J'ai aimé La révolte des sans-grade

Dender et Malines étaient, pour ainsi dire, des oiseaux pour le chat mais ils se sont singulièrement rebiffés depuis lors. Les Sang et Or viennent en tout cas de prendre 4 points sur 6, ce qui ne leur était pas encore arrivé depuis le début du championnat, et les Flandriens ont fait mieux encore en engrangeant trois succès d'affilée, si l'on prend en considération leur victoire en Coupe de Belgique face à Westerlo. Je finirai tout de même par me demander si Johan Boskamp, qui n'a pas encore perdu depuis qu'il a rejoint ce club en remplacement de Jean-Pierre Vande Velde, n'a pas hérité de la fameuse patte de lapin de Guy Thys.
...

Dender et Malines étaient, pour ainsi dire, des oiseaux pour le chat mais ils se sont singulièrement rebiffés depuis lors. Les Sang et Or viennent en tout cas de prendre 4 points sur 6, ce qui ne leur était pas encore arrivé depuis le début du championnat, et les Flandriens ont fait mieux encore en engrangeant trois succès d'affilée, si l'on prend en considération leur victoire en Coupe de Belgique face à Westerlo. Je finirai tout de même par me demander si Johan Boskamp, qui n'a pas encore perdu depuis qu'il a rejoint ce club en remplacement de Jean-Pierre Vande Velde, n'a pas hérité de la fameuse patte de lapin de Guy Thys. On n'attendait pas le Cercle et le Germinal Beerschot en aussi bonne posture mais force est de reconnaître que ces clubs n'usurpent nullement leur place. Ce qui est tout particulièrement réjouissant, c'est que ces deux entités occupent une position aussi avantageuse sur base d'un football à s'en lécher les babines. Félicitations aux responsables du Kiel qui, à un moment où l'équipe ne tournait pas encore très rond, ont maintenu leur confiance envers l'entraîneur Harm van Veldhoven. Qui leur a rendu la pareille de la meilleure manière qui soit avec une 6e victoire d'affilée. Les Rouches m'avaient laissé un peu sur ma faim à Anderlecht, où ils auraient pu tuer le match s'ils l'avaient réellement voulu. Cette fois, ils ont fait davantage que remplir leur contrat face à un Sporting de Charleroi qui n'a fait illusion que pendant une vingtaine de minutes. J'ose espérer que le club principautaire ira au bout de ses ambitions cette saison. Ses supporters auront déjà enregistré une bonne nouvelle le week-end passé, puisque Michel Preud'homme ne sera pas récupéré par l'Union Belge, dans l'immédiat du moins. C'est toujours ça de pris. L'entraîneur le plus décrié de l'histoire des Diables Rouges qui trouve grâce, malgré tout, aux yeux de ses décideurs ; un club, le FC Brussels, qui ne joue pas contre le Racing Genk faute d'éclairage ; dans un autre registre Yves Leterme qui compare la RTBF à Radio Mille Collines : heureusement que le ridicule ne tue pas, sans quoi quelques-uns auraient déjà passé depuis longtemps l'arme à gauche. Personnellement, je suis toujours en contact régulier avec mon ancien employeur, Lille. Et je peux vous dire que la Belgique et, accessoirement, son football, suscitent l'hilarité générale. Si l'on veut nourrir des objectifs enviables, la condition sine qua non pour y parvenir est d'afficher une régularité de tous les instants. Ce n'est nullement le cas de Charleroi. Après un match d'anthologie à Anderlecht, les Zèbres n'ont plus servi que des navets. Avec, comme conséquence, une chute vertigineuse au classement, puisqu'ils se retrouvent à présent dans la deuxième colonne. Pauvre Abbas Bayat... Les dirigeants montois ont d'ores et déjà agi dans l'urgence en jetant leur dévolu sur trois nouveaux joueurs : Alessandro Pistone, Antti Okkonen et Frédéric Herpoel. Ce dernier constitue à n'en point douter un plus. Reste à voir à présent ce que valent les deux autres et surtout l'Italien. Les Hennuyers n'ont pas toujours eu la main heureuse ces dernières années en embrigadant des étrangers sur le retour. Pour la énième fois, Anderlecht n'est pas parvenu à protéger le petit but d'avance qu'il s'était forgé face à Tottenham. Résultat des courses : les Sportingmen devront encore batailler ferme pour passer le tour, puisqu'ils auront besoin d'un point à Getafe. Avouez que ce serait quand même un comble de ne pas se qualifier dans une poule où, au départ, il suffisait de devancer le Hapoel Tel-Aviv ainsi qu'Aalborg. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par bruno govers