J'AI AIMÉ L'arbitrage de Frank De Bleeckere en Allemagne

Il y a un Belge qui fait l'unanimité sur les terrains allemands : Frank De Bleeckere. Notre arbitre est parfois discuté en Belgique mais là, devant le gratin du football, je le trouve cool, autoritaire juste ce qu'il faut, moderne, dans le bon. Mais cela ne me sur-prend pas du tout et je crois que c'est un envol qui risque de le mener très loin.
...

Il y a un Belge qui fait l'unanimité sur les terrains allemands : Frank De Bleeckere. Notre arbitre est parfois discuté en Belgique mais là, devant le gratin du football, je le trouve cool, autoritaire juste ce qu'il faut, moderne, dans le bon. Mais cela ne me sur-prend pas du tout et je crois que c'est un envol qui risque de le mener très loin. Alain Courtois est un politicien et, quand on se lance dans cette arène, il faut assurer sa pub dans les médias. Cela fait partie du match. Mais, cela mis à part, il secoue bien le cocotier et il a raison d'avoir de beaux plans pour l'avenir. Qui n'avance pas recule. Sans des gars ambitieux, la Belgique n'aurait pas organisé les Jeux Olympiques de 1920, l'Euro 72 ou l'Expo 58 qui permit à notre petit pays de montrer son savoir-faire au monde entier et d'entrer dans une nouvelle époque. Un Mondial aurait un impact extraordinaire. Le couple belgo-hollandais est capable de porter ce projet. Cela nous ferait un bien fou. J'ai lu avec plaisir que Paul Van Himst avait été désigné ambassadeur de " notre " Mondial 2018. C'est notre Franz Beckenbauer, le PR idéal. La messe n'est pas dite mais c'est bien de penser au long terme : on a besoin de cela. J'ai vu que la presse belge se souvenait que Wilfried Van Moer avait requinqué les Diables à un âge (sportif) avancé. Zinédine Zidane et les pépés de la Coupe du Monde n'ont rien inventé : quand on se soigne, on dure. Mons a son noyau mais teste beaucoup de joueurs afin de trouver les perles : c'est un jeu d'équilibriste mais c'est maintenant, alors que des joueurs cherchent un nouvel employeur à un mois de la reprise du championnat, qu'on fait des affaires. Mons peut être le Zulte Waregem de la saison dernière et j'ai l'impression que son coach, José Riga, va s'installer confortablement en D1Avec Michel Preud'homme, c'est un peu la marée haute et la marée basse. J'espérais que sa jeunesse et ses idées lui permettraient de régénérer l'Union Belge. Il était bien parti mais s'est finalement retiré loin des plages de l'avenue Houba de Strooper. Je crois que les gens ne vont plus rien comprendre à ses plans et ses ambitions. Il a le droit de se consacrer à son club mais il ne deviendra peut-être jamais le Roger Petit bis que Sclessin attend. Cela dit, il y a du boulot dans son club. Karel Geraerts a pris sa décision. Ce joueur a fait un immense bond en avant au Standard : il faut le souligner alors qu'on fait ses courses partout mais pas assez en Belgique. Les recruteurs belges ont toujours eu l'art de détecter du talent exotique. Des Costaricains sont annoncés : cela peut être intéressant et cela me fait penser, entre autres, au Haïtien Emmanuel Sanon qui brilla au Beerschot durant les années '60. Avec Nicolas Pareja, Anderlecht préfère exploiter sa filière argentine. C'est intelligent aussi. Pour avancer, il faut être plus professionnel, mettre les petits plats dans les grands au quotidien. Alors que tout cela est évident, l'Antwerp a reporté la reprise des entraînements de dix jours. La cause : l'Old Club n'a pas trouvé d'entraîneur. Là, on croit rêver. Il y a des tas de coaches libres et je songe entre au-tres à Manu Ferrera qui va se rendre en Iran. Dans ce cas, le problème ne concerne pas les coaches mais la direction d'une ancienne gloire du football belge qui se liquéfie et ne devrait plus avoir la permission de s'affirmer club professionnel. Cela se passe en D2 pas en P8 et ce laxisme m'inquiète beaucoup. A la place du président Eddy Wauters, je m'inquiéterais : qui veux encore bosser avec lui ? PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC