J'AI AIMÉ Le jusqu'au-boutisme de Mouscron

Anderlecht a finalement trébuché là où on s'y attendait le moins. Non pas que les Hurlus manquent de qualités, tant s'en faut, mais à un fifrelin du terme, le Sporting avait encore cause gagnée et c'est sur une erreur de minimes qu'il doit d'être rentré à Bruxelles avec un point au lieu de trois. Ce 13 sur 15 après cinq journées n'est que justice dans la mesure où son 12 sur 12, au préalable, avait déjà été quelque peu flatté. Voilà les Mauves revenus les pieds sur terre, en tout cas, avant leur premier rendez-vous en Ligue des Champions contre Lille.
...

Anderlecht a finalement trébuché là où on s'y attendait le moins. Non pas que les Hurlus manquent de qualités, tant s'en faut, mais à un fifrelin du terme, le Sporting avait encore cause gagnée et c'est sur une erreur de minimes qu'il doit d'être rentré à Bruxelles avec un point au lieu de trois. Ce 13 sur 15 après cinq journées n'est que justice dans la mesure où son 12 sur 12, au préalable, avait déjà été quelque peu flatté. Voilà les Mauves revenus les pieds sur terre, en tout cas, avant leur premier rendez-vous en Ligue des Champions contre Lille. Il a suffi qu'il revienne après une longue absence pour les motifs que l'on sait pour que les Rouches reprennent subitement des couleurs. D'accord, le Lierse n'est pas vraiment un foudre de guerre et cette victoire à la Chaussée du Lisp demande confirmation. Mais avec son Monsieur 50 %, le Standard peut manifestement s'éveiller à d'autres ambitions. Et pourquoi pas, dès demain, face au Celta Vigo ? Les Anversois m'avaient déjà fait une toute bonne impression lors de leur première visite dans la capitale, à Anderlecht. Ce soir-là, ils auraient mérité 100 fois plutôt qu'une de ne pas rentrer bredouilles au Kiel. Cette fois, ils ont pris leur revanche en rapportant les 3 points de leur déplacement chez les Coalisés. Un succès qui ne souffre pas la moindre contestation, dans la mesure où les troupes de Marc Brys, et la brigade argentine en particulier, ont donné une véritable leçon de football aux Molenbeekois. Il est belge, il est jeune et il est bon. De plus, il a inscrit un but somptueux pour le compte du Cercle Bruges à Zulte Waregem. Comme quoi, nous sommes peut-être plus riches en profondeur que certains le prétendent. Le tout est de donner une chance à ces garçons-là en lieu et place de se tourner vers des étrangers de troisième zone. Les images télé l'attestent : le Nigérian des Zèbres aurait dû être logiquement expulsé suite à son vilain coup de tête sur un défenseur roularien. Heureusement pour lui, l'arbitre et ses assistants n'y ont vu que du feu et le joueur a pu poursuivre son match. Dans l'autre camp, Sanaharib Malki a été moins chanceux, puisqu'il a été exclu pour un coup de coude remarqué par le quatrième officiel mais qui avait échappé à la vigilance de l'arbitre, et également à la TV. Tout porte à croire que le Syrien sera donc puni par le comité sportif alors que l'attaquant du Sporting, lui, s'en tirera sans le moindre dommage. Ce n'est pas logique. Personnellement, je plaide pour l'utilisation des images pour sanctionner TOUS les coupables. Et donc également ceux qui n'ont pas encouru, sur le terrain, les foudres du corps arbitral. Les Bleu et Noir avaient la possibilité de réduire l'écart sur Anderlecht, puisqu'ils étaient au courant du nul des Bruxellois à Mouscron avant de livrer eux-mêmes bataille à Mons. Pour ce faire, ils auraient toutefois dû marquer. Or, de la première à la dernière minute, le plus menaçant des joueurs locaux n'aura été autre que le défenseur, Philippe Clement. Ce qui en dit quand même long sur le manque de dash flagrant des attaquants brugeois. Je me demande si, au stade Jan Breydel, on n'aurait pas été plus inspiré en faisant confiance à Bosko Balaban. Le Croate aurait à coup sûr eu à c£ur de se racheter, suite à la faute professionnelle qu'il avait commise avec l'équipe nationale de son pays. Et un match contre l'AEC Mons aurait dû s'inscrire dans ce cadre-là. Ils ont fait le strict minimum à Erevan. Si René Vandereycken vise la victoire en Serbie, comme il le prétend, la Belgique devra quand même dispenser un tout autre football. Quel contraste, en tout cas, entre cette rencontre insipide des Diables Rouges et le match entre la France et l'Italie. Désolé, mais c'était une autre planète... PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS