J'AI AIMÉ Rudy Cossey a saisi sa chance

Lokeren a frappé un très grand coup en infligeant une défaite à Bruges. J'ai été séduit par deux joueurs de l'équipe flandrienne : Aristide Bancé et Zvonko Milojevic. La tour offensive a trouvé son rythme de croisière. D'autre part, le gardien de but a tout arrêté : c'était du très grand Milo. Après un bon premier tour, Lokeren a traversé des orages : le départ de Slavo Muslin qui avait bien travaillé, les problèmes de santé et la fin de carrière d'Aimé Anthuenis. Rudy Cossey a saisi sa chance : c'est très bien. Les clubs comprennent qu'il y a aussi des techniciens chez eux. La Louvière a fait confiance à Fred Tilman, Mouscron à Gil Vandenbrouck, Sa...

Lokeren a frappé un très grand coup en infligeant une défaite à Bruges. J'ai été séduit par deux joueurs de l'équipe flandrienne : Aristide Bancé et Zvonko Milojevic. La tour offensive a trouvé son rythme de croisière. D'autre part, le gardien de but a tout arrêté : c'était du très grand Milo. Après un bon premier tour, Lokeren a traversé des orages : le départ de Slavo Muslin qui avait bien travaillé, les problèmes de santé et la fin de carrière d'Aimé Anthuenis. Rudy Cossey a saisi sa chance : c'est très bien. Les clubs comprennent qu'il y a aussi des techniciens chez eux. La Louvière a fait confiance à Fred Tilman, Mouscron à Gil Vandenbrouck, Saint-Trond à Thomas Caers. A eux de se rendre utiles et de couler les fondations d'une nouvelle carrière. Et qu'ils se souviennent que Frankie Vercauteren et Dominique D'Onofrio furent d'abord de bons adjoints avant de franchir un pas. Un match n'est jamais fini avant le dernier coup de sifflet. C'est vieux comme le monde mais les joueurs l'oublient trop souvent. Tenant compte de cela, j'ai apprécié le but du petit Jef Delen qui a, ainsi, offert le but de la victoire à Westerlo. Delen revient petit à petit après une blessure. Le Cercle Bruges compte aussi en ses rangs un joueur intelligent qui ne lâche rien avant la fin de la messe : Dieter Dekelver. Il a marqué à la 90e minute de jeu... Cette fois, ils ont profité du faux pas de Bruges. Une petite restriction quand même pour le RSCA qui a bénéficié d'un petit coup de pouce de l'arbitrage : Silvio Proto, entte autres, aurait dû écoper d'un carton rouge. Charleroi s'est joué de Beveren. Succès logique face à un adversaire assez dépassé par les événements. J'ai noté le 200e match de Toni . Il a fêté et événement par un beau but marqué sur penalty : sa Panenka était osée et jolie. Plus rien ne va à Beveren et je me demande qui pourra relancer ce bateau en perdition. C'était quand même à la direction de voir qu'il manquait un buteur. Non, ils n'ont pas réagi alors que cela se voyait comme le nez dans la figure. On ne voit quasiment plus Jean-Marc Guillou. Je suppose qu'Eddy De Bolle, le T2, va avoir beaucoup de travail. Cette plongée sera difficile à arrêter. Le fils d'Erwin Vandenbergh a démontré son utilité en équipe nationale, au Grand Duché. Je ne retiens pas grand-chose de ce voyage. Laissons travailler René Vandereycken. Il doit essayer toutes ses clefs. Il a six mois pour souder un groupe. Kevin Vandenbergh doit trouver bizarre de jouer avec les Diables et de cirer le banc à Genk. Tout comme Nenad Stojanovic, il ne cache pas son agacement. Kevin n'a qu'une solution : se taire, travailler, attendre sa chance. Le sport a retrouvé ses droits au Tivoli après une nouvelle semaine chahutée. Le stade était bondé. C'est une bonne idée de permettre de temps en temps aux amateurs de foot d'assister gratuitement à un match de D1. Mais, au-delà de cela, ce fut la rencontre de la peur. Personne ne réalise une bonne affaire avec ce match nul. On ne changera jamais le patron du FC Brussels. C'est l'homme des déclarations tapageuses. Sans lui, le FC Brussels ne serait pas en D1. Quand il frappe du poing sur la table, cela génère un regain mais s'il remet trop souvent cela, plus personne ne le prendra au sérieux. Avec ses listes de ceux qui peuvent partir ou rester, j'ai l'impression que Johan dirige un club de P3 ou P4. Pierre Bilic