J'ai aimé On sait encore démarrer

Gagner le premier match éliminatoire : on ne savait plus ce que c'était après trois départs ratés. Les Diables ont fait ce qu'ils avaient à faire, il reste à confirmer maintenant que les choses sérieuses commencent. Pour moi, la meilleure surprise est l'envie de gagner affichée par René Vandereycken. En titularisant Kevin Mirallas et Wesley Sonck devant, il a enfin osé. Mais fera-t-il la même chose en Turquie ce mercredi ? S'il reprend ses vieilles habitudes, les Belges sont déjà cuits. Il faut aller là-bas en jouant le jeu. La Belgique redevient intéressante quand elle s'installe dans le camp adverse.
...

Gagner le premier match éliminatoire : on ne savait plus ce que c'était après trois départs ratés. Les Diables ont fait ce qu'ils avaient à faire, il reste à confirmer maintenant que les choses sérieuses commencent. Pour moi, la meilleure surprise est l'envie de gagner affichée par René Vandereycken. En titularisant Kevin Mirallas et Wesley Sonck devant, il a enfin osé. Mais fera-t-il la même chose en Turquie ce mercredi ? S'il reprend ses vieilles habitudes, les Belges sont déjà cuits. Il faut aller là-bas en jouant le jeu. La Belgique redevient intéressante quand elle s'installe dans le camp adverse. Quand j'analyse le noyau, je me dis qu'on peut y croire. Le mix entre les jeunes et les anciens, on y arrive. Vandereycken dit que c'est son meilleur groupe depuis qu'il est à la tête des Diables : il a raison, mais en même temps, il n'a plus le droit à l'erreur en parlant comme ça. Et cette équipe a encore une marge de progression de 30 à 40 %. L'Espagne et la Turquie restent des épouvantails, mais si tout s'emboîte bien, on doit pouvoir leur compliquer la vie pour la deuxième place. Nous avons une richesse énorme en milieu de terrain. Aux joueurs qui ont joué contre l'Estonie, il faut encore ajouter Gaby Mudingayi et Moussa Dembélé notamment. Jan Vertonghen et Marouane Fellaini sont très complémentaires. A gauche, Axel Witsel m'a plu. Le bémol, c'est la prestation de Steven Defour à droite. Mais c'est normal : c'est typiquement un joueur d'axe. Beaucoup de Diables n'étaient pas à leur place habituelle. Je peux comprendre qu'on déplace un Vincent Kompany parce qu'il sait jouer partout. Mais j'ai du mal quand je vois Defour le long de la ligne de touche. Il était perdu. Il est superbe derrière les attaquants, c'est là qu'il faut l'aligner. J'attends mieux d'un duo aussi expérimenté que Timmy Simons-Daniel Van Buyten. Le positionnement et le marquage étaient régulièrement approximatifs. Et il faut être beaucoup plus vigilant sur les centres car on sait en plus que Stijn Stijnen n'est pas un as dans ses sorties aériennes. Heureusement, sa qualité de réflexes est toujours là et il nous a sauvés à 1-1. Si on en encaisse un deuxième à ce moment-là, on prend les chocottes et on ne revient peut-être plus. J'ai aimé le nombre d'occasions que les Diables se sont créées, beaucoup moins le déchet à la conclusion. C'est l'une des choses à corriger au plus vite. Parfois ça manquait de lucidité, d'autres fois les attaquants étaient en panne de sang-froid. Par contre, j'ai apprécié l'apport d'un Sonck aligné dans son meilleur rôle de renard des surfaces et le retour de Tom De Sutter. Tous les gens du foot savent quand même que quand un joueur a porté le maillot d'un pays puis s'est lié à un autre, il ne peut plus changer encore une fois. Maintenant, on va essayer de trouver une solution en cherchant à convaincre la FIFA que Mémé Tchité n'a pas signé lui-même le document qui le lie au Rwanda. On sait comment fonctionne l'administration en Afrique, on falsifie des passeports et des cartes d'identité pour rajeunir des footballeurs par exemple. Mais une chose est sûre : l'Union Belge aurait dû être beaucoup plus attentive. Tchité n'est pas Diable, et en plus, on s'est disputé publiquement au top de la Fédération. Jean-Marie Philips doit sûrement avoir plus de retenue dans ses propos, même si c'est clair qu'il a souvent raison quand il rentre dedans. Un transfert à près de 20 millions, c'est bien pour le Standard. Le salaire à Everton, c'est bien pour Fellaini. Mais on est en plein délire. On aveugle nos gamins, c'est dangereux. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)