J'ai aimé Le baroud européen d'Anderlecht

Après la dégelée subie à l'aller face au Bayern Munich, le Sporting s'est magnifiquement repris au retour, à l'Allianz Arena. Si les Allemands ne se sont pas alignés avec leur équipe la plus forte, ce constat vaut assurément pour Anderlecht aussi, qui a profité de l'occasion pour lancer des jeunes dans la bataille, tel Bakary Saré. L'Ivoirien m'a laissé une toute bonne impression, prouvant au passage que le RSCA est peut-être plus riche en profondeur qu'il ne le croit. Compte tenu des retours de prêt de garçons comme Roland Lamah et Cheikh Tioté, tous deux à Roda JC Kerkrade, le club dispose manifestement d'une touche africaine des plus attrayantes. A condition, bien sûr, de l'utiliser. Mais ça, c'est souvent une autre histoire.
...

Après la dégelée subie à l'aller face au Bayern Munich, le Sporting s'est magnifiquement repris au retour, à l'Allianz Arena. Si les Allemands ne se sont pas alignés avec leur équipe la plus forte, ce constat vaut assurément pour Anderlecht aussi, qui a profité de l'occasion pour lancer des jeunes dans la bataille, tel Bakary Saré. L'Ivoirien m'a laissé une toute bonne impression, prouvant au passage que le RSCA est peut-être plus riche en profondeur qu'il ne le croit. Compte tenu des retours de prêt de garçons comme Roland Lamah et Cheikh Tioté, tous deux à Roda JC Kerkrade, le club dispose manifestement d'une touche africaine des plus attrayantes. A condition, bien sûr, de l'utiliser. Mais ça, c'est souvent une autre histoire. Les Rouches ont remarquablement franchi l'écueil constitué par le Germinal Beerschot, une équipe toujours redoutable à domicile. Compte tenu de leur constance, symbolisée par 26 matches sans défaite, et leur allant depuis le début de la saison, les hommes de Michel Preud'homme mériteraient de se parer du titre au mois de mai. Pour ce faire, les jeunots de Sclessin doivent toutefois apprendre à mieux gérer leurs fins de matches. Au Kiel, ils ont encore donné une belle leçon de football durant une heure avant de se faire inutilement peur au cours de la dernière demi-heure de jeu. Ce n'est pas permis. Avec 15 points sur 21 depuis l'arrivée d'Albert Cartier, les Montois ont opéré un redressement spectaculaire. S'ils ne sont pas encore mathématiquement sauvés, il faudrait déjà un retournement de situation spectaculaire pour qu'ils basculent en D2. Seul Saint-Trond peut encore jouer les trouble-fête pour eux mais les Canaris éprouvent les pires difficultés à marquer. Le FC Brussels s'est découvert un gardien des plus fiables en la personne d'Olivier Werner, qui a multiplié les prouesses à Bruges. Elles auront malheureusement été d'autant plus belles qu'inutiles car les Molenbeekois ont enduré au stade Jan Breydel une défaite qui les relègue à 9 points du premier sauvé, Mons. A 8 journées du terme de la compétition, il va sans dire que les carottes sont cuites. Dommage, parce qu'ils ont un capital-sympathie à nul autre pareil en D1. Avec La Gantoise, c'est décidément tout ou rien. Relancés dans la course à l'Europe suite à leurs excellentes performances ces dernières semaines, les Buffalos ont une nouvelle fois chuté là où on ne l'attendait pas : à Westerlo. Les joueurs de Gentbrugge paient un lourd tribut aux bruits qui circulent depuis quelques semaines. D'abord annoncé à l'Ajax, Trond Sollied, est à présent cité à Heerenveen. Il est difficile d'être branché à fond sur son sujet dans de telles conditions. Après un 3 sur 12, le Club Bruges a stoppé l'hémorragie face au Brussels. Mais non sans mal car il a une fois encore gâché un nombre incalculable d'occasions avant de parvenir enfin à ses fins. Les Bleu et Noir devront peaufiner leur efficacité et leur cohésion. Car l'entente n'est manifestement pas au beau fixe entre Wesley Sonck et François Sterchele. Avec le Standard et, dans une mesure un peu moindre, le Germinal Beerschot, le Cercle aura été l'une des agréables surprises de cette saison. Contrairement à ces clubs qui peuvent encore espérer remporter un prix, il risque bel et bien de se retrouver les mains vides en fin de campagne. Son avance sur Anderlecht, qui était de 7 points à un moment donné, a fondu comme neige au soleil. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing). propos recueillis par bruno govers