J'ai aimé Le réalisme brugeois

Le Club ne produit sûrement pas le football le plus académique de l'élite, loin s'en faut. A la limite, Mons a même dispensé un jeu plus chatoyant que lui au stade Tondreau, vendredi passé. Mais quelle différence entre le premier et le dernier classés en matière de réalisme ! Les Bleu et Noir en étaient, chez les Dragons, à leur dixième victoire par le plus petit écart cette saison. Tous des succès obtenus, le plus souvent, à la suite d'une phase arrêtée. Ce n'est jamais très joli mais c'est diantrement efficace.
...

Le Club ne produit sûrement pas le football le plus académique de l'élite, loin s'en faut. A la limite, Mons a même dispensé un jeu plus chatoyant que lui au stade Tondreau, vendredi passé. Mais quelle différence entre le premier et le dernier classés en matière de réalisme ! Les Bleu et Noir en étaient, chez les Dragons, à leur dixième victoire par le plus petit écart cette saison. Tous des succès obtenus, le plus souvent, à la suite d'une phase arrêtée. Ce n'est jamais très joli mais c'est diantrement efficace. Charleroi aurait déjà mérité de franchir l'écueil roularien en Coupe de Belgique. Quand on mène 0-1 à quelques secondes de la fin à l'extérieur, la messe devrait théoriquement être dite. Cette fois, les Zèbres ont remis les pendules à l'heure en championnat, de maîtresse façon. Cette victoire, qui met fin à cinq revers consécutifs au plus haut niveau, est susceptible de relancer les Carolos, où l'on a enfin revu à l'£uvre un bon Fabien Camus. En battant Dender, les Kielmen ont engrangé leur 9e succès de rang en compétition. Ils sont donc près d'égaler un record historique, puisqu'au début du siècle passé, ils avaient réalisé l'exploit de conquérir 10 victoires d'affilée. Cet objectif ne sera toutefois pas facile à réaliser puisque les Anversois se déplaceront au Club Bruges le week-end prochain. De quoi s'attendre à une victoire locale par 1 à 0 suite à un but de raccroc, comme d'habitude. Le petit Marocain aura été la seule lueur dans la grisaille anderlechtoise face à Malines. Le RSCA n'avait déjà pas été bon en Coupe contre Waasland et il n'a guère été meilleur contre les Sang et Or. Si les Mauves ne rehaussent pas la qualité de leur football, ils éprouveront des difficultés à arracher une qualification européenne. Il y eut un temps, pas si lointain d'ailleurs, où les Coalisés se signalaient encore par une défense des plus hermétiques, qui contrastait déjà, à ce moment-là, avec leur indigence offensive. Si les Bruxellois éprouvent toujours autant de difficultés à marquer de nos jours, leur défense prend à présent eau de toutes parts aussi. Si Albert Cartier ne peut plus compter sur la fiabilité de Zoltan Petö et Sydney Kargbo, sa charnière centrale la plus performante, sur le papier du moins, le technicien français devra se faire pas mal de soucis dans les semaines à venir. A condition, bien sûr, qu'il soit toujours en place. A ce train-là, il risque effectivement de payer les errances de sa direction, et du président Johan Vermeersch en particulier. Je dis ça, je dis rien, mais je me demande quand même quelle mouche a bien pu le piquer d'aller chercher Christian Landu-Tubi pour renforcer l'attaque molenbeekoise. Il faut quand même le faire : déloger l'avant le moins talentueux d'une équipe - Mons en l'occurrence - qui occupe la dernière position au classement général de la D1. Comprenne qui pourra. A ce train-là, le Brussels est mûr pour la D2. On connaissait déjà le Soulier d'Ebène, qui est allé à juste titre à Mèmè Tchité l'été passé, suivi par le Soulier d'Or qui, faute de mieux, a été décerné à Steven Defour. Je sais que certains songent à un Soulier de Plomb, censé récompenser le bide de l'année. Je serais tenté d'y ajouter le Soulier de Cristal, destiné au joueur le plus fragile de l'élite. Pour ce trophée-là, il n'y aurait pas photo actuellement : Nicolas Frutos le remporterait haut la main. Anderlecht a de quoi se poser des questions avec son Argentin : chaque fois que ce garçon tire au but, il faut pour ainsi dire acheminer une civière ou appeler l'ambulance pour lui. De deux choses l'une : ou bien l'attaquant sud-américain est effectivement sujet au moindre bobo ou bien le suivi médical ne vaut rien au Sporting. Je penche tout de même pour la première version.propos recueillis par bruno govers