J'AI AIMÉ Nicolas Frutos

Match après match, l'Argentin se profile de plus en plus comme l'attaquant providentiel du RSCA. Il avait déjà pris un point pour ses couleurs à l'occasion de la visite du Cercle, et voilà qu'il vient d'engranger trois unités supplémentaires au profit des siens grâce à son troisième but en quatre matches chez les Hurlus. Sans lui, Anderlecht aurait dû se contenter d'un nul vierge au Canonnier et se satisfaire du strict minimum. Grâce à son seul transfuge du mercato, il a obtenu la victoire..
...

Match après match, l'Argentin se profile de plus en plus comme l'attaquant providentiel du RSCA. Il avait déjà pris un point pour ses couleurs à l'occasion de la visite du Cercle, et voilà qu'il vient d'engranger trois unités supplémentaires au profit des siens grâce à son troisième but en quatre matches chez les Hurlus. Sans lui, Anderlecht aurait dû se contenter d'un nul vierge au Canonnier et se satisfaire du strict minimum. Grâce à son seul transfuge du mercato, il a obtenu la victoire.. La période des transferts d'hiver a contribué à métamorphoser complètement l'équipe du Kiel. De candidats à la descente, les Rats se rappellent à présent au bon souvenir des giant killers qu'ils ont toujours été autrefois. Après avoir obtenu la peau d'Anderlecht, ils ont récidivé, sur le même score, contre Zulte Waregem. Grâce à l'apport conjugué de Daniel Cruz et de Victor, les banlieusards anversois s'affirment comme la formation à battre au cours du deuxième tour de la compétition. Au même titre que bon nombre d'autres suiveurs, j'ai probablement eu tort de faire trop tôt du Lierse LE candidat par excellence à la descente. Depuis l'entame du deuxième tour, les Jaune et Noir ont sensiblement repris du poil de la bête au point de relancer la lutte pour le maintien. Ces dernières semaines, il faut bien l'avouer, on ne reconnaissait plus les Trudonnaires. A chacune de leurs sorties, ils laissaient leur légendaire combativité aux vestiaires. Contre le Club Bruges, le Staaienveld a retrouvé ses valeureux guerriers. Si le nouvel entraîneur, Thomas Caers, ancien de la maison, parvient à conserver cet état d'esprit, Saint-Trond donnera encore du fil à retordre aux meilleurs, c'est sûr. Avec 16 points à peine sur 36 mis en jeu, il apparaît clairement que les Bleu et Noir s'exportent difficilement. Il est heureux pour eux que la concurrence ne fait guère mieux : Anderlecht affiche 17 sur 36 et le Standard 20 sur 33. Qu'on le veuille ou non, c'est le signe d'un nivellement vers le bas. L'essentiel, ce sont évidemment les trois points récoltés par les Rouches à l'occasion de leur déplacement au Freethiel. Mais que d'électricité dans le ciel pour en arriver là ! Trois cartons jaunes pour protestations, dans le chef de Vedran Runje, Sergio Conceiçao et Philippe Léonard, c'est énorme. Rien ne va plus au Freethiel où le climat est à l'orage partout manifestement : entre l'ancienne et la nouvelle direction, entre l'entraîneur Vincent Dufour et les supporters, etc. Si la sérénité ne revient pas très vite au Pays de Waes, je crains fort pour la pérennité de ce club parmi l'élite. Par les temps qui courent, il ne fait pas bon être gardien. Surtout dans un club qui se trouve dans l'£il du cyclone. La bévue de Michaël Cordier n'aurait pu tomber à un plus mauvais moment. Qu'il se console : d'autres keepers, plus réputés et expérimentés, n'ont pas davantage été à l'abri de tout reproche. Je songe à Tomislav Butina dont la responsabilité est engagée sur les deux buts trudonnaires. Sans vouloir parler d'une relation de cause à effet, je constate que Lokeren ne se porte pas vraiment comme un charme depuis qu'Aimé Anthuenis y a succédé à Slavoljub Muslin : 3 sur 12, ce n'est pas fameux. Un malheur ne venant jamais seul, il a perdu stupidement Aristide Bancé au Lierse.Bruno Govers