j'ai aimé La confirmation du Standard

Quand le Standard actionne le turbo comme contre le Brussels, le spectacle est intéressant. Plus personne ne parle des glorieux anciens qui ont quitté le club. Je ne dis pas que la nouvelle vague a pris le pouvoir ou s'est libérée de présences trop pesantes, mais elle s'est en tout cas affirmée. Marouane Fellaini apprend vite avec Michel Preud'homme qui le transforme en joueur de plus en plus lucide. La saison passée, il était souvent foufou et mettait son nez partout sur le terrain. Fellaini réfléchit plus et la qualité de son jeu technique est en hausse certaine. Quant à Milan Jovanovic, il a été intenable. Son entente tactique avec Igor de Camargo me semble même meilleure que la saison passée.
...

Quand le Standard actionne le turbo comme contre le Brussels, le spectacle est intéressant. Plus personne ne parle des glorieux anciens qui ont quitté le club. Je ne dis pas que la nouvelle vague a pris le pouvoir ou s'est libérée de présences trop pesantes, mais elle s'est en tout cas affirmée. Marouane Fellaini apprend vite avec Michel Preud'homme qui le transforme en joueur de plus en plus lucide. La saison passée, il était souvent foufou et mettait son nez partout sur le terrain. Fellaini réfléchit plus et la qualité de son jeu technique est en hausse certaine. Quant à Milan Jovanovic, il a été intenable. Son entente tactique avec Igor de Camargo me semble même meilleure que la saison passée. Gand a confirmé sa bonne santé. C'est l'équipe qui, avec le Standard, possède le meilleur fonds de jeu. Il y a un joueur qui se sent particulièrement à l'aise, dans l'organisation de Trond Sollied : Christophe Grégoire. Avec sa technique, sa vista et sa frappe, il se promène dans cet environnement. L'intérêt allemand pour lui ne fera que croître. Le président des Buffalos, Ivan De Witte, a finalement réalisé une excellente affaire : Leekens était défensif, Sollied est offensif. Devinez lequel des deux je préfère... Les Canaris ont déjà perdu six plumes depuis le début de la saison. Il y en a d'autres qui sont dans le même cas mais j'ai l'impression que Saint-Trond et son coach seront assez rapidement déplumés. Pour les Hurlus, il était important de redresser la tête après le départ raté contre Gand. Si Bertin Tomou avait été un peu plus adroit, le score final, aurait été infiniment plus corsé. Ce succès va faire du bien à Marc Brys qui doit encore découvrir son nouveau club. Je ne dis pas qu'Anderlecht a été génial car la machine manque un peu d'huile. A la décharge des Mauves, il faut préciser qu'on ne voit jamais rien quand une équipe fuit le combat, se retranche dans son coin et ne propose rien en attendant un contre qui peut lui offrir le hold-up parfait. Mais on ne cambriole pas le train Glasgow-Londres tous les jours. Georges Leekens se prend parfois pour Ronald Biggs (le cerveau du hold-up du siècle) mais cela ne sert à rien. C'est une forme de coaching rétrograde car son équipe n'a rien appris en dressant un mur à Anderlecht. Mbo Mpenza et Mémé Tchite ont finalement trouvé la solution. Débordement suivi d'un centre en retrait qui tue : classique et magnifique. La défense d' Hugo Broos, c'est du papier mâché. Genk n'avait évidemment pas oublié la déception de son élimination européenne face au FC Sarajevo. Mais de là à prendre une telle tripotée à Gand, il y a de la marge. Logan Bailly a durement critiqué ses équipiers. N'avait-il rien à se reprocher, lui ? Il aurait quand même intérêt à faire son autocritique. Souvent impérial la saison passée, Logan est à la recherche de sa couronne de lauriers. Un grand gardien de but gagne des points quand son équipe joue mal. La direction de Genk s'affole et met sa politique en doute. C'est du football panique et quand Jos Vaessen s'y met, c'est du football tragique. Je croyais qu'il avait appris à se taire. Mais, pas du tout... Westerlo a six points et on y consacrera un de ces jours une chapelle à saint Jan Ceulemans. Les Zèbres ont joué à la baballe mais ce fut stérile face à une bonne défense. Charleroi a besoin d'urgence d'un bélier. Mais le constater maintenant, c'est la preuve que le recrutement n'a pas été top dans le secteur offensif. L'erreur de cadet de Bertrand Laquait ne change rien à ce constat. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)