J'AI AIMÉ Le Standard au Kiel

Sans ses flancs traditionnels, Milan Rapaic à gauche et Sergio Conceiçao à droite, le Standard a livré un match autoritaire au Kiel, où il est toujours difficile de s'imposer. En l'absence de deux de leurs vedettes, les Rouches ont découvert un troisième joueur des plus précieux en la personne d'Igor De Camargo, qui semble revenu à son meilleur niveau et qui, à coup sûr, vaudra encore de nombreuses satisfactions aux Liégeois.
...

Sans ses flancs traditionnels, Milan Rapaic à gauche et Sergio Conceiçao à droite, le Standard a livré un match autoritaire au Kiel, où il est toujours difficile de s'imposer. En l'absence de deux de leurs vedettes, les Rouches ont découvert un troisième joueur des plus précieux en la personne d'Igor De Camargo, qui semble revenu à son meilleur niveau et qui, à coup sûr, vaudra encore de nombreuses satisfactions aux Liégeois. L'aîné des frérots Mpenzo aurait eu 100 fois plutôt qu'une l'occasion de maugréer depuis le début de la saison, lui qui ne faisait visiblement pas partie des plans de bataille du coach du RSCA, Frankie Vercauteren, jusqu'à son repêchage, récemment. Contrairement à un Serhat Akin, qui a cru bon devoir ventiler son mécontentement urbi et orbi, Mbo Mpenza, de son côté, s'est toujours tenu coi et a fait preuve de beaucoup de dignité. Il en a été récompensé de la plus belle manière qui soit en paraphant les deux buts du Sporting à Lens, contre Lille. C'est l'attitude d'un grand pro. Neuf sur neuf, c'est évidemment pas mal pour un mal loti et tout porte à croire que les Canaris se remettront à chanter de plus belle dans les semaines à venir. Avec Henk Houwaart aux commandes, le Staaienveld est encore appelé souvent à vibrer. A un moment donné, pour rappel, il était question du limogeage de Georges Leekens. Le président Ivan De Witte a eu le bon goût de ne pas agir dans la précipitation. Résultat des courses : les Buffalos sont à nouveau fringants et se replacent dans la course à l'Europe. Secoués par des remous internes tout au long de la semaine, les joueurs mouscronnois ont eu une superbe réaction en enlevant un point mérité contre Genk, alors qu'ils furent menés deux fois au score.Voilà trois semaines d'affilée qu'on relève des relents racistes autour des terrains. C'est inadmissible. Personnellement, je suis outré par la passivité des directeurs de jeu. Désolé, mais le referee qui dit qu'il ne comprend pas monkey n'a rien à faire sur un terrain. Et celui qui n'entend pas les cris de singe du public aurait bien besoin d'un appareil auditif. A quand une réaction digne de ce nom de la part de nos arbitres ? Et à quand une mesure de la fédération ? Il faut continuer dans la voie de la punition de ceux qui s'étaient acharnés sur le Standardman Oguchi Onyewu à Roulers. Anderlecht et le Club Bruges peuvent, certes, être crédités d'un bon match contre Lille et le Dinamo Bucarest. Mais le match nul qu'ils ont forgé en cette circonstance ne leur assure pas, pour autant, leur pérennité européenne. Finalement, contre toute attente, c'est Zulte Waregem qui risque encore de passer l'hiver au chaud, en dépit de sa dégelée contre l'Espanyol Barcelone. Son entraîneur, Franky Dury, s'est ému du score. Pour moi, il n'est que le juste reflet des valeurs en Espagne et en Belgique. Il ne faut quand même pas oublier que, dans un passé somme toute récent, Anderlecht s'était fait battre 4-1 au Real Madrid. Alors, de grâce, ne rêvons pas et revenons bien vite les pieds sur terre. Goran Ljubojevic a eu la balle du 1-3 à Mouscron mais il s'est trompé de pied au moment de conclure. Petite cause mais grand effet, dans la mesure où, au lieu de rentrer avec 3 points, les Limbourgeois ont dû se contenter d'un partage. Voilà deux clubs qui nourrissaient des ambitions européennes en début de saison et qui nous ont servi un navet pas possible. S'il manque deux points aux Zèbres pour décrocher leur ticket en UEFA, ils sauront où ils les ont perdus. PROPOS RECUEILLIS PAR Bruno Govers