J'ai aimé Blondel, Legear, Mpenza, Baseggio...

Deux buts pour Jonathan Blondel : c'est bien pour un garçon pétri de talent qui a toutes les qualités pour s'imposer surtout s'il parvient à mieux canaliser son énergie. Une superbe prestation d'un autre Jonathan, celui du Parc Astrid : Legear. Et aussi : le superbe geste de Mbo Mpenza qui se rappelle au bon souvenir de tous et qui démontre qu'il possède trop de qualités pour être vendu au mercato. Sans oublier, le retour en grâce de Walter Baseggio, un enfant du club adoré par les supporters anderlechtois. Tout cela m'a plu.
...

Deux buts pour Jonathan Blondel : c'est bien pour un garçon pétri de talent qui a toutes les qualités pour s'imposer surtout s'il parvient à mieux canaliser son énergie. Une superbe prestation d'un autre Jonathan, celui du Parc Astrid : Legear. Et aussi : le superbe geste de Mbo Mpenza qui se rappelle au bon souvenir de tous et qui démontre qu'il possède trop de qualités pour être vendu au mercato. Sans oublier, le retour en grâce de Walter Baseggio, un enfant du club adoré par les supporters anderlechtois. Tout cela m'a plu. Les Francs Borains ont résisté jusqu'à 2-2 à Bruges. L'Olympic a mené 0-1 à Genk. Hamme a fait mieux que se défendre au Parc Astrid. C'est bien. Malheureusement pour eux, c'était leur chant du cygne. J'applaudis à deux mains l'initiative des dirigeants anderlechtois (les places à 5 euros). Lorsque j'ai quitté mon magasin, à 18 h 15, les gens se rendaient déjà en rangs serrés vers le stade Constant Vanden Stock, comme s'il s'agissait d'un match de Coupe d'Europe. C'est la preuve que le public peut encore s'intéresser à la Coupe de Belgique... à certaines conditions. Et cela a permis à Hamme de repartir avec un beau petit pécule dans ses valises. Il est temps que l'on fasse comprendre aux spectateurs qu'ils doivent encourager leur équipe et rien d'autre. Si l'on arrêtait le match à chaque parole ou geste déplacé, on parviendrait peut-être à éradiquer le fléau. L'ancien gardien de Gand entrevoit enfin le bout du tunnel et j'en suis très heureux pour lui. C'est un garçon correct qui aurait mérité plus d'égards de la part de ses anciens dirigeants. En plus, il a retrouvé du boulot dans sa région. C'est la question que je me pose. Car j'ai l'impression que plus rien n'intéresse les Diables Rouges. Comment peut-on être à ce point vexé parce qu'un dirigeant, Jean-Marie Philips en l'occurrence, ose poser tout haut une question que tout le monde se pose tout bas ? C'est typique de l'état d'esprit qui règne actuellement. Jamais encore, depuis sa création, le Brussels n'est parvenu à franchir un tour en Coupe de Belgique. Trois fois d'affilée, il s'est fait éliminer par une formation de D2. On peut espérer que cette élimination sera le point de départ d'un redressement en championnat. Les joueurs n'ont désormais qu'un objectif en tête : le maintien. Les Hurlus ont entamé le match comme s'il s'agissait d'un match amical, là où Courtrai l'a abordé comme un véritable match de Coupe. Toutes les frustrations mouscronnoises sont ressurgies lorsque Bertin Tomou s'en est pris à l'arbitre après le coup de sifflet final. On a beau me dire qu'Alost joue les premiers rôles en D3, cette équipe ne devrait pas être en mesure d'inquiéter une équipe de D1 sur son terrain. A fortiori au Staaienveld, considéré jadis comme un enfer pour les visiteurs. Aujourd'hui, il l'est seulement pour les dirigeants trudonnaires qui auront fort à faire lors du mercato s'ils veulent rebâtir une équipe digne de l'élite. Ariel Jacobs a mis les choses au point en faisant comprendre à Marcin Wasilewski que, lorsqu'on est attendu au club le jeudi, on ne doit pas revenir le vendredi. Qualification ou pas. Malheureusement, la prestation de son remplaçant Mark De Man à l'arrière droit n'a guère été convaincante. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par daniel devos