j'ai aimé Le transfert de Ciman au Club

Le Carolo peut se targuer d'être un jeune arrière déjà rodé à la D1 et qui possède une solide marge de progression. Jacky Mathijssen l'a dégrossi à Charleroi et le connaît bien. C'est un transfert intéressant (trois saisons, option pour deux ans de plus) qui lui permettra de franchir quelques paliers.
...

Le Carolo peut se targuer d'être un jeune arrière déjà rodé à la D1 et qui possède une solide marge de progression. Jacky Mathijssen l'a dégrossi à Charleroi et le connaît bien. C'est un transfert intéressant (trois saisons, option pour deux ans de plus) qui lui permettra de franchir quelques paliers. Cette belle fête du foot européen consacre les équipes qui ont envie de montrer quelque chose sur un terrain. Il y a quatre ans, la Grèce avait émergé grâce à son style défensif, réaliste et attentiste. Cette façon de voir le jeu est révolue et on assiste au grand réveil de l'offensif et du technique : c'est bien. Le talent est au centre du débat. Qui peut s'en plaindre ? A mon avis, ce phénomène ira en s'amplifiant et le prochain Mondial confirmera cette tendance. Il n'y a plus de place dans le football actuel pour les peureux. On anime le spectacle ou on est nul. La semaine passée, j'ai participé à des colloques sur l'Euro à Lille. Là, tout le monde sait qu'il y a de bons joueurs en Belgique. Pour expliquer notre misère actuelle, j'ai conseillé à ceux qui m'interrogeaient de taper VDE sur le moteur de recherche Google. Ils comprendront que René Vandereycken n'est plus un entraîneur moderne. Frank De Bleeckere et ses assistants, Peter Hermans et Alex Verstraeten, m'ont laissé une très bonne impression lors d'Allemagne-Croatie. C'était limpide, clairvoyant, juste comme lors de l'exclusion de Bastian Schweinsteiger qui a hérité du premier carton rouge de cette phase finale de l'Euro. Notre seule équipe présente sur place a en quelque sorte sauvé l'honneur de notre pays. C'est quand même cela de pris par ces temps de disette chronique pour le football belge.Il ne restait plus qu'une place à prendre dans la corporation des coaches de D1 : Albert Cartier et Tubize ont trouve un accord en fin de semaine passée. Le Vosgien a peut-être eu les yeux plus grands que le ventre, rêver de caviar avant de se contenter de la soupe du Secours populaire. C'est cocasse. Cartier a snobé Mons (qu'il a sauvé), a rêvé du Standard et de l'étranger avant de revenir penaud vers les Dragons qui ont engagé... Philippe Saint-Tubize. Il ne lui restait plus qu'une possibilité : le club du Brabant wallon. Cartier devra mettre les mains dans le cambouis pour crever l'écran de Télé Tubize. Ah, les coaches et leurs voyages, c'est quelque chose. Laszlo Bölöni est un T1 sérieux, bien organisé mais s'il joue au vieux général roumain ou à Dracula, une des légendes de son pays d'origine, les jeunes se révolteront bien vite au Standard après avoir connu la méthode MPH. Mais n'anticipons : jusqu'à preuve du contraire, le Standard a fait un bon choix. Ces petites nouvelles de chez nous ne sont pas comparables à la bombe Felipe Scolari qui, en plein Euro, a annoncé qu'il sera le prochain coach de Chelsea. C'était pas le moment le plus indiqué pour le faire et si le Portugal se crashe plus tôt que prévu, ce sera à cause de la connerie du commandant de bord. Cette révélation n'a pas plu aux joueurs. Les Limbourgeois devaient résoudre un problème au centre de leur défense. Et ils ont recruté un des meilleurs arrières centraux de D1 : Joao Carlos. Il a souvent démontré toute sa valeur à Lokeren. A sa place, je me serais quand même dirigé de préférence vers un des trois grands. Au Standard, à Anderlecht ou au Club Bruges, les qualités de leader de cet arrière central seraient encore mieux exploitées. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing).propos recueillis par pierre bilic