J'AI AIMÉ Le passage de Marco Né à l'Olympiakos

Même si ce transfert n'a pas plu à Jean-Marc Guillou, le père spirituel du joueur, il n'en constitue pas moins un magnifique point de chute pour le meilleur Ivoirien évoluant à l'heure actuelle au Freethiel. Le technicien français s'est ému que son protégé lui ait fait un enfant dans le dos. Mais l'ancien international avait-il toujours été irréprochable lui-même en casant au Metallurh Donetsk des garçons comme Arsène Né ou Yaya Touré, qui auraient sûrement mérité de rebondir dans un environnement plus prestigieux ? C'est la fameuse histoire de l'arroseur arrosé.
...

Même si ce transfert n'a pas plu à Jean-Marc Guillou, le père spirituel du joueur, il n'en constitue pas moins un magnifique point de chute pour le meilleur Ivoirien évoluant à l'heure actuelle au Freethiel. Le technicien français s'est ému que son protégé lui ait fait un enfant dans le dos. Mais l'ancien international avait-il toujours été irréprochable lui-même en casant au Metallurh Donetsk des garçons comme Arsène Né ou Yaya Touré, qui auraient sûrement mérité de rebondir dans un environnement plus prestigieux ? C'est la fameuse histoire de l'arroseur arrosé. Tant Anderlecht que le Standard n'ont pas hésité à intégrer une demi-dizaine de jeunes joueurs à l'occasion de leur stage de préparation dans la péninsule Ibérique. C'est la preuve qu'il y a de la richesse en profondeur à ce niveau, même si tous ne seront sans doute pas promis à une place de titulaire un jour. Dans le passé, Dieter Van Tornhout et Birger Van de Ven avaient bénéficié de cette faveur au Club Bruges. Aujourd'hui, l'un se retrouve au Sparta Rotterdam et l'autre au SV Bornem. Je n'ai jamais compris pourquoi ce gardien talentueux s'était exilé au MVV, faute de touches enviables en Belgique. A 27 ans, il devrait pleinement rebondir à Saint-Trond où il effacera des tablettes un certain Dusan Belic, qui a clairement fait son temps. On ne m'en voudra pas si je tiens à mettre en exergue la victoire à l'Antwerp de l'Union, le premier club que j'ai entraîné et qui me tient toujours à c£ur aujourd'hui. En début de saison, j'ai eu peur pour les Saint-Gillois, qui filaient du mauvais coton. Depuis lors, ils se sont toutefois repris de superbe manière. Je leur souhaite de persévérer.Le président Frans Van Hoof et le vice-président Georges De Colfmaeker se sont toujours investis corps et âme au Freethiel. Ils plaident à juste titre pour le retour d'une identité régionale qui n'est absolument plus de mise depuis que Jean-Marc Guillou et ses troupes ivoiriennes ont investi le club. Leur démission conjointe est un signal fort. Car que restera-t-il de Beveren le jour où JMG y claquera la porte en emmenant tous ses joueurs ? Plus rien, au train où vont les choses. Faut-il être un boy scout aujourd'hui pour être un bon footballeur ? C'est la question que je me pose en lisant les commentaires sur la préparation pour le moins originale du RSCA à La Manga. Les lacunes du stade Roi Baudouin Une bonne dizaine d'années à peine après son inauguration, le stade Roi Baudouin n'en finit pas de voir sa cote diminuer. Dans un premier temps, il avait déjà été déclassé par l'UEFA, qui l'avait privé des étoiles nécessaires pour la mise sur pied d'une finale d'une compétition majeure. A présent, c'est au niveau des mesures de sécurité que l'enceinte présente de sérieuses lacunes : escaliers trop étroits en tribune 1, manquements au plan des normes électriques, etc... C'est invraisemblable. Voilà un outil de travail qui a coûté près de 25 millions d'euros et qui, aujourd'hui, est déjà complètement dépassé ! S'il est exact que plus de 40 % des arbitres interrogés par la Gazet van Antwerpen se posent des questions sur l'intégrité de leurs confrères, il y a de quoi se faire du souci. J'ose espérer que cet échantillon, qui concernait surtout le football en profondeur, n'est pas représentatif du tout du football au sommet. PROPOS Recueilli par bruno govers