J'AI AIMÉ Les cinq grands

Ce n'était plus arrivé depuis longtemps : les cinq grands du championnat seront présents au stade des quarts de finale. Voilà qui est peut-être de nature à raviver l'intérêt pour une épreuve que le public a toujours tendance à bouder. J'ai vu beaucoup de banquettes vides à Bruges et à Genk, alors qu'en championnat, le Jan Breydelstadion et le Fenix font régulièrement le plein. Seul le stade Constant Vanden Stock était bien garni. Grâce, probablement, aux places à dix euros. Cela me laisse penser qu'un autre moyen de relancer la Coupe de Belgique passe par des partenaires qui achèteraient des places, afin de les redistribuer à leurs clients.
...

Ce n'était plus arrivé depuis longtemps : les cinq grands du championnat seront présents au stade des quarts de finale. Voilà qui est peut-être de nature à raviver l'intérêt pour une épreuve que le public a toujours tendance à bouder. J'ai vu beaucoup de banquettes vides à Bruges et à Genk, alors qu'en championnat, le Jan Breydelstadion et le Fenix font régulièrement le plein. Seul le stade Constant Vanden Stock était bien garni. Grâce, probablement, aux places à dix euros. Cela me laisse penser qu'un autre moyen de relancer la Coupe de Belgique passe par des partenaires qui achèteraient des places, afin de les redistribuer à leurs clients. Le Great Old poursuit son petit bout de chemin. Chez les Anversois, la collaboration avec Manchester United porte pleinement ses fruits. L'arrivée d'un entraîneur britannique a aussi changé les mentalités. Là où, chez nous, on a tendance à se plaindre sans cesse, l'homme a accueilli les événements avec beaucoup de philosophie : -On a deux suspendus et trois joueurs sont partis ? Pas grave ! D'autres prendront le relais et feront aussi bien... Le Brésilien a marqué à trois reprises : c'est de bon augure pour le Standard, qui a (re)trouvé un buteur. Les cinq goals des Liégeois furent d'ailleurs tous l'£uvre d'attaquants : Milan Jovanovic et Ali Lukunku ont également apporté leur écot. Cela aussi, c'est positif pour les Rouches qui, dans l'ensemble, ont témoigné d'un grand sérieux. Certes, l'adversaire n'était que Hamme, mais cette équipe avait tout de même éliminé Charleroi au tour précédent.Le Lierse comptait beaucoup sur le mercato pour se renforcer et présenter un autre visage lors du deuxième tour, où il lui faudra assurer son maintien. Si la Coupe est un avant-goût du championnat qui reprend le week-end prochain, c'est mal parti. Les Pallieters ont subi une véritable humiliation, à domicile, des £uvres d'une équipe de D2. L'Excel n'a rien montré sur la pelouse de Genk. Un tir des 30 mètres de Paco Sanchez comme seule occasion de but : c'est mince. Comment revendiquer quoi que ce soit dans des conditions ? Les Hurlus auront beau se plaindre qu'ils se sont inclinés sur un penalty léger, ils doivent reconnaître que, jusque-là, ils n'avaient dû qu'à la réussite ou à quelques interventions de leur gardien de retarder l'échéance. J'attendais davantage d'une équipe finaliste la saison dernière et qui aime se présenter comme une équipe de coupe. Bruges n'a pas brillé contre Westerlo, mais a assuré l'essentiel : la qualification. Ce qui m'a davantage irrité, c'est le comportement de Bosko Balaban. Voilà vraiment un joueur qui a des caprices de star. Avez-vous vu sa tête lorsqu'il est sorti du terrain ? Pas un regard vers son entraîneur, pas une poignée de mains échangée avec le coéquipier qui allait prendre sa place... Si l'on veut rester sur le terrain, il faut le mériter. Récemment, j'entendais Emilio Ferrera déclarer qu'il lui faudrait trois ou quatre Balaban dans son équipe. J'aurais tendance à lui demander : quel Balaban ? Celui qui brille dans les grands matches ou celui qui traîne sa peine dans des affiches qui ne l'intéressent pas ?Né en 1941, Heylens fut un excellent back droit (67x Diable Rouge, Equipe d'Europe 65, Mondial 70 au Mexique, 7 titres et 3 Coupes de Belgique avec Anderlecht). Coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au LOSC et fut coach belge 1984 à Seraing)PROPOS RECUEILLIS PAR daniel devos