J'ai aimé La furia malinoise

Les grands clubs n'arrêtent pas de casser les pieds de tout le monde. Ils veulent se retrouver entre eux et jurent que cela ira mieux : plus d'argent, plus de télé, plus de spectacle, etc. Ouais, pas sûr et cela fait penser à ce que certains lobbys racontaient sans cesse avant que le marché de l'énergie soit libéralisé. C'était le bonheur garanti sur facture. On voit ce que ça donne : se chauffer est désormais un luxe. On ne peut pas snober des clubs comme Malines qui a montré plus ce week-end qu'Anderlecht et le Standard. Aloys Nong épate. L'ardeur et la vitesse d'exécution de cette équipe m'ont beaucoup plu. Malines a joué à du 200 km/h. Peter Maes ne coache pas des stars mais il cultive un état d'esprit.
...

Les grands clubs n'arrêtent pas de casser les pieds de tout le monde. Ils veulent se retrouver entre eux et jurent que cela ira mieux : plus d'argent, plus de télé, plus de spectacle, etc. Ouais, pas sûr et cela fait penser à ce que certains lobbys racontaient sans cesse avant que le marché de l'énergie soit libéralisé. C'était le bonheur garanti sur facture. On voit ce que ça donne : se chauffer est désormais un luxe. On ne peut pas snober des clubs comme Malines qui a montré plus ce week-end qu'Anderlecht et le Standard. Aloys Nong épate. L'ardeur et la vitesse d'exécution de cette équipe m'ont beaucoup plu. Malines a joué à du 200 km/h. Peter Maes ne coache pas des stars mais il cultive un état d'esprit. Le Beerschot se rapproche lentement des hautes sphères de la D1. Le voyage à Saint-Trond n'était pas aussi dangereux que celui de Neil Armstrong sur la Lune en 1969 mais il est toujours délicat de se rendre chez un mal loti. Harm van Veldhoven a réussi sa sauce. Pas facile quand on a perdu François Sterchele, entre autres. Un joueur a visiblement saisi sa chance depuis quelques semaines : Sabah Malki. L'ancien attaquant du SCUP Jette, de l'Union Saint-Gilloise et de Roulers avance à grands pas. Le club du Kiel a toujours vibré pour les joueurs offensifs et créatifs. Je rappelle pour les jeunes que Juan Lozano, entre autres, a entamé sa carrière là-bas. Malki a aussi la grande chance d'avoir une ligne médiane très technique derrière lui. Sacré Bos : on a crié au fou quand il a signé à Dender, club malade de la D1. Cette équipe avait besoin de son métier, de sa hargne et de ses 100 kg pour faire le poids parmi l'élite. Dender s'est appuyé sur ces épaules-là pour surprendre Genk. C'est un succès qui vaut tous les diplômes : Boskamp a la taille D1 depuis longtemps. Et Dender a cédé la lanterne rouge à Saint-Trond. Qu'est-ce qu'on retiendra de cette affiche ? Les buts ? Les grandes envolées offensives ? J'ai beau me pincer, je ne me souviens pas d'un moment de forte émotion. C'était bien trop maigre avec, de chaque côté, des attaques à côté de la plaque. Ariel Jacobs n'a pas innové. Il faut probablement lui donner un peu plus de temps mais j'ai aussi le sentiment que l'effectif n'est pas à la hauteur de ce qu'on attend d'un club comme Anderlecht. Si mes renseignements sont bons, les Mauves achèteront deux joueurs durant le prochain mercato. A mon sens, il leur manque un grand arrière et un bon attaquant. Le Standard a peut-être raté le coche car Anderlecht n'a plus été aussi pâle depuis belle lurette. Les Liégeois ont bien entamé le match. Au repos, j'ai été surpris par des Liégeois qui parlaient de fatigue. Comment peut-on affirmer cela après 45 minutes de jeu ? Cela dit, le Standard reste invaincu et, dans l'absolu, prendre un point à Anderlecht, c'est appréciable. Les Carolos mangent leur pain noir. Pas marrant de jeter les points par la fenêtre avant de se rendre au Standard. Même s'il était gêné par des absences, Philippe Vande Walle devrait pouvoir être rassuré par son effectif. Mais Frank Defays n'est pas là et le monde lui tombe sur la tête. Pauvre Charleroi si Defays est indispensable à ce point-là. Si cela ne change pas, Vande Walle passera bientôt à la trappe. Et en critiquant l'étroitesse du noyau, il s'en prend à sa direction et c'est dangereux ! Mons est plus malade que Charleroi. Jaja Coelho (Westerlo) s'est amusé au Tondreau. Fred Herpoel doit jouer au plus vite : cette cage a besoin d'un bon cadenas. Saint-Trond mélange les pommes et les poires dans son verger. J'en connais qui doivent regretter d'avoir assassiné Marc Wilmots. Depuis qu'il est parti, les Canaris n'ont plus de graines. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic