J'ai aimé Le sourire d'Enzo Scifo

C'était enfin samedi gras chez les Hurlus. Je ne sais pas si Danny Boon était là mais il aurait apprécié le bonheur retrouvé des Chtis de Belgique. Le jeune Idir Oulai est originaire de Roubaix : un Chti de chez Chti. Le but de Bastien Chantry vaut un film à lui tout seul. J'imagine les souffrances par lesquelles Enzo Scifo est passé. Il faut du temps quand on rénove une équipe. Il convient d'observer, de nettoyer et de renforcer. Les choses se mettent en place et le travail accompli constitue une petite avance prise sur le prochain championnat. L'apport de Geert Broeckaert a fait du bien. Scifo sera désormais plus détendu et pourra perfectionner ses idées : c'est un coach offensif. Son sourire tranchait avec la mine déconfite de Jacky Math...

C'était enfin samedi gras chez les Hurlus. Je ne sais pas si Danny Boon était là mais il aurait apprécié le bonheur retrouvé des Chtis de Belgique. Le jeune Idir Oulai est originaire de Roubaix : un Chti de chez Chti. Le but de Bastien Chantry vaut un film à lui tout seul. J'imagine les souffrances par lesquelles Enzo Scifo est passé. Il faut du temps quand on rénove une équipe. Il convient d'observer, de nettoyer et de renforcer. Les choses se mettent en place et le travail accompli constitue une petite avance prise sur le prochain championnat. L'apport de Geert Broeckaert a fait du bien. Scifo sera désormais plus détendu et pourra perfectionner ses idées : c'est un coach offensif. Son sourire tranchait avec la mine déconfite de Jacky Mathijssen : le contraste était presque effrayant. Mais qui arrêtera Albert Cartier ? A la place du Pape Elio, je le canoniserais avec tous les honneurs si les Dragons sauvent leur peau en fin de saison. On ne voit de tels miracles qu'à Banneux, à Beauraing et à Lourdes. Je sais que Genk est de plus en plus malade mais un voyage dans le c£ur du Limbourg n'est jamais une mission facile. Mons a fait preuve d'organisation et d'envie de bien jouer avec, en plus, deux beaux buts. Le banc a explosé de bonheur au coup de sifflet final. C'est un signe de plus : tous les regards sont tournés dans la même direction. Le Russe de Molenbeek prouve qu'il a du talent à revendre. Si Spoutnik Sorokin était venu plus tôt, le Brussels n'en serait probablement pas là. Quand on fait son marché d'été à midi, comme Johan Vermeersch en a l'habitude, on ne trouve même plus une belle salade. La victoire contre Lokeren prouve que ce groupe n'est pas mort : même si c'est compromis, il faut tout donner. Il y a quelques semaines, l'équipe de Mathijssen précédait le Standard et comptait deux succès de plus. Tout a fondu comme une glace sur la plage de Saint-Tropez. Bruges a égaré neuf points contre le Standard, Charleroi et Mouscron. C'est le moment de réagir car le Standard gagne désormais même quand il ne carbure pas à un régime extraordinaire comme ce fut le cas contre Saint-Trond. Mathijssen doit râler quand il voit comment Dieumerci Mbokani joue pour le moment. Bruges a dépensé une fortune pour acquérir François Sterchele. Mbokani a coûté trois fois rien. A Anderlecht, Frankie Vercauteren n'en voulait plus parce qu'il n'avait pas d'ordre dans son appart. A quoi tient un transfert qui fait la différence ? Au programme, il y a maintenant Club Bruges-Brussels et Germinal Beerschot-Standard. Si Bruges se fait encore surprendre, ça chauffera. Et Franky Van der Elst a envie de prendre sa revanche au stade Jan Breydel. Il y a des gâteaux qui restent sur l'estomac. Je ne digère toujours pas " mon " bavarois européen. Les Mauves n'ont pas eu de chance contre le Bayern Munich. Mais 0-5, ça ne s'explique pas que par la malchance. J'ai songé à cette sinistre soirée de 1956 : je rentrais de l'entraînement des jeunes à Anderlecht. J'habitais à Etterbeek et en descendant du tram, j'ai appris qu'Anderlecht avait perdu 10-0 à Manchester United. Ma déception fut immense. Anderlecht avait beaucoup à se faire pardonner à Charleroi tout en profitant de la défaite du Beerschot à Gand. Un faux pas face à des Zèbres requinqués aurait constitué une catastrophe. Le Sporting Hassan a bien négocié ce difficile voyage low cost à Brussels South. C'est quand même une belle consolation après ce qui s'est passé contre les Munichois. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing). propos recueillis par pierre bilic