j'ai aimé La D1 sur son 31

propos recueillis par Pierre Bilic
...

propos recueillis par Pierre BilicQuatre équipes ont mis leur costume du dimanche : Mons, le Standard, Anderlecht et Gand. D'un point de vue technique, ce sont quatre des plus belles formations de l'élite. Avant ces affiches, j'avais été impressionné par la sérénité des propos que Trond Sollied et Steven Defour confièrent à la presse. Le coach norvégien en a vu d'autres et sa réussite peut aussi s'expliquer par ce calme. Le meneur de jeu liégeois n'a pas le même acquis. Il vivra encore des hauts et des bas mais quelle sagesse. L'équipe de Jacky Mathijssen prend des points mais son public a grogné au repos. Wesley Sonck a peut-être éloigné une crise. Il est " chiant " sur le terrain mais un " emmerdeur " positif sait réveiller une équipe. C'est une bonne idée d'avoir instauré le 4-3-3 depuis trois matches. Ce changement demande une remise en question. Les attaquants doivent se croiser, ne pas négliger leur job défensif, etc. Si Dusan Djokic s'installe, je vois moins François Sterchele qui découvre des différences entre être à l'aise dans un club moyen et briller au top. C'est le jour et la nuit. Sterchele passera ce cap mais ce n'est pas facile. Avec des poètes auxquels on ne croyait plus et des inconnus, le Cercle continue sur sa lancée et produit un très beau football. Glen De Boeck marque des points mais, après 10 matches en D1, il est stupide d'évoquer un retour à Anderlecht. Le métier de T1 ne s'apprend pas en un tiers de saison. Je reste persuadé que les Zèbres disposent d'un effectif de qualité qui peut faire trembler les meilleurs en D1. Mais cette nouvelle défaite à Lokeren les éloigne pour un petit temps des hauteurs de la D1. En tant qu'alpiniste averti, Philippe Vande Walle doit savoir qu'il est dangereux de se perdre dans la montagne. Ses résultats actuels ne cadrent pas avec les ambitions des dirigeants. Je crains un nouveau tsunami qui pourrait emporter le staff technique sur son passage. Charleroi cède sa place de champion du Hainaut à Mouscron qui a retrouvé les chemins du progrès avec Marc Brys. Cela ne s'arrange pas pour Malines qui a pris une casquette. La douleur de Peter Maes me touche. C'est un club magnifique et soutenu par un public en or mais cela ne suffit pas. Cet effectif a de l'enthousiasme à revendre mais l'addition des talents est trop maigre. Malines n'a pas encore gagné une rencontre en D1 et cela fait mal. Après une défaite imméritée et une prestation héroïque contre Anderlecht lors de son premier match en D1, tout le monde avait cru à tort que ce courant d'air frais lui permettrait de naviguer à l'aise. Johan Vermeersch aimerait que ses joueurs deviennent les choux de Bruxelles mais le Brussels ne marque pas beaucoup (6 buts seulement) et son secteur défensif est un des plus perméables de D1. Quatre clubs sont logés à la même enseigne : Brussels, Dender, Saint-Trond et Malines. C'est le carré des grands malades même si les Limbourgeois semblent avoir retrouvé, avec leur premier succès, la hargne et le jusqu'au-boutisme qui font partie de leur marque de fabrique. Son équipe ne méritait pas plus d'un point à Mons et Olivier Renard a contesté violemment sa non-titularisation. De quel droit ? Renard revient après une opération et MPH ne l'estimait pas prêt à 100 %. Renard a gaffé. Est-ce la première crise de la saison à Sclessin ? né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)