j'ai aimé Le transfert de Nicolas Lombaerts en Russie

Quand un jeune joueur s'en va, c'est toujours un peu triste. Mais le transfert de Nicolas Lombaerts au Zenit de Saint-Pétersbourg représente bien plus de choses que cela. C'est un grand club qui a frappé à sa porte. L'ancien Buffalo a découvert un champ de pétrole : son avenir financier est assuré. L'arrière central des Espoirs va se remettre en question et progresser. Son nouvel entraîneur est néerlandais, Dick Advocaat, et cela lui facilitera la vie. La nouvelle équipe du camarade Nicolas joue régulièrement en Coupe d'Europe. Il ne s'éloigne pas du tout des Espoirs. A partir de cet instant, son acquis international leur sera encore plus indispensable. Il faudra évidemment que l'Union Belge se mette au russe car elle devra...

Quand un jeune joueur s'en va, c'est toujours un peu triste. Mais le transfert de Nicolas Lombaerts au Zenit de Saint-Pétersbourg représente bien plus de choses que cela. C'est un grand club qui a frappé à sa porte. L'ancien Buffalo a découvert un champ de pétrole : son avenir financier est assuré. L'arrière central des Espoirs va se remettre en question et progresser. Son nouvel entraîneur est néerlandais, Dick Advocaat, et cela lui facilitera la vie. La nouvelle équipe du camarade Nicolas joue régulièrement en Coupe d'Europe. Il ne s'éloigne pas du tout des Espoirs. A partir de cet instant, son acquis international leur sera encore plus indispensable. Il faudra évidemment que l'Union Belge se mette au russe car elle devra envoyer des observateurs à Saint-Pétersbourg. Les Buffalos se frottent les mains car ils ont palpé trois millions d'euros et cela bouchera quelques trous dans la caisse. Leur président, Ivan De Witte, aura certainement levé un bon verre de vodka. C'est la saison du caviar pour lui. Et c'est la preuve que le talent belge vaut lourd. L'ancien Hurlu a vécu des hauts et des bas la saison passée. Mais, en gros, il a atteint, surtout en début et en fin de saison, un niveau digne de son talent. Il a prolongé jusqu'en 2010 le contrat qui le lie au Club Bruges. C'est bien mais il doit retenir les leçons du passé. Jonathan Blondel n'a plus le temps de flâner en cours de route. Son talent doit être de sortie toutes les semaines. Et pour les autres sorties, c'est fini, Monsieur Jo... Un box to quoi ? Box to box. Il y a peu de temps que je connais cette expression. J'espère que l'international tchèque venu de Nuremberg sera à la hauteur. La concurrence sera sévère dans la ligne médiane. Le grand Argentin est une des pièces maîtresses de la machine mise au point par Frankie Vercauteren. Il a assumé un rôle de première importance dans la conquête des deux derniers titres. Mais il est fragile comme du cristal. Nicolas Frutos a été opéré cette fois du talon et est out pour deux bons mois. Cela fera l'affaire de Cyril Théréau mais cela constitue quand même un handicap. A Anderlecht, on doit quand même regretter de ne pas avoir fait signer François Sterchele. Je ne crois pas que François Sterchele aura eu le temps de déguster des maatjes ou de commander une casserole de moules de Zélande. Aimé Anthuenis tire les ficelles et je comprends que le Beerschot soit exigeant. Si Nicolas Lombaerts vaut trois millions d'euros, un attaquant comme Sterchele peut se négocier à quatre millions. Mais ces promenades d'un club à l'autre, c'est quand même folklorique. Les intentions de Milan Jovanovic font un peu désordre. Il faudrait que le club et le joueur soient plus clairs. J'imagine bien ce qui s'est passé : il a signé un petit contrat. Dans un accord écrit, il faut tout prévoir, que ce soit les augmentations en cas de sélections en équipe nationale ou autre chose. Après, c'est souvent trop tard et on se mord les doigts. Jovanovic n'avait pas prévu une telle réussite. D'autre part, et sans que je me glisse dans la compta du Standard, on ne peut pas bénéficier des services d'une vedette et la payer longtemps comme un porteur d'eau. Tout cela aurait dû être réglé avant le début de la saison. Qu'il parte ou reste, Jova est un problème prioritaire. Moi, je le garderais et le Standard a d'autres chats à fouetter car le début du championnat, c'est pour bientôt. né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic