometteur gardien Guillaume Dietsch, ça passe par Wagane Faye en défense, ça se poursuit par l'expérimenté Ibrahima Cissé (après des années au Standard et un passage à Fulham), il y avait déjà la pointe Marius et elle peut maintenant être épaulée par Mikautadze. Avec ce qu'on a vu jusqu'à présent, on imagine mal les Principautaires batailler pour le maintien.La saison passée, ce gardien français a eu un temps de jeu presque maximal alors qu'il était en concurrence avec Olivier Werner. Pour ce championnat, plus personne ne se pose de questions, il est un numéro 1 sans concurrence. Al Badaoui (Alcorcón, Esp), Sabaouni (FAR Rabat, Mar), Kakudji (Olympic Club Charleroi Farciennes).