J'ai aimé Le turbo de Zulte Waregem

Je suis épaté par cette équipe de Zulte Waregem où tout respire le travail, l'intelligence et le désir d'aller jusqu'au bout de leurs idées. Ce club a une vision à long terme et on a eu tort de croire que la bande à Francky Dury se contentait de scalper les grands de D1. Zulte Waregem, c'est bien plus que cela : cette équipe, dont on ne parle pas assez, s'est hissée à la 5e place du classement général, dans la roue de Genk. A Tubize, elle est restée concentrée et a empilé les buts : 0-6, il faut le faire. Il y a du sérieux et du talent dans toutes les lignes avec, dans le rôle de roi des " passes D ", l'impressionnant Franck Berrier. Le buteur, Mbaye Leye, est parti à Gand durant le mercato d'hiver, mais cela n'a pas déstabilisé Waregem. ...

Je suis épaté par cette équipe de Zulte Waregem où tout respire le travail, l'intelligence et le désir d'aller jusqu'au bout de leurs idées. Ce club a une vision à long terme et on a eu tort de croire que la bande à Francky Dury se contentait de scalper les grands de D1. Zulte Waregem, c'est bien plus que cela : cette équipe, dont on ne parle pas assez, s'est hissée à la 5e place du classement général, dans la roue de Genk. A Tubize, elle est restée concentrée et a empilé les buts : 0-6, il faut le faire. Il y a du sérieux et du talent dans toutes les lignes avec, dans le rôle de roi des " passes D ", l'impressionnant Franck Berrier. Le buteur, Mbaye Leye, est parti à Gand durant le mercato d'hiver, mais cela n'a pas déstabilisé Waregem. C'est la preuve que les valeurs du collectif sont plus importantes que le talent d'une individualité. Zulte Waregem avait gagné la Coupe de Belgique 2006 lors de son retour en D1 en 2006 mais on assiste peut-être au troisième âge d'or du football au stade Arc-en-ciel. A la fin des années 60, le SV Waregem (qui fusionna ensuite avec Zulte) joua en Coupe des Villes de Foires avec des joueurs tels que Jacky Stockman (ex-Anderlecht) ou cet excellent médian défensif qu'était le grand Prudent Bettens. En 1985-86, Waregem élimina Osasuna, l'AC Milan et Hajduk Split en Coupe de l'UEFA avec l'apport de footballeurs comme Marc Millecamps, Dady Mutombo, Danny Veyt, Alain Van Baekel ou du redoutable attaquant qu'était Filip Desmet (je l'ai fait venir à Lille où il a répondu à mon attente). A l'époque, c'était presque normal : quel club belge surprendrait l'AC Milan de nos jours ? Ce n'était pas rien de se frotter à des gars qui allaient sans cesse au charbon et ne courbaient l'échine devant personne. L'équipe actuelle a indiscutablement renoué avec les traditions et les valeurs de ce passé. Quand elle met le turbo, ça se voit. La réforme du championnat, c'est pour la saison prochaine et ce sera tellement compliqué que cela a déjà généré pas mal de doutes. Paradoxalement, ce futur un peu nébuleux pimente ce qui se passe actuellement dans les caves de la D1. Tout le monde veut éviter les quatre derniers sièges (le 17e et le 18e descendent tout de suite, le 15e et le 16e participent aux barrages contre deux équipes de D2) et, vu l'intérêt que cela dégage, on aurait dû songer plus tôt à une formule semblable. Mons, Dender, Roulers et Tubize disputent un mini-championnat à quatre pour échapper à l'aller simple pour la D2. A Tubize, le bateau prend l'eau : la défense est une passoire et Jérémy Perbet ne marque plus. Un de ses renforts, Quinton Fortune, joue comme Gaston Lagaffe et ressemble plus à un vétéran qu'à un joueur de D1. J'ai été touché par les larmes de l'ancien joueur de Manchester United mais ça ne fait pas l'affaire de Tubize qui doit réagir. Roulers n'a pas engagé de renforts très connus mais des gars qui ont la rage et ce fut décisif contre Mons qui, une fois de plus, n'a pas su préserver un avantage. Ce fut déjà le cas à Anderlecht mais, cette fois, ce fut encore plus dramatique, car, en fin de match, Roulers est entré dans le c£ur de la défense de Mons comme dans du beurre fondu : Ivan Perisic a marqué le but de la victoire sans que personne ne le gêne réellement dans sa reprise de volée acrobatique. Il y aura pas mal de duels à couteaux tirés dans le bas du classement. A ce propos, j'ai été carrément révolté par la faute crapuleuse d'un arrière de Dender. Fred n'a pas hésité à écraser volontairement la cheville de Bjorn Vleminckx. Ce dernier s'en est bien tiré mais, pour le même prix, il aurait pu se retrouver avec une fracture. Dans ce cas-là, la vidéo devrait permettre de punir sévèrement cet assassin du beau football. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing). propos recueillis par pierre bilic