J'ai aimé La réconciliation Stijnen-Ronaldo

J'ai été outré par les violentes déclarations du gardien belge à propos de Cristiano Ronaldo. Stijn Stijnen est peut-être tombé dans le panneau et ses mots n'ont probablement pas reflété sa pensée. Mais ce n'est pas la première fois qu'il dérape dans ses interviews. A la place de la fédération, je l'aurais prié de rester chez lui : on a raté l'occasion de faire respecter le fair-play. Cela dit, j'ai apprécié l'attitude du portier belge au coup de sifflet final. Il a été à la rencontre de la star portugaise, lui a présenté ses excuses et les deux hommes ont parcouru quelques mètres en se tenant par les épaules. Ce fut, pour les Belges, la plus belle phase de la soirée.
...

J'ai été outré par les violentes déclarations du gardien belge à propos de Cristiano Ronaldo. Stijn Stijnen est peut-être tombé dans le panneau et ses mots n'ont probablement pas reflété sa pensée. Mais ce n'est pas la première fois qu'il dérape dans ses interviews. A la place de la fédération, je l'aurais prié de rester chez lui : on a raté l'occasion de faire respecter le fair-play. Cela dit, j'ai apprécié l'attitude du portier belge au coup de sifflet final. Il a été à la rencontre de la star portugaise, lui a présenté ses excuses et les deux hommes ont parcouru quelques mètres en se tenant par les épaules. Ce fut, pour les Belges, la plus belle phase de la soirée. Durant 45 minutes, l'organisation des Diables Rouges avait de l'allure au centre de la pelouse. Gaby Mudingayi mérite quelques lauriers. Il était au four et moulin. Ce n'est pas pour rien que ce joueur est devenu un des meilleurs médians défensifs du Calcio. Avec un peu de recul, cette réussite prouve qu'Aimé Anthuenis avait eu raison de le lancer en équipe nationale alors que cet ancien joueur de l'Union Saint-Gilloise venait à peine de s'installer en équipe première à Gand. Après le repos, ce fut plus dur. Normal : le Portugal a eu 66 % de possession de ballon entièrement consacré au boulot offensif. La Belgique a investi 10 % de ses 33 % de possession de ballon à dessiner des contres. Il suffit de faire une soustraction. Les Diables Rouges n'ont guère attaqué : on ne gagne pas un match avec le seul Mbo Mpenza (qui ne joue pas beaucoup à Anderlecht) en pointe. Jean-François de Sart et ses espoirs ont gagné 0-1 en match amical à Belgrade. En été, il faut que cette équipe se qualifie pour les Jeux Olympiques. Ce serait une bonne nouvelle avec, en prime, les bourgeons du renouveau. Daniel Van Buyten n'est pas verni en équipe nationale. Le premier but portugais, c'est pour sa pomme car sa mauvaise relance a donné naissance à un contre dévastateur. A 1-0, l'équipe s'est écroulée comme un gâteau à la crème fraîche. Certains disent que Stijn Stijnen a évité le pire. Quand un gardien est bombardé, il sauve forcément des ballons chauds. Son erreur sur le deuxième but en dit cependant long sur ses limites internationales. Stijn Stijnen ne respire pas la classe. A Bruges, il est régulièrement surpris sur les balles hautes. Le Portugal a usé la Belgique en première mi-temps. Puis, il est passé à la vitesse supérieure. Je ne comptais plus les passes consécutives : on aurait dit 11 Muhammad Ali contre 11 Jean-Pierre Coopman. Pas moyen de toucher l'adversaire, plus technique, plus vif. Quand Nani est monté au jeu, j'ai découvert un autre génie. En Belgique, c'est nenni, on n'a pas un seul Nani. Il a joué au Portugal pour gagner avec un... attaquant : faut le faire. La Belgique a eu deux occasions de but. Elle n'a pas osé inquiéter l'adversaire dans son camp. René Vandereycken a été trop attentiste et cette vision du jeu est dépassée. Quand Thomas Chatelle et François Sterchele sont montés au jeu, il y a eu des courants offensifs. Pourquoi ne pas avoir fait appel à eux plus tôt ? Notre coach a cru que la taille de ses joueurs poserait des problèmes au Portugais. La taille ? Quelle taille ? La taille patron ? La taille internationale ? Les Portugais ont de l'XXL, les Belges de l'extra small. Quand des enquêteurs descendent dans un club, c'est toujours moche. Mouscron et le Standard ont des soucis. J'espère que cela s'arrangera. L'émotion de Jean-Pierre Detremmerie m'a touché. Sans lui, il ne faut pas l'oublier, l'Excelsior n'aurait jamais vécu tant de beaux moments en D1. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic