J'AI AIMÉ Les vieux d'Anderlecht ont donné le ton

Le curé de Saint-Guidon peut préparer les hosties pour la communion. Il reste bien sûr ce voyage à Gand. Mais Mbark Boussoufa, le maître à jouer de Georges Leekens, est blessé. Sans lui, Gand n'a pas la même allure. Boussoufa avait battu Bruges à lui tout seul. A moins d'une très grosse surprise, Anderlecht ne lâchera plus rien. Les Bruxellois n'ont pas dû forcer leur talent pour vaincre le Standard qui leur a volontairement cédé les trois quarts du terrain. Les vieux (Pär Zetterberg, Yves Vanderhaeghe, Bart Goor) ont mangé une ligne médiane adverse plus jeune et trop étoffée. Pär Zetterberg est l'homme du match : il a digéré son penalty raté, a distribué le j...

Le curé de Saint-Guidon peut préparer les hosties pour la communion. Il reste bien sûr ce voyage à Gand. Mais Mbark Boussoufa, le maître à jouer de Georges Leekens, est blessé. Sans lui, Gand n'a pas la même allure. Boussoufa avait battu Bruges à lui tout seul. A moins d'une très grosse surprise, Anderlecht ne lâchera plus rien. Les Bruxellois n'ont pas dû forcer leur talent pour vaincre le Standard qui leur a volontairement cédé les trois quarts du terrain. Les vieux (Pär Zetterberg, Yves Vanderhaeghe, Bart Goor) ont mangé une ligne médiane adverse plus jeune et trop étoffée. Pär Zetterberg est l'homme du match : il a digéré son penalty raté, a distribué le jeu avant de signer un coup franc de toute beauté. Je retiens aussi le sérieux de Daniel Zitka qui a remplacé Silvio Proto sans problème. La tour de Lokeren continue à manier la poudre avec bonheur. Bancé a forgé la différence face à La Louvière. C'est un mouvement classique à Lokeren : débordement sur la gauche de Predrag Filipovic, centre au cordeau et tête d'Aristide Bancé. Si Lokeren a relevé la tête, c'est grâce aussi à son coach : Rudy Cossey. Malade et fatigué car il n'avait pas prévu de moment de repos entre l'équipe nationale et Lokeren, Aimé Anthuenis n'avait pas su prolonger le travail de Slavo Muslin ; Cossey bien. A Charleroi, Grégory Christ a magnifiquement terminé une phase de jeu joliment dessinée. Il y avait un bon mois que le FC Brussels n'avait plus marqué. Après avoir ouvert le score, les hommes d'Albert Cartier, toujours bien organisés à la récupération, ont bien protége leur capital. Anderlecht et Molenbeek en fête : Bruxelles bruxellait...Avec leur 4-5-1, les Liégeois ont présenté une équipe peureuse à Anderlecht. Qu'est-ce que Christian Negouai faisait entre Karel Geraerts et Siramana Dembele ? Le Standard était déforcé (Sergio Conceiçao, Ogushi Onyewu) mais cela n'explique pas tout. Quand on veut tutoyer Anderlecht, il faut jouer avec deux attaquants. Il y a quelques années déjà, le FC Seraing y avait réalisé un grand match. Nous nous étions déplacés là-bas avec l'intention de gagner. Ce n'était pas le cas du Standard. Mémé Tchite était seul sur son île. Il n'y avait ni poivre ni sel dans le jeu du Standard. Ce ne fut pas un choc haut de gamme. On ne joue plus assez vite en D1. La différence par rapport à la Ligue des Champions est énorme. J'ai assisté à Lille-Bordeaux : là aussi, tout le monde sprintait à fond durant 90 minutes. Anderlecht-Standard, c'était un match au ralenti par rapport à cela. Les Loups ont prouvé qu'ils étaient encore capables de marquer. Ils l'ont même fait deux fois à Lokeren. Ce sera insuffisant : La Louvière a désormais neuf doigts de pied en D2. Les Dragons sont les dindons d'une horrible farce en D2. Suite à une faillite, Beringen-Heusden-Zolder a déposé les armes. Le Comité Exécutif est revenu sur sa décision de maintenir les résultats de cette équipe et Mons perd six points à trois matches de la fin de la saison. C'est du vol. On ne prive pas une équipe de ce qu'elle a gagné sur le terrain. L'Union Belge doit se poser une question : comment a-t-on pu accorder une licence à une équipe emportée par une grosse faillite quelques mois plus tard ? Mons ne doit pas payer la note à la place de ceux qui ont permis à BHZ de prendre le départ de la course.PROPOS Recueillis par pierre bilic