j'ai aimé La prolongation de Laszlo Bölöni

Laszlo Bölöni reste et c'est la meilleure chose qui pouvait arriver au Standard. Ce n'est jamais trop grave quand un ensemble musical perd un violoniste ou un clarinettiste en cours de route, mais ça peut être catastrophique si c'est le chef d'orchestre qui s'en va. Le nouveau contrat du coach est sûrement plus lourd que celui qu'il avait la saison dernière, mais ça, c'est dû à la politique du Standard. Quand tu ne proposes que des contrats d'un an, tu sais que tu joues avec un couteau qui tranche des deux côtés. En rapportant un nouveau titre, Bölöni s'est automatiquement rendu plus cher.
...

Laszlo Bölöni reste et c'est la meilleure chose qui pouvait arriver au Standard. Ce n'est jamais trop grave quand un ensemble musical perd un violoniste ou un clarinettiste en cours de route, mais ça peut être catastrophique si c'est le chef d'orchestre qui s'en va. Le nouveau contrat du coach est sûrement plus lourd que celui qu'il avait la saison dernière, mais ça, c'est dû à la politique du Standard. Quand tu ne proposes que des contrats d'un an, tu sais que tu joues avec un couteau qui tranche des deux côtés. En rapportant un nouveau titre, Bölöni s'est automatiquement rendu plus cher. Un départ semble sûr : Oguchi Onyewu. Il préférera sans doute un club de deuxième zone en Angleterre plutôt qu'une participation à la Ligue des Champions. Il y a à boire et à manger dans ce raisonnement, mais l'Américain doit savoir qu'on ne lui proposera nulle part un contrat à l'anglaise ou à la madrilène. S'il est le seul pilier à partir, ça ne sera pas grave. Mais il y a alors un autre joueur qui doit absolument rester : Mohamed Sarr. A partir du moment où Onyewu s'en va, Sarr devient bien plus important que Milan Jovanovic pour l'équilibre de l'équipe, car c'est très dangereux de devoir remplacer du jour au lendemain les deux briques de l'axe défensif. Tomislav Mikulic peut maintenant faire le duo avec Sarr car il a compris au deuxième tour qu'il ne suffisait pas d'être beau, qu'il fallait aussi être bon pour avoir sa place dans une équipe pareille. Quand je vois ce noyau et l'ampleur supplémentaire qu'il a encore prise la saison passée, je repense à l'équipe d'Anderlecht qui avait ébloui l'Europe au début des années 2000, contre des monstres comme le Real et Manchester Utd. Même en perdant Jova, le Standard actuel serait aussi fort que le Sporting de l'époque. Avec un gros avantage : la moyenne d'âge est beaucoup plus basse chez les Rouches. Il y avait déjà les Italiens qui s'étaient plantés à Namur avant de se jeter sur l'Union Saint-Gilloise. Il y a les Egyptiens qui rêvent de refaire du Lierse un tout grand club. Maintenant, c'est à Mouscron qu'on mise à fond sur des gens venus d'ailleurs pour redresser le club. Tout cela ne me paraît pas très sérieux. Les postes clés seront occupés par un Serbe ( Miroslav Djukic), un Italien ( Amedeo Carboni) et un Espagnol ( Juan Sanchez Moreno). Que reste-t-il comme responsabilités pour les gars qui connaissent tous les coins et les recoins du Canonnier ? Geert Broeckaert et Gil Vandenbrouck vont devoir se contenter des clopinettes, de rôles secondaires. Ce sont les nouveaux seconds couteaux de l'Excel alors qu'ils sont les seuls à en comprendre le fonctionnement. Philippe Dufermont joue un jeu dangereux. Il ne cache pas sa nouvelle philosophie de travail : le trio qu'il amène va essayer de mettre des joueurs étrangers en vitrine, pour les revendre ensuite en prenant des commissions. Ce n'est pas sain du tout de porter des casquettes aussi incompatibles. Que vont devenir les jeunes Belges du club ? A quoi va encore servir le travail du Futurosport ? L'Excel va devenir un gigantesque tourniquet. Et à l'heure de la reprise des entraînements, on ne connaît rien de la composition du noyau. On continue à entendre que les cadres vont partir : cela ne fera qu'accentuer le danger. Dufermont clame que les footballeurs étrangers lui coûtent moins cher que les Belges : qu'il le prouve. Il dit aussi que son nouveau staff sera meilleur marché que l'ancien : mon £il ! Finalement, Mouscron suit la trace de l'Union belge car je devine que Dick Advocaat va lui aussi amener tout son staff, des gens qui ne connaissent pas la Fédération et les Diables : son adjoint, ses médecins, ses kinés, ses trucs et ses machins... né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing).propos recueillis par pierre danvoye