J'ai aimé La plénitude du Standard

Quand les Rouches enfilent leur smoking, ils sont tout simplement irrésistibles. Quelle équipe ! De loin la meilleure que j'aie vue en Belgique au cours des dix dernières années. A côté de ces morceaux de bravoure, ses joueurs doivent toutefois apprendre à revêtir leur bleu de travail face à des opposants plus modestes. Dix points de perdus sur un total de 21 après des rencontres européennes, voilà qui n'est pas permis pour un team de cette valeur.
...

Quand les Rouches enfilent leur smoking, ils sont tout simplement irrésistibles. Quelle équipe ! De loin la meilleure que j'aie vue en Belgique au cours des dix dernières années. A côté de ces morceaux de bravoure, ses joueurs doivent toutefois apprendre à revêtir leur bleu de travail face à des opposants plus modestes. Dix points de perdus sur un total de 21 après des rencontres européennes, voilà qui n'est pas permis pour un team de cette valeur. Plusieurs réalisations valaient franchement le coup d'£il en cette 16e journée. Je retiendrai d'abord le but 24 carats paraphé par Jonathan Legear à Roulers. Par la suite, je mentionnerai le lob sublime de Kevin Roelandts lors de Zulte Waregem-Mouscron. Enfin, chapeau aussi à Steven Defour pour son envoi de loin au Club, qui a laissé Stijn Stijnen complètement pantois. Invaincu à domicile depuis le début de la saison, Westerlo entendait conserver ce brevet jusqu'à la trêve, si pas plus vu les déclarations récentes de Bertin Tomou. Le Cercle en a toutefois décidé autrement, même s'il a été servi par une bourde du gardien local Yves De Winter. Je pense que le Cercle est définitivement lancé à présent. Un même raisonnement est d'application au FC Malines. La saison passée, les Sang et Or avaient mis un certain temps avant de trouver la bonne carburation. Idem au cours de cet exercice puisqu'il se trouvait encore naguère dans la zone rouge du classement. Depuis trois semaines, et forts d'un 7 sur 9, les gars de Peter Maes ont incontestablement enclenché le turbo. S'ils persévèrent, ils peuvent résolument briguer une place dans le ventre mou en fin de campagne. La faute commise par le buteur brugeois sur Marcos Camozzato et l'intervention musclée de notre portier international sur Dieumerci Mbokani sont des gestes tout simplement intolérables sur un terrain. Il faut une sanction exemplaire, d'autant plus que le gardien n'en est pas à son coup d'essai, lui qui avait déjà torpillé Honour Gombani, l'année passée, lors d'un derby brugeois, avant d'essuyer ses crampons sur Lukas Podolski à l'occasion d'un match soi-disant amical entre l'Allemagne et la Belgique un peu plus tard. Il est grand temps que le portier se rachète une conduite. Certains avaient manifestement jubilé un peu trop vite suite aux succès obtenus par ces deux clubs, la semaine passée, consécutivement à un changement d'entraîneur. Le choc psychologique a été de courte durée puisqu'aussi bien les Anversois que les Montois ont été battus ce week-end. Voilà donc ces deux clubs revenus les pieds sur terre. Les Gantois n'ont décidément pas leurs pareils pour souffler le chaud et le froid cette saison. Quand on a des aspirations européennes, comme eux, on se doit de battre un néophyte comme Courtrai. Même si un derby reste un derby, à savoir un match jamais comme les autres. Trois points sur 15, c'est plutôt maigre pour une équipe qui s'éveillait à certaines ambitions en début de saison. Dans ces conditions, c'est souvent l'entraîneur qui trinque. Mais avant de montrer Thierry Siquet du doigt, les dirigeants seraient peut-être plus inspirés en balayant d'abord devant leur propre porte. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par bruno govers