J'ai aimé

La griffe Bölöni
...

La griffe Bölöni On a encore vu un grand Standard à Everton. Les résultats que signe Laszlo Bölöni lui permettent de faire oublier progressivement Michel Preud'homme à Liège : c'est tout dire. Il faut du caractère et une forte personnalité pour réussir dans ce club : le Roumain a tout cela. Et il joue pour gagner, quel que soit l'adversaire. Je me demande ce qu'Anderlecht peut réussir ce week-end dans le clasico. On ne voit pas chez les Mauves les bonnes choses qu'on relève chez les Rouches. A Sclessin, c'est la jeunesse, le jusqu'au-boutisme, l'ambition, l'envie d'aller au charbon de la première à la dernière minute. Au Sporting, on continue à se chercher et quelques joueurs ont encore tendance à se prendre pour des stars. Les trois points pris contre Charleroi ne doivent pas faire oublier une évidence : ce n'est pas très bon. La mise au point d'Olivier Renard Olivier Renard a assuré la victoire de Malines à Gand. Une chose ne se discute plus : il a sa place dans le trio des gardiens de l'équipe nationale. Et il continue à confirmer qu'il n'a pas été éliminé pour des raisons purement sportives au Standard. Aujourd'hui, il reste très calme dans la victoire. Comme s'il avait tiré les leçons de son pétage de plombs de la saison dernière qui lui avait valu son éviction. Pour Scifo, le vent a vraiment tournéMouscron n'a fait qu'un nul à Westerlo mais il ne faut pas faire la fine bouche : c'est toujours un déplacement compliqué. Et les Hurlus continuent donc à faire la course en tête. Le plus frappant aujourd'hui, c'est le changement radical de ton dans la presse flamande à propos d'Enzo Scifo. Il s'y est souvent fait descendre dans le passé : d'abord comme joueur, puis comme entraîneur. Aujourd'hui, il y jouit d'une vraie estime, on explique qu'il fait du tout bon boulot. Il est occupé à faire taire ceux qui se sont amusés à le brûler. Et quand Scifo dit qu'il est un peu du même moule que Jan Ceulemans, je lui donne raison : pas de grands discours, pas de grands gestes, la simplicité d'abord. Le show des quatrièmes arbitres Enzo Scifo et Jan Ceulemans ont bien critiqué le quatrième arbitre de Westerlo-Mouscron. Celui d'Anderlecht-Charleroi a exclu Thierry Siquet sans raison. Il faut arrêter. Pour qui se prennent ces assistants ? On a l'impression de voir des petits gendarmes le long du terrain. Il y en a beaucoup qui manquent totalement de psychologie et de respect. Ils pensent qu'ils sont au-dessus des lois et font leur show. Quand un entraîneur n'est pas content, il doit quand même avoir le droit de le dire. Mais le moindre petit geste et c'est souvent le renvoi en tribune. A cause de gars qui se prennent pour le nombril du monde. Qu'ils s'inspirent de ce qui se passe en Angleterre. Là-bas, les coaches bougent à gauche, à droite, se retrouvent parfois devant le banc de l'entraîneur adverse. Mais tout se passe gentiment parce que tout le monde a la psychologie nécessaire. Le Germinal Beerschot ne décolle pas Le premier bilan des Anversois n'est pas bon : 5 points sur 15. On attend beaucoup plus d'une équipe qui a multiplié les transferts ronflants : Khalilou Fadiga, Kevin Vandenbergh, Faris Haroun, Silvio Proto. Autant de bons joueurs qui n'ont pas encore réussi à faire oublier l'homme qui faisait tourner le Beerschot : Hernan Losada - qui ne s'est toujours pas imposé à Anderlecht. Gand cale un peu L'étoile de Michel Preud'homme n'est déjà plus ce qu'elle était au début de l'été ? Du calme ! Ce n'est pas le bon dieu, il ne sait pas tout faire, ce n'est pas lui qui est sur le terrain. En voyant Gand-Malines, on se rend compte de tout le travail qu'il devra abattre pour faire une équipe du top avec ces Buffalos. Ce sera dur pour Mons Mons va devoir courir derrière le train pendant tout le championnat, sachant que cette saison, quatre wagons seront largués ! Dans la même zone du classement, plusieurs autres équipes ont moins de matches joués que les Montois : ce sera dur. propos recueillis par pierre danvoye