J'ai aimé La bonne santé du football brugeois

J'aurais pu dire la bonne santé des " clubs " brugeois mais je m'en suis gardé car je sais que ceux du Cercle n'aiment pas trop cette appellation, préférant le terme " association " pour les désigner. Une chose est sûre, les dirigeants des Vert et Noir vont réaliser la recette de leur vie, le week-end prochain, à la faveur du derby. Ils avaient déjà accueilli 20.000 personnes contre Anderlecht, voici peu. Cette fois, ce sera sold out. Normal pour deux entités qui ont le vent en poupe et qui se disputeront la première place de la D1 à cette occasion. Qui l'eût cru en début de saison ?
...

J'aurais pu dire la bonne santé des " clubs " brugeois mais je m'en suis gardé car je sais que ceux du Cercle n'aiment pas trop cette appellation, préférant le terme " association " pour les désigner. Une chose est sûre, les dirigeants des Vert et Noir vont réaliser la recette de leur vie, le week-end prochain, à la faveur du derby. Ils avaient déjà accueilli 20.000 personnes contre Anderlecht, voici peu. Cette fois, ce sera sold out. Normal pour deux entités qui ont le vent en poupe et qui se disputeront la première place de la D1 à cette occasion. Qui l'eût cru en début de saison ? Il était aux abonnés absents au départ de cette campagne mais depuis, l'attaquant turc du RSCA a prouvé qu'il avait été repêché à juste titre par la direction du club. En l'absence de Nicolas Frutos, qui fait figure de buteur patenté chez les Mauves, c'est Akin qui se révèle le plus inspiré en zone de vérité. Il avait déjà inscrit des goals précieux contre le Rapid Vienne et voilà qu'il confirme en championnat à présent. Selon toute vraisemblance, le duo qu'il est appelé à former avec le goleador argentin devrait valoir pas mal de satisfactions aux Bruxellois cette saison. A condition, bien sûr, qu'ils soient épargnés par les bobos. Face aux Buffalos, les Canaris ont prouvé qu'ils n'avaient pas encore perdu toutes leurs plumes. Je peux évidemment me tromper mais je n'ai pas l'impression que Saint-Trond se retrouvera sur l'un des sièges basculants en fin de saison. En revanche, le FC Dender doit quand même se faire du souci. Dans un autre registre, il faut bien avouer aussi que La Gantoise est loin du parcours que l'on est en droit d'attendre d'un candidat européen. On parle beaucoup, à juste titre, de Joseph Akpala chez les Zèbres. Mais ils possèdent encore un deuxième puncheur en la personne d'Orlando. Avec une paire pareille, le Sporting peut nourrir des ambitions. Après deux nuls concédés contre Mons et le FC Malines, les Rouches auraient mérité de renouer avec la victoire lors de leur déplacement à Mouscron. Si l'on ne peut pas dire que les Principautaires sont dans une mauvaise passe, eu égard au jeu déployé, il n'en reste pas moins que trois nuls d'affilée constituent une récolte insuffisante pour un prétendant au titre. Le gardien montois ne s'était pas montré des plus inspirés à La Gantoise, où il avait déjà eu deux buts sur la conscience, et il a malheureusement récidivé contre le Cercle Bruges. Qui sait, la suspension dont il écopera suite à sa sortie prématurée du terrain lui permettra peut-être de faire la part des choses et de sortir de la mauvaise passe où il s'est enlisé. C'est tout le mal qu'on lui souhaite. Le président du FC Brussels n'a jamais eu sa langue en poche mais, dans le cadre de l'affaire Zola, il aurait assurément mieux fait de la tourner sept fois en bouche avant de se répandre en propos racistes envers le médian congolais. C'est évidemment une attitude inacceptable de la part du dirigeant numéro 1 du club. Il doit avoir en toutes circonstances valeur exemplative mais on est loin du compte avec lui. Perdre 4 à 0 face à un concurrent direct dans la lutte pour le maintien, c'est bien sûr très grave. Et d'autant plus grave que ce revers est sans appel. Certes, l'affaire Zola n'aura pas contribué à la sérénité. Mais quand même. Ce qui est tout particulièrement frappant, c'est que le Brussels a finalement été crucifié par un certain Aloys Nong, celui-là même dont Johan Vermeersch avait dit, après la montée des Molenbeekois en D1, qu'il n'avait pas le niveau pour jouer à cet échelon. Encore une belle bourde du président ! né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par bruno govers